Gigi Hadid se sent comme un pont entre les deux cultures de ses parents
Actualité mode

La mannequin Gigi Hadid se sent parfois « trop blanche pour revendiquer son arabité »

La mannequin Gigi Hadid, fruit du métissage culturel de sa mère néerlandaise et de son père palestinien, se voit souvent comme un « pont » entre plusieurs cultures. Désormais mère, elle se demande comment elle va élever sa petite Khai. Et ses questionnements s’avèrent inspirants.

Elle compte parmi les mannequins les plus en vue du moment. Après sa grossesse au milieu d’une pandémie et la naissance en septembre 2020 de son premier enfant, Khai, avec l’ex One Direction le chanteur Zayn Malik, Gigi Hadid revient peu à peu sur la scène mode, et donc politique. 

La sensation d’être un « pont » entre différentes cultures

En couverture du nouveau numéro du média britannique i-D, la top Gigi Hadid y évoque justement comment devenir parent lui permet de mieux réfléchir à ses propres cultures, transmises par sa mère néerlandaise et son père palestinien, ainsi qu’à celles qu’elle souhaite transmettre à l’enfant qu’elle a eu avec Zayn, lui-même d’origine pakistanaise et britannique :

«Nous y pensons et en parlons beaucoup en tant que partenaires et c’est quelque chose qui est vraiment important pour nous, mais c’est aussi quelque chose que nous avons d’abord vécu nous-mêmes. Parce que nos deux parents ont chacun leur propre héritage. Nous appartenons déjà à une première génération métissée, qui s’accompagne aussi de l’expérience de se dire « Flûte, je suis un pont ! ». Ce n’est pas quelque chose que mes parents ont vécu ou qu’ils peuvent vraiment m’aider à traverser. C’est une chose à laquelle j’ai toujours pensé, toute ma vie.»

Beaucoup d’enfants d’immigrés connaissent bien ce sentiment d’avoir le cul entre deux chaises, et ne parviennent pas forcément à y trouver leur place. En sociologie, on appelle d’ailleurs « enfants de troisième culture » les personnes qui baignent à la fois dans la culture d’origine de leur parent, celle différente de leur pays de résidence, et celle qu’ils finissent par développer, fruit de ce mélange.

« Suis-je autorisée à parler de cette facette de moi ? »

Toujours auprès d’i-D, Jelena Noura Hadid, alias Gigi, révèle qu’elle a souvent du mal à revendiquer l’héritage culturel arabe que son père palestinien lui a transmis :

«Dans certaines situations, j’ai l’impression – ou l’on me fait sentir – que je suis trop blanche pour défendre une partie de mon héritage [culturel] arabe. Vous traversez la vie en essayant de comprendre où vous vous situez sur le plan racial. Est-ce que ce que je suis, ou ce que j’ai, est suffisant pour faire ce que je pense être juste ? Mais alors, est-ce aussi profiter de mon privilège blanc ? Suis-je autorisée à parler de cette facette de moi, ou est-ce que cela concerne quelque chose dont je n’ai pas assez fait l’expérience pour savoir ? […]

Je pense que Khai va grandir en sentant qu’elle peut ou veut être un pont pour ses différentes cultures. Mais je pense que ce sera bien de pouvoir avoir ces conversations et de voir où elle situe d’elle-même, sans que nous ne cherchions à lui imposer quoi que ce soit. Ce qui me passionne le plus, c’est ce qui vient vraiment d’elle, et pouvoir l’enrichir ou répondre à ses questions.»

Porte-manteau plutôt que porte-parole : la complexité de s’engager en tant que mannequin

Contrairement à sa sœur Bella Hadid, également mannequin et beaucoup plus vocale sur les enjeux d’islamophobie, de xénophobie, et de racisme, Gigi prend rarement la parole publiquement sur ces sujets. Mais elle a récemment pris la défense des personnes palestiniennes le 12 mai 2021 sur Instagram, par exemple.

En janvier 2017, Gigi Hadid militait aussi déjà dans les rues et sur les réseaux sociaux contre le « Muslim ban », un décret proposé par l’administration Trump interdisant l’accès au sol américain des ressortissants de sept pays dont la majorité de la population serait de confession musulmane (à l’instar de Gigi Hadid et Zayn Malik), en plein délire islamophobe.

Les engagements de longue date de Gigi sont en fait rendus d’autant plus complexes par son métier de mannequin, historiquement censé servir de toile vierge et muette aux marques qui font appel à elle. Mais c’est ce qui fait aussi de Gigi et de sa soeur Bella Hadid des role models pour beaucoup de personnes.

