Live now
Live now
Masquer
Assemblée Nationale // Source : Unsplash
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : pour Amnesty International, il faut plus de moyens

Si ce projet de loi est un signe « positif » pour l’ONG, l’inscription de l’IVG dans la Constitution n’est pas suffisant, car il est encore « difficile d’accéder à un avortement sûr, sécurisé et dans des délais convenables ».

Alors que le projet a été présenté en Conseil des ministres mardi 12 décembre et qu’il doit faire l’objet de discussion lors d’un Congrès en mars 2024, la loi pour voter l’inscription de l’IVG dans la Constitution est très commentée par les associations de défense des droits humains.

S’il existe un consensus pour saluer cette initiative, pour Amnesty International par exemple, pour qui le projet constitue un « signe positif », ce n’est pas encore suffisant.

Encore « difficile d’accéder à un avortement sûr » en France selon

Ce jeudi 14 décembre sur Mouv’, Lola Schulmann, chargée de plaidoyer droits des femmes et minorités de genre pour l’ONG, a déclaré que cette inscription dans la Constitution doit être « accompagnée de moyens » pour défendre l’avortement en France. Selon elle, aujourd’hui encore « il est difficile d’accéder à un avortement sûr, sécurisé et dans des délais convenables » en France.

À lire aussi : IVG dans la Constitution : que contient le projet de loi présenté en Conseil des ministres ?

Ainsi, elle affirme au micro de Mouv’ souhaiter « faire en sorte qu’on n’ait pas de centres IVG qui ferment dans des zones reculées » afin d’éviter aux femmes « de faire des centaines de kilomètres » pour pouvoir bénéficier d’un avortement. Mais aussi éviter que les centres ferment durant la période estivale, afin que les femmes ne soient pas restreintes par le délai légal de l’avortement, qui est de 14 semaines en France.

Lola Schulmann souhaite aussi que des moyens soient apportés pour améliorer l’éducation sexuelle au collège et au lycée : « Il faut que tous les jeunes puissent accéder à une éducation à la sexualité, avec des informations sécurisées, fiables, vérifiées » insiste-t-elle.

Néanmoins, elle félicite de voir que les sages-femmes pourront bientôt pratiquer des IVG à l’hôpital. Lola Schulmann salue « toutes les mesures qui tendent à faire en sorte que l’avortement soit un acte médical normal, classique » et souhaite « démystifier l’avortement ».


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Jill Stein // Source : Canva
Politique

Jill Stein : « On voit apparaître un vote de rébellion, soyez prêts ! »

Source : Capture vidéo
Actualités France

#MeToo cinéma : que retenir de la prise de parole de Judith Godrèche au Sénat ?

Gaza
Actualités mondiales

Guerre Israël-Hamas : à ce jour, plus de 30 000 personnes sont mortes à Gaza

6
Source : Wikimedia Commons
Société

Palestine : Hunter Schafer arrêtée pour avoir manifesté avec des Juifs antisionistes

Réforme des retraites // Source : © Sénat - Palais du Luxembourg
Politique

Droit à l’avortement : le Sénat approuve la constitutionnalisation de l’IVG

2
Source : Sénat Sénat
Société

L’avenir du droit à l’IVG se joue maintenant et on vous explique pourquoi

PPDA
Justice

Affaire PPDA : le parquet de Nanterre demande l’ouverture d’une enquête pour deux viols et une agression sexuelle

3
Source : @cakebycourtney sur TikTok - Capture d'écran
Sport

Alerte chialade : une petite fille aide sa mère à terminer son marathon

culture-du-viol-explications
Féminisme

Je veux comprendre… la culture du viol

52
Source : Capture écran Instagram
Société

« Abrège frère » : accusé de misogynie, le Tiktokeur se défend

4

La société s'écrit au féminin