Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Incognito

03 mai 2009

Sorti le 29 avril, Incognito est une comédie dans la veine d’Eric Lavaine, auteur de la série H. Ok, elle était facile mais, comme la chanson de Lucas, elle n’est pas de moi. (Et oui, vous ne comprendrez cette phrase qu’après avoir vu le film. Enfin j’espère.)

Mais qui le saura ?

Lucas a 40 ans, il est bientôt père et file le parfait amour avec Marion. Mais Lucas, c’est surtout LA nouvelle star de la chanson. Ancien contrôleur RATP (le mec qui t’oblige à enlever tes écouteurs pour que tu lui prouves que, OUI, tu as bien payé ta carte étudiante à 200 euros l’année), son succès récent a un goût amer : la célébrité, il la doit aux chansons écrites par son meilleur ami Thomas, qu’il croit mort depuis belle lurette. Et oui, Lucas est un imposteur. Mais ça, personne ne le sait.

incogniot

Et comme mentir est le talent de ceux qui n’en ont pas, Lucas décide de cacher sa réussite à Thomas lorsque ce dernier ressurgit par hasard dans sa vie, tout droit débarqué d’Inde pour une affaire de succession. Mais pas facile de passer incognito en plein Paris quand on est une star, qu’on est invité chez Denisot et qu’on fait la couverture des magazines people. Le mieux reste donc de prétendre que la belle bagnole et la villa branchée appartiennent à Francis, comédien raté qui déambule chez Lucas depuis dix ans, cul nu, une bière à la main… Ou pas.

Des anonymes connus

Qui de mieux pour interpréter un chanteur fictif qu’un chanteur réel ? Alors hop, cette fois-ci c’est Bénabar qui s’y colle. Et en plus d’endosser son/le premier rôle, il signe également la bande-originale et une bonne partie des gags du scénario, co-écrit avec le réalisateur Eric Lavaine (déjà derrière la caméra du bide Poltergay et du script des épisodes de la série H).
Loin d’avoir suivi les cours de l’Actors Studio, Barnabé (pour parler en verlan de verlan, à l’endroit quoi) s’en sort plutôt bien pour sa première apparition au cinéma. Naturel et convaincant, adepte de l’autodérision tout au long du film, on ne peut qu’espérer le revoir prochainement sur grand écran et saluer sa performance dans ce rôle ni trop éloigné ni trop inspiré de sa véritable identité.

Autre clé du succès du film et des fous-rires dans la salle : le couple Bénabar/Dubosc, qui cartonne. D’ailleurs, Dubosc, qui n’avait que peu séduit dans son costume des années Disco, excelle de nouveau dans un rôle de loser attendrissant. Plus de doute, les ringards (ascendants pique-assiettes sans slibard), il aime ça. Et là, nous aussi. (Peut-être parce qu’il n’a pas signé le scénario et n’a ainsi pas pu plonger son personnage dans la lourdeur absolue ? Vazy, lâche le ton « ouuuuf, sauvez ! ».)

Incognito

S’ajoute à ce duo aussi improbable que drôle Jocelyn Quivrin (Monsieur Alice Taglioni, à l’affiche de kikooLOL), alias Thomas, le copain plagié. Malheureusement, le film n’exploite que bien peu ce rôle pourtant essentiel, peut-être par faute de temps ou d’inspiration, comme ça a dû être le cas pour Marion, jouée par Anne Marivin (comprendre : toi, tu sers à rien, et tu n’es pas « farouchement bonne »). Mais bon, Isabelle Nanty dans la peau d’une tarée hyper stressée et les brèves apparitions de François Damiens (aka L’Embrouille) et de Yolande Moreau, fraichement Césarisée, ça rattrape un tantinet le coup.

« Masque neutre »

Tout ça pour dire que Incognito est une petite comédie bien rythmée et sans prétention, d’où le happy end légèrement gnangnan et prévisible. Ni vraiment surprenant ni vraiment original, le film a le mérite de faire rire avec quelques excellentes répliques et de très bonnes situations cocasses (mais qui a dit que la plupart étaient dans la bande-annonce ?). Bref, Incognito gagne à être connu. (+1 pour avoir réussi à terminer sur ce jeu de mots, aha.)

Les Commentaires
10

Avatar de Nevada
5 mai 2009 à 13h03
Nevada
Moi qui, en général déteste Dubosc, j'étais pourtant vraiment tentée d'aller le voir. Pour le coup, je trouve qu'il se marie à merveille avec son personnage et qu'il est relativement moins lourd que d'habitude...
Je souhaite aussi tirer mon chapeau à Bénabar qui selon moi, excelle dans ce rôle, il est d'un naturel ..ébouriffant.
Je n'ai vraiment pas vu le film passer, ça a coulé tout seul, et ça me surprend.
Bref, j'ai adoré, malgré quelques lourdeurs qui sont, je pense, inévitables dans ce genre de film.
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
everything leonine

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

La pop culture s'écrit au féminin