Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

La Fabrication d’un mensonge (Audrey Diwan)

Raphaëlle est de ces filles banales qui mènent une vie étriquée. Contrainte par ses parents à trouver un job d’été, elle pousse la porte d’une boutique kitch de robes de mariée et se fait engager comme vendeuse. C’est là qu’elle rencontre Lola, une jeune femme délurée qui va l’embarquer dans des histoires de mensonges et de communauté secrète, un peu (beaucoup) à la Fight-Club.

Le mariage, en toile de fond, en prend plein la figure. Le défilé de couples prêts – ou presque – à convoler est prétexte à des réflexions croustillantes mais un peu convenues. Il y a d’un côté les futures mariées, condamnées à mener une existence fade et de l’autre ces salopards de mecs à qui la moindre démarche chaloupée fait tourner la tête.
Disons qu’avec une bonne dose de mauvaise foi, on marche dans l’idée « le bonheur marital est un mensonge ». Les portraits des presques mariées achèvent de nous convaincre.

Le grand talent d’Audrey Diwan, c’est d’ailleurs dans ses descriptions fines et drôles des personnages et des décors qu’on le trouve. Premières phrases du livre :

« Les premiers symptômes sont apparus très tôt. Mes ongles sont devenus rouges, un rouge vif de supermarché, légèrement écaillés au bout, comme ceux des putes ou des femmes de ménage ».

Le ton est donné, nous sommes à Barbès, capitale du cheap et des fleurs en plastique.

La multiplication des métaphores donne une écriture très imagée. Complexe de la journaliste qui veut être écrivain ? Non, le style reste efficace et précis.
Et puis il y a des petites perles, de celles qu’on n’explique pas. « Est-ce qu’elle savait qu’elle était jolie, à force d’être à l’aise ? », se demande Raphaëlle, fascinée par une Lola plus vulgaire et manipulatrice que jamais.

Enfin on retrouve un vrai récit, avec un début, une intrigue et une fin. C’est ce que la lecture de ce livre a de mieux à offrir : du bon divertissement.

La Fabrication d’un mensonge, Flammarion, 15€

Pour regarder l’interview vidéo d’Audrey Diwan, clique ici !


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Les violences, sa transition, sa musique Janis Sahraoui révèle ses visages dans un livre bouleversant // Source : Capture d'écran YouTube
Livres

Les violences, sa transition, sa musique : Janis Sahraoui révèle ses visages dans un livre bouleversant

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
livres-enfants
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mai 2024

bruno-gomiero-jp7J14W9sSg-unsplash
Livres

On a trouvé l’application e-book dont vous n’allez plus vouloir vous passer

Source : Madmoizelle
Livres

Fête des mères : 5 livres féministes qui se dévorent d’une traite

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

2
Portrait de l'autrice de La Charge raciale, Douce Dibondo, par Céline Nieszawer // Source : Céline Nieszawer
Société

« La suradaptation des personnes racisées est une épée de Damoclès » : Douce Dibondo (La Charge raciale)

2
ovidie-1
Culture

Et si les chiens étaient les meilleurs amis des femmes ?

Chloé Delaume
Culture

« Je suis en saturation des hommes », rencontre avec Chloé Delaume, autrice de Phallers, un roman féministe jubilatoire

nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

La pop culture s'écrit au féminin