Live now
Live now
Masquer
La mairie de Paris fait fermer le site Internet du groupuscule anti-IVG « Les Survivants » // Source : Capture d'écran twitter
Société

IVG dans la Constitution : une victoire avant tout symbolique ?

Les parlementaires s’apprêtent ce lundi 4 mars à inscrire dans la Constitution la « liberté garantie » des femmes d’avoir recours à l’interruption volontaire de grossesse. Cela signifie-t-il que le droit à l’avortement sera mieux protégé en France ? Trois questions à l’avocate Élodie Tuaillon-Hibon.

Lundi 4 mars 2024, le Parlement, réuni en congrès au château de Versailles, va se prononcer sur l’inscription dans la Constitution de la « liberté garantie » des femmes d’avoir recours à l’avortement. Un texte avalisé à l’identique par l’Assemblée puis le Sénat la semaine dernière.

Cette révision constitutionnelle implique l’insertion d’un nouvel alinéa à l’article 34 de la Constitution :

« La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme, qui lui est garantie, d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ».

Si certain·es saluent une victoire historique, d’autres se montrent plus mitigé·es, déplorant une formulation en demi-teinte qui écarte « le droit » au profit de « la liberté garantie » et ne protège finalement pas ce droit fondamental. Éclairage avec Me Élodie Tuaillon-Hibon, avocate au barreau de Paris.

Pourquoi l’emploi de « liberté garantie » est-il critiqué ?

Me Élodie Tuaillon-Hibon. Au-delà de la terminologie « droit » versus « liberté », c’est surtout l’alinéa prévoyant que la loi déterminera les conditions d’exercice de cette liberté qui pose problème. Cela veut dire qu’en fonction des circonstances et des majorités, on pourra avoir des lois qui, tout en prétendant respecter la liberté garantie aux femmes dans la Constitution, vont en réalité porter atteinte au droit en rendant l’accès à l’IVG plus compliqué. Cela peut concerner les financements alloués, les conditions d’accès en elles-mêmes, la restriction quant au nombre de semaines autorisées (14 semaines actuellement, ndlr).

Faut-il tout de même se réjouir de cette avancée ? 

Oui, mais cela ouvre aussi une longue période de batailles pour que les lois qui sont prises en application soient interprétées le plus largement possible en faveur des femmes qui veulent avoir recours à l’IVG. Potentiellement, on va se retrouver avec des lois qui devront éventuellement être déférées au Conseil constitutionnel, lequel devra se prononcer pour savoir s’il y a des atteintes à la liberté d’avorter ou non, trancher si ces atteintes sont justifiées ou non…

Quelle est donc la portée de cette révision constitutionnelle ?

Symboliquement, cela dit quelque chose. Les débats de ces derniers mois ont permis de faire émerger que c’est un sujet qui tenait à cœur à la société française, et sur lequel on pouvait trouver une forme de consensus. Mais, c’est sur le consensus en question que je suis plus mitigée. Comme le rappelle Salomé Saqué sur Instagram, il ne faut pas perdre de vue que les sénateurs, essentiellement de droite, ont obtenu ce qu’ils voulaient. C’est-à-dire un texte qui est dénaturé par rapport à la proposition initiale, qui contenait le mot « droit ».


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

4
Avatar de P0ire
5 mars 2024 à 10h03
P0ire
C'est une très jolie publicité à l'horizon des JOs et au départ proche des prochaines élections. La preuve en est la pub qui est faite sur les réseaux sociaux avec des journaux qui traduisent en anglais cette graaande avancée sociale et que la France elle est first.
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Société

femme-colère // Source : Pexels
Société

Voici une méthode ultra-efficace pour gérer sa colère, selon une étude

Source : Canva
Société

Violences sexuelles dans l’armée : le ministère lance une mission d’inspection

Source : Kmeron / Flickr
Société

Nous Toutes réclame la déprogrammation de Patrick Bruel, à l’affiche des Francofolies

Source : Charles LeBlanc / Flickr
Actualités mondiales

Mort d’O.J Simpson : cette autre affaire de violences conjugales que ses avocats auraient caché dans le cadre du « procès du siècle »

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

Source : Ståle Grut / NRKbeta
Société

Victime de deepfake porn, Alexandria Ocasio-Cortez raconte

2
Source : Coyau / Wikimedia Commons
Société

MeToo à l’hôpital : le très médiatique urgentiste Patrick Pelloux accusé d’être un « prédateur sexuel »

5
Jacques Doillon // Source : URL
Société

Affaire Jacques Doillon : accusé d’agressions sexuelles par plusieurs actrices, le cinéaste dénonce « un effet de meute »

1
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

La société s'écrit au féminin