À lire aussi : Madmoizelle lance « Matières Premières », son nouveau podcast sur la mode éthique, 100% transparent

Les Commentaires
8

Avatar de Skjaldmo
17 juin 2021 à 16h05
Skjaldmo
J'imagine que c'est une question de perception. Le fait qu'une origine prend le pas sur une autre est d'abord et avant tout chose un discours promu par les racistes eux-mêmes. On peut faire ce constat en voyant la différence que font les blancs entre les eurasiens dont le métissage est complètement idéalisé et les Asiatiques, en particulier chez les hommes (ce fétichisme existe évidemment pour les femmes mais j'ai l'impression que le racisme anti-asiatique est particulièrement violent avec les hommes et je ne pense pas que l'image des femmes asiatiques soit aussi négative que celle des hommes asiatiques mais c'est peut-être qu'une impression). Je me souvient par exemple d'Elliot Rodger, né d'un père blanc et d'une mère asiatique et qui a fini par développer un racisme à l'égard des hommes asiatiques qu'il estimait comme inférieur parce qu'il était eurasien et donc à moitié blanc. A l'époque on avait surtout relevé le sexisme de l'attaque parce qu'ils s'agissait d'un incel et aussi qu'on se le dise, parce qu'on en avait rien à foutre du racisme anti-asiatique mais dans les fait, il y a tué davantage d'hommes que de femmes. 6 victimes, 4 hommes tués, 1 était blanc, 3 étaient asiatiques (ses colocs)).

Contenu spoiler caché.

D'ailleurs, ce racisme dissimulé sous de la mixité fait l'objet d'un running gag assez populaire "i'm not racist, my wife is asian" qui vise surtout à se moquer des suprémacistes blancs qui développent un fétichisme pour les femmes asiatiques et... des femmes asiatiques elles-mêmes qui exercent une forme de racisme intériorisé et vont parfois jusqu'à dénigrer les hommes asiatiques (mais bon après, j'ai l'impression que c'est surtout vrai pour les USA).

Et ce schéma, je pense qu'on peut aussi l'appliquer aux personnes noires ou orientales. Bref, de manière générale, j'ai l'impression que le métissage blanc/X est bien perçu et qu'il peut peut-être prendre le pas sur les personnes qui ne sont pas métis... maintenant c'est un phénomène assez complexe à décrire.
1
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Mode
Anne Hathaway, Meryl Streep et Emily Blunt dans Le Diable s'habille en Prada

Le Diable s’habille en Prada enfin réuni sur… Zoom (mais c’est pour la bonne cause)

Anthony Vincent

22 juil 2021

Mode
Halima Aden, mannequin qui porte le foulard, raconte pourquoi elle a quitté les podiums dans un documentaire de la BBC

Halima Aden a-t-elle quitté les podiums à cause de l’islamophobie ?

Anthony Vincent

22 juil 2021

Accessoires Mode
sélection d'accessoires de bijenkorf
Sponsorisé

Comment pimper vos tenues grâce à cette sélection d’accessoires de Bijenkorf

Mode
Une femme portant de multiples bijoux autour de son poignet

17 bijoux colorés pour sublimer son bronzage (et peut-être se porter chance)

Anthony Vincent

21 juil 2021

2
Actualité mode
Repérée par hasard par la top Gigi Hadid dans la rue, cette mannequin voit sa carrière décoller

Repérée par hasard par la top Gigi Hadid dans la rue, cette mannequin voit sa carrière décoller

Anthony Vincent

21 juil 2021

3
Actualité mode
Copie-coller-les-templates-pour-modifier-merci-d-avance

Avec son clip « Wild Side », Normani rend doublement hommage à la chanteuse Aaliyah

Anthony Vincent

19 juil 2021

1
Actualité mode
Le nouveau Gossip Girl abandonne les serre-têtes, escarpins, et it-bags pour prôner les baskets et la seconde main

Le reboot de « Gossip Girl » en dit long sur la mode : fini la course aux it-bags, vive la seconde main

Anthony Vincent

17 juil 2021

Actualité mode
La course contre les contrefaçons mode s'accélèrent sur les sites de seconde main

Si la mode de seconde main cartonne de plus en plus, la contrefaçon aussi !

Anthony Vincent

16 juil 2021

5
Actualité mode
Camille Cottin, Virginie Efira et Tilda Swinton au 74e festival de Cannes

Virginie Efira, Marion Cotillard, Camille Cottin… Les plus que quadras règnent sur le tapis rouge de Cannes, et ça fait zizir

Anthony Vincent

15 juil 2021

3
Mode
Femme avec un sac 48h à l'épaule, assise devant une piscine

Vous partez en week-end ? Ces sacs 48h en soldes vous aideront à voyager léger

Anthony Vincent

15 juil 2021

La société s'écrit au féminin