Live now
Live now
Masquer
chatroulette
Culture Web

Chatroulette, la roulette russe de la webcam

Chatroulette, la roulette russe du chat. Vous vous laissez tenter ?

Article initialement publié le 4 février 2010

chatroulette

« T’as encore joué à Chatroulette ? » Voilà ce que je me suis étonnée à dire à un pote, ce matin. « Jouer à Chatroulette« , l’expression vaut ce qu’elle vaut, mais elle a le mérite de faire remarquer une chose : Chatroulette est bel et bien un jeu, 3e degré à mort. En tout cas, mieux vaut le prendre comme tel.

Programme lancé il y a quelques mois, Chatroulette est un concept ultra simple mais qui fait un véritable carton en ce moment. Les screenshots que tous vos contacts Facebook publient en attestent probablement. Ou les hashtags #chatroulette sur Twitter.

Chatroulette, c’est quoi ?

L’idée ? Se retrouver en communication webcam au hasard avec un autre internaute lui aussi connecté sur le site. Si l’aléatoire fait mal les choses et que vous ne vous sentez pas particulièrement en phase avec votre interlocuteur, cliquez sur « next » et passez à un autre internaute. Vous pouvez alors parler de tout, de rien, grimacer devant votre webcam, faire le pitre, jouer de la guitare, etc … sous réserve qu’on ne vous « next » pas avant.

chatroulette

Coincée chez vous à cause de la pluie dehors ou en train de vous ennuyer comme un rat mort, un petit clic et vous voilà sur Chatroulette.com, où vous pourrez choisir d’activer votre webcam et votre micro (et donc, d’être vue et entendue des autres) ou non. A préciser que si vous préférez rester « invisible » des autres, vous aurez de fortes chances de vous faire « nexter ».

Le but sur Chatroulette, c’est d’échanger dans la bonne humeur avec une personne sortie de nulle part, peut-être à l’autre bout du monde, qui vient peut-être de se lever alors que vous vous apprêtez à aller vous coucher. Quelqu’un à qui vous n’auriez peut-être pas parlé dans la vraie vie. Seul point commun certifié : vous êtes connectés en même temps à ce qui fait le buzz du moment. Libre à vous ensuite d’échanger comme il vous plaît.

La théorie… Et la pratique

Sur le principe, c’est extraordinaire. Dans un magazine féminin y’a quelques semaines, je lisais encore le témoignage de cette jeune femme qui travaille en freelance; elle disait, en substance « J’ai arrêté de fumer, je suis constamment stressée. Heureusement, pour remplacer les pauses café clopes que je me faisais avant, je me fais des sessions Chatroulette. La dernière fois, les nerfs en pelote entre deux dossiers et trois e-mails urgents à envoyer, je me suis connectée, et j’ai eu le plaisir de parler avec un Chilien qui m’a joué du ukulélé en live. C’était extra ».

En pratique, soyons franc : les vraies rencontres, celles qui sont intéressantes et enrichissantes, sont méga-rares. Et pour cause, réfléchissons deux minutes : Chatroulette représente l’opportunité d’être ouvert sur l’extérieur avec tout le voyeurisme du monde … tout en restant bien au chaud chez soi, avec le masque de l’anonymat. De quoi convoquer nos vices les plus profonds ! Rafale de pénis, exhibitionnisme, gens déguisés, insultes : voici un florilège de ce que vous pourrez trouver sur Chatroulette.

Comme le résume si bien ce jeune homme sur son Twitter.

Slate.fr l’explique bien, ce « speed-dating totalement ouvert » est une brèche dans laquelle s’introduit tous les désirs sexuels les plus immédiats. D’où les nombreux hommes qui s’amusent à s’astiquer le poireau en direct live (ATTENTION LIEN INTERDIT AUX MOINS DE 18 ANS : le secouage de nouille est à ce point inhérent au phénomène qu’un tumblr florilège de screenshots a même été crée).

Les internautes retombent en enfance. A la manière de nos premières bêtises à l’âge de 8 ans (quand on s’amusait à décrocher le combiné et composer un numéro au hasard), Chatroulette fonctionne comme un cabinet des horreurs, qui grâce aux moyens 2.0 du moment, s’immiscent le temps d’une connexion dans l’espace privé que sont a priori nos foyers. Ce qui explique la fascination des uns pour les horreurs des autres. Et la machine tourne.

Chatroulette VS Omegle

Omegle, site de chat aléatoire et anonyme, proposait déjà le même service, mais en version écrite (plus de détails ici). Chatroulette, en intégrant l’utilisation de la webcam, apporte une nouvelle dimension. On rigolait déjà beaucoup avec Omegle. On rigole encore plus avec Chatroulette. L’excitation est d’autant plus au rendez-vous que l’anonymat n’est qu’à moitié assuré : montrer son visage, c’est déjà révéler une grosse partie de son identité. Et de sa figure sociale. La tension est donc plus importante, le défi plus grand. Quelque part, on en prendrait presque plus au sérieux ce qu’on dit, puisqu’il est accompagné de ce qu’on donne à voir.

Au fond, ces évolutions technologiques n’ont pas fini de renouer avec le débat de la protection des enfants et des ados sur internet. Par exemple, autant je me marre bien sur Chatroulette avec mes potes, autant j’ai formellement interdit à ma petite sœur d’y traîner.

Bon, en attendant, si ce n’est déjà fait, je vous recommande d’y faire un petit tour. Au moins pour saisir l’abyssalité de l’absurde du rocambolesque des situations dans lesquelles certains internautes n’hésitent pas à se mettre.

Ou encore les interactions entre utilisateurs, parfois plutôt cocasses. Je vous laisse apprécier cette sélection de screenshots. (Plus de screenshots encore, par ici)

Tout n’est pas noir ou blanc

Et puis, si ça peut vous rassurer : les vraies rencontres restent possibles. Mon pote Léo est aujourd’hui ami sur Facebook avec une nana du Texas, après avoir parlé avec elle 1h30 sur Chatroulette. Mon copain Alex a discuté 45 minutes de littérature russe avec un slovaque et ma copine Stef est restée 30 minutes hilare parce que l’allemande sur qui elle est tombée portait exactement le même tee-shirt qu’elle. J’ai aussi 2 potes qui sont tout simplement tombés l’un sur l’autre, un soir. PFIOU.

chatroulettechatroulettechatroulette

À lire aussi : Wrecking Ball sur Chatroulette, la meilleure vidéo du monde


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

40
Avatar de Marine.C
3 mars 2011 à 22h03
Marine.C
Perso j'ai essayé Omegle et c'est assez sympa. J'ai rencontré un type de Floride, on a échangé nos mails au bout de quelques heures de discussion, vraiment sympa

Il faudra quand même que j'aille essayé chatroulette un de ces quatres ^^
0
Voir les 40 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6
Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Photographie de Michelle Perrot, historienne, militante féministe et autrice de "Le Temps des féminismes". // Source : © JF ROBERT
Féminisme

Quand la grande historienne Michelle Perrot raconte comment elle est devenue féministe

La pop culture s'écrit au féminin