Live now
Live now
Masquer
campagne-handicap-changer-de-regard
Société

« Changer de regard » sur les personnes handicapées, encore une idée nulle du gouvernement

En jouant la carte du « changez de regard » dans sa nouvelle campagne, le gouvernement pense bien faire… mais se vautre dans le validisme.

« Opérer un changement profond de regard de la société ». C’est la motivation derrière la nouvelle campagne du Secrétariat d’état chargé des personnes handicapées que l’on voit circuler depuis quelques jours.

À la cantine d’un lycée, dans une soirée d’entreprise, dans un bar, trois vidéos présentent des scènes du quotidien ; à chaque fois, un petit twist nous montre une personne valide percevoir une personne handicapée pour ce qu’elle est, et non pour son handicap.

Sur le papier, on pourrait se dire que l’intention est louable. Pour Les Dévalideuses, c’est un loupé total :

L’association féministe et antivalidiste développe pourquoi cette idée de changer le regard est très limitée en termes d’impact et que cette déconstruction ne doit pas être un enjeu individuel :

« Dire qu’il faut “changer de regard sur le handicap”, cela sous-entend qu’il n’y a pas de problème structurel, et que la majorité des problèmes viennent de l’absence de sensibilisation du public aux questions du handicap. De fait, on individualise le problème du validisme, et on le dépolitise.

Alors effectivement, il y a des trucs à changer dans les mentalités, et on espère y participer à notre échelle. Mais vous savez comment ça se produit ? Par la loi et par l’action. »

Le gouvernement espère-t-il faire oublier sa position sur l’AAH ?

C’est notamment l’un des spots qui a suscité le plus de critiques : en mettant en scène un rencard entre un homme valide et une femme en fauteuil, comment le ministère n’a-t-il pas pu anticiper les réactions des activistes mobilisées pour la déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé ?

Voyons les personnes avant le handicap ! (Le rencard - 30's ST)

Pour rappel, cette prestation sociale est versée aux personnes handicapées en France pour compenser l’inaccessibilité du monde du travail. À l’heure actuelle, son calcul prend en compte les revenus du ou de la partenaire de l’allocataire. Et cela pose un réel problème : si une personne handicapée vit avec une personne qui travaille, elle verra son AAH diminuer, voire disparaître, ce qui a pour conséquence de la placer dans une situation de dépendance économique.

C’est notamment ce qu’a souligné Florence Thune, la directrice de Sidaction, une des nombreuses organisations engagées dans ce combat.

La mobilisation pour la déconjugalisation de l’AAH est bien loin d’être terminée. Si le Sénat a approuvé la mesure ce mardi 12 octobre, le gouvernement y reste fermement opposé. Et préfère donc nous proposer de charmants spots de prévention.

Encore une campagne pleine de bonnes intentions, mais qui sonne creux

Réfléchir aux clichés, dire qu’on ne voit pas le handicap, faire des vœux pieux pour appeler à changer de regard… tout cela sonne comme de bonnes intentions. Et c’est insuffisant.

Car en attendant la France est toujours mauvaise élève quand il s’agit de respecter les droits des personnes handicapées. Pour faire des petits films, il y a du monde. Pour des mesures concrètes, on repassera.

Voyons les personnes avant le handicap ! (La robe - 30's ST)

Ce n’est ni plus, ni moins ce qu’a dit le producteur et humoriste Dominique Farrugia qui n’a pas fait mystère de son agacement à propos de la campagne sur RTL : « Je pense qu’on aurait mieux fait de mettre un peu d’argent dans l’accessibilité que dans un film, ou trois, qui vont nous sensibiliser », a-t-il déploré.

« Est-ce qu’on a pensé à demander aux handicapés de réfléchir à cette campagne ? Je ne pense pas. On a demandé à une agence, on a fait un appel d’offres, on a été vers cette agence qui l’a fait, on a fait appel à un très bon réalisateur… mais qui est valide. »

Une semaine après ces « bonnes habitudes » et autres gestes du quotidien auxquels on nous invite pour sauver la planète, sans prendre à parti les industries les plus polluantes, autant dire que la communication gouvernementale, qu’elle aborde l’environnement ou la laïcité, tombe toujours à côté de la plaque.

À lire aussi : « Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Les Commentaires
10

Avatar de wondermymy31
24 octobre 2021 à 18h33
wondermymy31
Je n'ai pas de handicap visible mais je souffre bcp du regard des gens dans la rue et perd bcp de temps à me triturer la tête sur des choses stupides et superficielles. Je me compare énormément aux gens et ne me sens pas souvent légitime comme personne. Par ex j'aime bcpbcp les fringues et achète par exemple le magazine elle. Mais en parallèle je ne m'habille pas à la mode/ je vais quelques fois à Emmaus et même eux je les trouve chers. Donc je m'habille dans les puces. Je tiens à dire que cela ne relève pas de moyens financiers de priorité et d'éthique.
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Société

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Société
foie-gras

Foie non grata : la mairie de Strasbourg bannit le foie gras de ses évènements officiels

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Parentalité
députée

Scandale au Royaume-Uni : une députée OSE venir bosser avec son bébé

Camille Abbey

26 nov 2021

18
Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Culture Web
Yassification-du-casting-de-Friends

Culture queer, retouches, racisme… le mème de la yassification est plus profond qu’il n’y paraît

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

La société s'écrit au féminin