Live now
Live now
Masquer
homme-raconte-photo-femme-cancer-180×124
Culture

Un homme raconte en photos le cancer du sein de sa femme

Angelo Merendino a pris sa femme en photo alors qu’elle se battait contre un cancer du sein. C’est beau et extrêmement émouvant.

Angelo Merendino est photographe et il a vécu une superbe histoire d’amour avec sa femme. Quand on a diagnostiqué à cette dernière un cancer du sein, il a décidé de raconter ce qu’ils traversaient en images. Le résultat, c’est The battle we didn’t choose (La bataille que nous n’avons pas choisie), une magnifique série de photos en noir et blanc qui fait mal au bide. En avant-propos, il raconte leur histoire qui a commencé par un coup de foudre. Tu peux trouver la version originale de ce texte tout en délicatesse et en pudeur sur le site d’Angelo, mais on l’a traduite en français pour les non-anglophones.

« La première fois que j’ai vu Jennifer j’ai su. J’ai su qu’elle était la bonne. Je l’ai su, comme mon père pendant l’été 51 quand il a chanté I found her à ses soeurs après sa rencontre avec ma mère.

Un mois après, Jen a trouvé un job à Manhattan et a quitté Cleveland. J’y allais – pour voir mon frère, mais je voulais vraiment voir Jen. À chaque visite mon coeur criait « Dis-lui ! » à mon cerveau, mais je n’arrivais pas à trouver le courage de lui dire que je ne pouvais pas vivre sans elle. Mon coeur a finalement pris le dessus et, comme un petit garçon, j’ai dit à Jen « Je craque pour toi ». Au grand soulagement de mon coeur, qui battait la chamade, les beaux yeux de Jen se sont illuminés et elle a dit « Moi aussi ! »

Six mois plus tard j’ai rassemblé mes affaires et je suis parti à New York, une bague de fiançailles pesant dans ma poche. Cette nuit-là, dans notre restaurant italien préféré, je me suis mis à genoux et j’ai demandé à Jen de m’épouser. Moins d’un an plus tard nous nous marrions à Central Park, entourés de nos amis et nos familles. Plus tard dans la nuit, nous dansions ensemble pour la première fois en tant que mari et femme au son de mon père jouant de l’accordéon et chantant I’m in the mood for love.

5 mois plus tard on diagnostiquait à Jen un cancer du sein. Je me souviens du moment exact… La voix de Jen et le sentiment d’être paralysé/engourdi qui m’a envahi. Cette impression ne m’a jamais quitté. Et je n’oublierai jamais la façon dont on regardait dans les yeux de l’autre en se tenant les mains. « Nous sommes ensemble, ça ira ».

Nous étions plus proches à chaque épreuve. Les mots devenaient moins importants. Une nuit, Jen a été admise à l’hôpital, sa douleur n’était plus contrôlable. Elle a serré mon bras, les larmes lui montant aux yeux, « Tu dois me regarder dans les yeux, c’est le seul moyen pour que je puisse supporter cette souffrance ». Nous nous aimions tous deux de toute notre âme.

Jen m’a appris à aimer, à écouter, à donner et à croire en les autres et en moi-même. Je n’ai jamais été plus heureux qu’à cette période.

À travers notre combat nous avons eu la chance d’être vraiment soutenus par notre groupe mais nous devions lutter pour faire comprendre aux gens notre quotidien et les difficultés que nous avions à affronter. À cause des effets secondaires de près de 4 ans de traitement et de médicaments, Jen avait des douleurs chroniques. À 39 ans, Jen a commencé à utiliser un déambulateur et était épuisée d’être constamment consciente de chaque petit choc, chaque petit bleu. Il n’était pas rare que les séjours à l’hôpital durent 10 jours et plus. Les visites fréquentes des docteurs menaient à des batailles avec des compagnies d’assurance. La peur, l’angoisse et les inquiétudes étaient constantes.

Malheureusement, la plupart des gens ne veulent pas entendre ces réalités et à certains moments nous avons senti notre soutien s’effacer. D’autres survivants au cancer partagent cette perte. Les gens supposent que le traitement vous fait aller mieux, que les choses tournent bien, que la vie retourne à la « normale ». Cependant, il n’y a rien de normal à Cancerland. Les survivants au cancer doivent définir le nouveau sens qu’ils donnent au « normal », souvent de manière quotidienne. Et comment les autres peuvent-ils comprendre ce avec quoi nous devons vivre tous les jours ?

Mes photographies montrent ce quotidien. Elles humanisent le visage du cancer, sur le visage de ma femme. Elles montrent les épreuves, la difficulté, la peur, la tristesse et la solitude que nous vivons, que Jennifer vivait, alors qu’elle luttait contre cette maladie. Plus important que tout, elles montrent notre amour. Ces photographies ne nous définissent pas, mais elles sont nous.

Le cancer est dans l’actualité de tous les jours et, peut-être, à travers ces photographies, que la prochaine fois qu’on demandera à un malade du cancer comment il ou elle va, on lui offrira en plus d’une écoute une réponse avec un peu plus de connaissance, d’empathie, une meilleure compréhension, une attention sincère et un véritable intérêt.

« Aimez chaque petit morceau de ceux qui vous entourent » – Jennifer Merendino »

Pour voir toutes les photographies de Jennifer et Angelo, c’est sur My wife’s fight with cancer.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin