Live now
Live now
Masquer
ivg_usa
Société

IVG dans la Constitution : que contient le projet de loi présenté en Conseil des ministres ?

Après sa présentation en Conseil des ministres, ce projet de loi qui vise à protéger le droit à l’avortement devrait être examiné au Parlement dans le courant du premier trimestre 2024.

C’est un engagement que l’on attendait depuis un long moment. Maintes fois promis par Emmanuel Macron, notamment le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le projet de loi, qui veut inscrire l’IVG dans la Constitution, est présenté ce mardi 12 décembre en Conseil des ministres.

Un projet de loi en réaction à l’abrogation de Roe v. Wade aux États-Unis

Un projet de loi qui viserait à protéger le droit à l’avortement, après les nombreuses offensives réactionnaires présentes aux États-Unis suite l’abrogation de la loi Roe v. Wade.

« Les libertés reconnues aux femmes, que l’on pensait en quelque sorte impossible de faire reculer, sont remises en cause par des mouvements politiques, parfois par des dirigeants qui arrivent au pouvoir, par des jurisprudences qui changent, en fonction d’équilibre politique », a déclaré Emmanuel Macron ce dimanche 10 décembre.

« C’est pourquoi la France se félicite de montrer l’exemple en inscrivant dans sa constitution la liberté de la femme de recourir à l’interruption volontaire de grossesse », a-t-il ajouté.

« Droit » ou « liberté » de recourir à l’avortement ?

Mais l’insistance sur le mot « liberté » est loin d’être anodine. En novembre 2022, la députée LFI Mathilde Panot avait déjà fait adopter une proposition de loi constitutionnelle en première lecture à l’Assemblée nationale, qui garantissait le « droit à l’interruption volontaire de grossesse ». Le Sénat l’avait à son tour adopté en février, mais avec un changement sémantique : en inscrivant la « liberté de la femme » de recourir à l’IVG, et non pas son « droit ».

Une différence sémantique loin d’être subtile, nous expliquait la professeure de droit Mathilde Philip-Gay en février dernier : « Le droit est garanti par l’État, il y a donc des recours, si par exemple, ce droit ne peut être garanti dans certaines régions ou villes. En revanche, la liberté, c’est laisser le choix à la loi de décider. La différence entre droit et liberté est donc subtile, car elle signifie que les conditions d’accès à l’IVG pourraient être remises en question par des lois qui viendraient le modifier ».

À lire aussi : Enceinte par accident, j’ai découvert que ma médecin était anti-IVG

Dans les faits (presque) rien ne change

Intégrer la liberté d’avorter dans la Constitution ne changera rien dans les faits. Le délai légal pour avoir recours à une IVG est toujours à 14 semaines et pris en charge à 100 %. Mais cela permettra de se protéger d’un quelconque revirement de jurisprudence. Car à l’heure actuelle, le texte peut juridiquement être amendé, voire abrogé par une simple loi. Le texte qui a été voté par le Sénat a donc une portée symbolique, mais juridiquement, cela ne change rien et, si ces termes sont conservés, le droit à l’IVG ne sera pas mieux protégé. 

Le nombre d’avortements est à son plus haut niveau depuis 1990. En 2022, 234 300 interruptions volontaires de grossesse ont été enregistrées, le chiffre le plus haut depuis 1990.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Source : Canva / Midjourney
Déclic

Ed, 38 ans : « Je vois le couple classique plutôt comme une TPE que comme une relation »

Victoria, Nina et Bohdana  // Source : Photos personnelles
Société

Deux ans de guerre en Ukraine : trois réfugiées racontent ce que la guerre a changé pour elles

2
Nora Hamzawi // Source : C à vous
Culture

Jacques Doillon : Nora Hamzawi s’oppose à la sortie du film CE2, dans lequel elle joue

arret-pilule-symptomes
Santé

À quoi peut-on s’attendre quand on arrête la pilule ?

38
Source : Nicolas Genin
Société

Encore une carrière brisée : accusé de violences conjugales, Stéphane Plaza entre au Musée Grévin

Gérard Miller
Société

Affaire Gérard Miller : une enquête préliminaire a été ouverte pour « viols et d’agressions sexuelles »

comment-marche-pole-dance
Sport

Arrêtez tout, je viens de comprendre le principe de la pole dance !

18
Source : Canva
Politique

Marianne Williamson : « Vous ne savez pas ce qu’est la misogynie avant d’avoir été candidate à la présidentielle ! » 

Source : @JohnFinkelstein
Actualité bien-être

Les pommes seraient les meilleures alliées de votre santé intestinale, et c’est la science qui le dit !

3
Manifestation contre les violences faites aux femmes  // Source : Jeanne Menjoulet
Société

Féminicide à Montpellier : « Notre vision de la vieillesse empêche de politiser les violences sur les séniores »

2

La société s'écrit au féminin