Live now
Live now
Masquer
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

Derrière ce terme rigolo se cache en réalité une tendance pas vraiment enviable : celle d’être utilisé·e par son ou sa partenaire pour se remettre d’une précédente relation amoureuse. On vous explique ce qu’est la « girlfriend fluffer ». 

Vous connaissiez sans doute déjà la « situationship », où quand, malgré la connexion émotionnelle et sexuelle avec votre partenaire, ce ou cette dernier·e refuse de se dire « en couple » avec vous. Préparez-vous à découvrir une autre condition amoureuse, toute aussi désagréable et toxique : la « girlfriend fluffer ». 

Vous avez déjà peut-être connu cette situation, avant même de connaître le terme : vous rencontrez quelqu’un, vous vous projetez avec lui ou elle, mais ce ou cette dernier·e, particulièrement marqué par sa dernière relation amoureuse, a du mal à s’investir. Et lorsque votre relation amoureuse prend fin, vous avez la sensation d’avoir été utilisée, d’avoir servi de « pansement » à son ego avant qu’il ou elle ne trouve quelqu’un d’autre pour quelque chose de sérieux. Et bien c’est ce qu’est la « girlfriend fluffer » – littéralement la « petite amie peluche ». 

« Je connais très bien le concept : être la femme qui sort avec un homme et qui, juste après, en épouse une autre, explique dans un article de The Independent la conseillère conjugale Sabrina Bendori. Ce que je vois souvent, c’est un homme qui ne veut rien de sérieux et une femme qui reste quand même, et qui se dit ‘et si je lui montrais à quel point je suis géniale et que je le faisais changer d’avis’, mais lui, il est fixé sur ce qu’il veut. »

Un mauvais choix de relation amoureuse

Mais s’engager avec un homme (ou une femme) émotionnellement indisponible, et incapable de vous apporter la stabilité et l’engagement dont vous avez besoin dans une relation amoureuse ne laisse pas indemne. Pour éviter de laisser toute son estime de soi dans une relation qui ne mènera à rien, Sabrina Bendori livre quelques conseils : 

« Ne vous investissez pas dans quelqu’un tant que vous n’avez pas vu que la personne s’investit à la même hauteur que vous. Soyez honnête avec vous-même et si vous ne pouvez pas être honnête avec vous-même, demandez aux gens autour de vous ce qu’ils pensent de votre relation. »

Sabrina Bendori, The Independent

La conseillère conjugale rappelle aussi qu’il ne faut pas prendre personnellement d’avoir été choisie comme la « copine pansement » de son ou sa partenaire. « Ce n’est généralement pas personnel. Ne vous dites pas que vous êtes une fille à la ramasse, demandez vous plutôt ce que vous pouvez tirer de cette expérience. » 

Un travail introspectif nécessaire

Le plus difficile est aussi le sentiment d’avoir aidé l’autre à se « réparer », de l’avoir aidé·e, malgré nous, à sa future relation qui, elle, sera saine et durable. « Quand une personne est dans une mauvaise passe et qu’elle reçoit de l’aide et du soutien, même si elle est reconnaissante, elle associera toujours cette relation à une partie malheureuse de sa vie. Il est donc possible qu’il ou elle ait besoin de quelqu’un de nouveau et saute sur l’occasion », détaille Sabrina Bendori. 

Selon l’experte, s’investir émotionnellement dans ce genre de relation vouée à l’échec peut aussi être le signe que l’on a quelque chose à régler dans notre vie affective. 

« Il est possible que cela remonte à l’enfance, où il fallait faire vos preuves pour obtenir l’amour.

Vous vous donnez pour mission de ramener cet homme à la vie et vous pensez qu’il vous récompensera pour votre loyauté, mais les choses ne se passent pas ainsi : quand il prend confiance en lui, il passe à autre chose. »

Sabrina Bendori, The Independent

Pour éviter que cela se produise et ensuite souffrir, il est donc important de faire un travail introspectif en se demandant pourquoi nous choisissons des personnes qui ne peuvent pas répondre à nos attentes. « Il est possible que ces femmes soient des ‘fluffers’ parce qu’elles sont attirées par des projets. Par exemple, un homme qui a des problèmes émotionnels et qu’elles se donnent pour mission de le réparer ou de le guérir. »

« Ce type de relation est connu sous le nom de relation de codépendance – ce n’est pas une relation durable et elle devient rapidement toxique », conclut Sabrina Bendori.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

4
Avatar de Rose_Eth
16 mai 2024 à 17h05
Rose_Eth
Oui une "relation pansement" quoi
On peut arrêter avec les anglicismes à la con, c'est bon ?
10
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Amours

Source : Midjourney
Célib

Marine, 26 ans : « Le célibat me donnerait une image de femme forte et libre… j’ai surtout envie qu’on me foute la paix ! »

Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Source : Srecko Stipovic / Getty Images
Amours

Ancienne nonne, j’ai vécu ma première aventure sentimentale et sexuelle à l’âge de 65 ans 

6
Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

19
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

Source : Midjourney / image générée par IA
Psycho-sexo

Les français font moins l’amour : les raisons de cette « récession sexuelle » vont vous surprendre !

2
Lassées d’enchaîner les relations amoureuses déceptives qui les font douter de l’existence de l’amour, le vrai, certaines femmes décident de rejoindre le mouvement “Boysober”. L’idée ? Se “désintoxiquer” temporairement des relations avec le sexe opposé pour mieux appréhender ses relations amoureuses futures.
Psycho-sexo

C’est quoi la tendance « Boysober » qui préconise de se désintoxiquer… des hommes

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

couple-de-dos
Psycho-sexo

Qui sont les « Passport bros », ces masculinistes à la recherche de femmes soumises et dévouées ?

21
"Crédit : ROMAN ODINTSOV / Pexels"
Amours

J’ai ouvert mon couple, et je l’ai très mal vécu

36
« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2

La vie s'écrit au féminin