Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

La promesse de Shanghai (S. Fière)

11 avr 2006

Aux éditions Bleu de Chine

Province de Shaanxi, Chine. Fu Zhanxin et son père se font virer comme des malpropres de leurs terres cultivables. Pas de possibilité d’argumenter : le gouvernement l’a décidé, les cadres du Parti doivent s’installer et les paysans, dégager. Les Zhanxin père et fils débarquent alors à Shanghai, la Mecque pour tout paysan déraciné (mingong) souhaitant travailler pour trois fois rien dans des conditions épouvantables.

Les deux hommes se font embaucher sur un chantier de "mise en valeur du patrimoine" : mettre à la porte les habitants démunis, démolir le bâtiment d’architecture traditionnelle, reconstruire du neuf et ouvrir grand les bras aux amis étrangers.

Fu Zhanxin rencontre bientôt la belle Aiguo, authentique Shanghaienne. A eux deux, ils s’efforceront d’avancer vers le but ultime : sortir de la pauvreté. Mots d’ordre : se serrer les coudes, épargner et profiter de toutes les opportunités. D’une sur-exploitation à une autre, Zhanxin et Aiguo tentent de survivre le mieux possible dans un Shanghai transformé, déshumanisé par l’arrivée des capitaux étrangers.

Ton oral plutôt ironique pour ce roman de la désillusion : ni pathos ni rage dans le style de Stéphane Fière, simplement un narrateur mi-naïf mi-désabusé. Les traductions littérales d’expressions chinoises donnent un aspect un peu surprenant (mais bienvenu) à l’écriture, et sont systématiquement décortiquées dans les notes en bas de page. Notes qui fournissent également les deux-trois détails nécessaires à une compréhension basée sur des fondations plus sûres que le pifomètre, sans pour autant noyer le lecteur sous un flot d’informations.

Les Commentaires
1

Avatar de midinette
21 avril 2006 à 17h24
midinette
Voici ma réaction après lecture de "La Promesse de Shanghaï"
Ce que j'aime, dans un roman qui se passe à l'étranger, c'est de découvrir le mode de vie des femmes dans ce pays. Ici, bien sûr (vu le titre), il s'agit de la Chine.
Eh bien, les filles de Shanghaï me semblent très modernes, sans complexes. Elles suivent la mode et semblent à égalité dans leurs couples. Le macho chinois est absent de ce livre. Question moralité et sexualité, on se sent quand même un peu dépaysée, les tabous ne sont pas les mêmes que chez nous. En fait, la femme chinoise est une pionnière qui n'a pas froid aux yeux - ça vaut le détour.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

catherine meuriss
Pop culture

La BD vient de rentrer à l’Académie des beaux-arts Catherine Meurisse

Maya Boukella

05 déc 2022

Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
brune feuillle se marie talents hauts livres pour enfants hongrie
Société

Ce livre de contes a fait un scandale en Hongrie, et il est enfin disponible en France

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

2
selection-meilleurs-livres
Livres

Contes inclusifs, anti-héroïnes de série, faire famille autrement : voici trois livres à ne pas manquer

Pauline Leduc

30 nov 2022

3
sil suffisait daimer bd steinkis
Livres

S’il suffisait qu’on s’aime, une puissante BD pour se replonger dans le combat pour la PMA

Maëlle Le Corre

26 nov 2022

[Site web] Visuel horizontal Édito (12)
Livres

Jade Debeugny : « Montrer des poils est devenu un acte militant »

Pauline Leduc

22 nov 2022

[Site web] Visuel horizontal Édito (9)
Livres

Rivalité féminine, violences médicales, #MeToo : trois livres à lire ce mois-ci

Pauline Leduc

22 nov 2022

roman-seul-un-monstre-lumen
Livres
Sponsorisé

Quelle héroïne de roman de fantasy êtes-vous ?

Madmoizelle Brand

16 nov 2022

fraude qui peut
Livres

Fraude qui peut ! La bande-dessinée écolo et pédagogique qui dézingue la pêche électrique

Maya Boukella

13 nov 2022

Couverture du livre Fruits de la colère
Livres

Pourquoi le livre Fruits de la colère va transformer votre rage féministe en carburant

Anthony Vincent

12 nov 2022

L'autrice afro-féministe Kiyémis, photographiée par Adeline Rapon, pour Albin Michel
Livres

L’autrice Kiyémis s’affirme comme votre « pire cauchemar » dans un essai libérateur

Anthony Vincent

11 nov 2022

2

La pop culture s'écrit au féminin