Live now
Live now
Masquer
la zone d'intérêt // Source : capture d'écran Youtube
Culture

La Zone d’intérêt de Jonathan Glazer : regarder et écouter la Shoah, autrement

Comment filmer la banalité du mal ? Jonathan Glazer offre une possibilité de réponse à cette question glaçante avec le très dérangeant La Zone d’intérêt. Sorti en salles ce mercredi 31 janvier, le film repose sur un parti pris édifiant. Il raconte l’Holocauste en filmant le quotidien paisible d’une famille nazie, qui construit sa maison de rêve à quelques mètres des camps de la mort. Grand Prix au Festival de Cannes, le film est nommé cinq fois aux Oscars.

C’est l’un des chocs à Cannes cette année. Le film est d’ailleurs reparti couronné du Grand Prix au festival. Dix ans après son très remarqué Under The Skin avec Scarlett Johansson, le réalisateur britannique Jonathan Glazer s’aventure avec intelligence dans un territoire cinématographique douloureux. Pour certains observateurs, le film a de quoi faire date dans l’Histoire. De fait, il comble un vide de représentations de la Shoah, tout en soulevant des questions cruciales sur la façon de traiter l’horreur sans sombrer dans la répétition de l’atrocité ni céder à une fascination morbide.

À lire aussi : Oppenheimer écrase Barbie, Anatomie d’une chute s’impose : voici les nominations aux Oscars 2024

La bande-annonce de La Zone d’intérêt

Le commandant d’Auschwitz Rudolf Höss (Christian Friedel) et son épouse Hedwig (Sandra Hüller) vivent sur un terrain directement adjacent au mur des camps de la mort. Là, ils réalisent leur vision de la vie de rêve avec une famille nombreuse, des domestiques à leur service, une maison et un grand jardin. Cependant, lorsque Rudolf doit être muté à Oranienburg, leur petite vie idéale menace de s’effondrer et il cache l’information à son épouse. Quand Hedwig l’apprend, elle refuse de quitter sa maison.

Écouter et regarder l’horreur, autrement

Ce titre énigmatique, « La Zone d’Intérêt » peut désigner deux choses. D’abord, « la zone d’intérêt », c’est cette expression glaçante qu’employaient les nazis pour désigner le périmètre entourant le camp de concentration d’Auschwitz, dans lequel habitaient des militaires et des civils allemands.

Mais ce titre est aussi un questionnement qui ne cesse de traverser le spectateur. Cette « zone d’intérêt, où est-elle ? En d’autres termes, où porter son regard ? La structure même du film repose sur un dispositif précis : il multiplie les plans fixes et larges qui maintiennent une distance constante avec les personnages. Ces derniers apparaissent moins comme les héros d’un tableau que comme des poissons rouges dans un aquarium étriqué.

La zone d'intérêt // Source : capture d'écran Youtube
Source : capture d’écran Youtube

Le commandant en chef Rudolf Höss, sa femme et leurs enfants ont beau s’agiter dans tous les sens pour construire leur petite vie de rêve, se vanter de la bonne santé de leur jardin auprès de leurs amis, se divertir en jouant ou en flânant, l’horreur est omniprésente, implacable. La violence s’insinue insidieusement dans chaque recoin du cadre, notamment à travers une fumée blanche s’immisçant parfois dans l’image. Une scène particulièrement traumatisante met en scène des enfants pêchant dans une rivière, où l’eau ramène des ossements humains.

La zone d'intérêt // Source : capture d'écran youtube
La zone d’intérêt // Source : capture d’écran youtube

Au-delà de l’image, Jonathan Glazer utilise tous les moyens dont dispose le cinéma pour communiquer cette expérience insoutenable. Tout au long du film, un bourdonnement nauséabond résonne, empêchant d’oublier que derrière cette petite vie paisible, les camps de la mort ne cessent de fonctionner.

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-01-30T145903.273

S’il a valeur de témoignage historique, La Zone d’intérêt a une résonance glaçante avec le présent. Sa musique expérimentale, ses séquences filmées de nuit en négatif et ses séquences où l’image disparait sous un rouge ou un blanc contaminant tout l’écran lui confèrent une portée non seulement moderne mais presque futuriste. En cela, le film ne se contente pas de dénoncer des personnages monstrueux. Il nous alerte sur le danger de baisser le regard, détourner les yeux et l’attention. De se désintéresser de violences, qui se jouent parfois, juste devant notre porte.

la zone d'intérêt // Source : capture d'écran youtube
Source : capture d’écran youtube

Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Aya Nakamura chantera pour la céréomine d’ouverture des JO 2024, et le mépris contre elle redouble déjà

133
Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-17T174818.784
Culture

Avec ses scènes de sexe agenrées, La Chasse est le roman érotique brûlant que l’on attendait

1
Salon du livre féministe
Culture

Le Salon du livre féministe fait résonner la sororité ce samedi

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-02-29T155309.265
Culture

Netflix en mars 2024 : 7 films et séries incontournables

Xavier Dolan // Source : Shayne Laverdiere
Cinéma

Président d’Un Certain Regard à Cannes, Xavier Dolan veut se dédier à la « quête de vérité des films »

Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

#MeToo cinéma : pour Vincent Lindon, les violences sexuelles ne doivent « plus être la seule préoccupation des femmes »

6
Source : Stéphanie Branchu / Arena Films
Culture

Affaire Jacques Doillon : « gênée », Rachida Dati dénonce le report de la sortie du film « CE2 »

11
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

2
Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Bonne nouvelle, Dune 2 est tout ce que vous attendez de lui (critique sans spoilers)

Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

4

La pop culture s'écrit au féminin