Live now
Live now
Masquer
pexels-rodnae-productions-eleve classe
Société

L’Éducation nationale a-t-elle compris ce qu’est la laïcité ? On a comme un doute

« C’est ça la laïcité », martèle la nouvelle campagne de l’Éducation nationale à grands coups d’exemples pas franchement opportuns. Jean-Michel Blanquer a-t-il vraiment compris le concept ?

En pleine pandémie, et alors que la rentrée 2021 approche à grands pas, il y a des sujets à côté desquels l’école ne peut pas passer, comme… la laïcité.

Quoi ? Surprise ? Naïve que vous êtes, vous pensiez au protocole sanitaire et aux inquiétudes légitimes autour des mesures annoncées par le ministère de l’Éducation nationale, n’est-ce pas ? Eh non.

Une nouvelle campagne de communication sera lancée ce lundi 30 août et l’aperçu publié hier sur Twitter par un journaliste de l’agence AEF en a énervé plus d’un :

C’est vraiment « ça », la laïcité ?

Sur les huit affiches de scènes de la vie quotidienne, on distingue des enfants, avec les mentions suivantes :

« Permettre à Sacha et Neissa d’être dans le même bain », « Permettre à Milhan et Aliyah de rire des mêmes histoires », « Permettre à Erynn et Edene d’être égales en tout »

L’objectif, explique L’Étudiant, est de « faire comprendre [aux enfants] que la laïcité s’inscrit dans leur quotidien en leur permettant de vivre libres, égaux et unis, quelles que soient leurs convictions » — une intention plutôt louable, à première vue.

« C’est ça la laïcité » assène la campagne, avec moult exemples… où jamais n’apparait la religion. C’est ça, la laïcité, vraiment ? À bien des égards, le ministère de l’Éducation semble faire fausse route.

La laïcité, puisqu’il faut le rappeler, c’est la séparation des Églises et de l’État, la garantie de la neutralité de ce dernier, et de la liberté de culte.

Le rapport avec des enfants en train de jouer ensemble, de faire du sport ou d’étudier ? On n’est pas sûr de bien saisir, à moins… À moins que cette campagne ne sous-entende que certaines religions menacent intrinsèquement le vivre-ensemble et que la laïcité serait un rempart ? À moins qu’elle ne se vautre dans un racisme qui ne dit pas son nom, en désignant certaines confessions religieuses à travers le prénom de certains enfants, ou à travers leur couleur de peau ?

Sur Twitter, le syndicat Sud Éducation 77 s’est fendu d’un long thread que je vous encourage vivement à dérouler en entier, parce qu’il décortique tout le sous-texte stigmatisant qui émane de cette campagne du ministère de l’Éducation nationale :

« Sous un air jovial, ces affiches célèbrent le vivre ensemble, mais en le conditionnant à la laïcité. Sans celle-ci, certaines personnes ne pourraient pas s’intégrer convenablement à la société française. Pourquoi ? Sans doute car ces personnes resteraient trop différentes entre elles, ce qui serait source de conflits. La laïcité permettrait donc d’homogénéiser les populations, de les transformer en bon citoyens (notons la récurrence du mot « même »). »

Blanquer assume

Au-delà de l’analyse, certains ont ironisé sur le caractère déplorable de cette campagne de communication, à l’instar de la journaliste Mona Chollet qui l’a qualifié de « bloubiboulga néocolonial ».

Interrogé sur cette campagne faite « pour unir » et sur les critiques qu’elle a déclenchées, Jean-Michel Blanquer s’est redit opposé à l’emploi du mot « racisé » et a sorti la carte colorblind, assurant qu’il n’avait même pas vu la couleur de peau des enfants présents sur les affiches :

Selon La Croix, les établissements scolaires devront recevoir un « Guide républicain » à la rentrée. Saura-t-il relever le niveau de cette campagne ? On se permet d’en douter.

À lire aussi : La loi séparatisme a été votée. Mais qu’est-ce qu’elle va changer, en réalité ?

Crédit photo : Rodnae Productions via Pexels

Les Commentaires
25

Avatar de Choups57
3 septembre 2021 à 09h38
Choups57
Moi ça me fait toujours rire les débats sur la laïcité à l'école, parce que j'ai grandi et été scolarisé en région parisienne avec aucune culture religieuse , choix de mes parents... Et aujourd'hui, j'habite en Moselle où s'applique l'exception de laïcité, on en parle assez peu dans les débats mais l'enseignement religieux à l'école existe bien en Alsace et en Moselle. Les enfants y sont inscrits d'office et c'est aux parents de signaler dans un délai de 15 jours si on ne souhaite pas que son enfant y assiste. Je ne remets pas en cause ce principe (parce que le droit local a d'autres avantages), mais par contre, on est très peu informés que cet enseignement religieux ne concerne que la religion catholique, et non pas un enseignement DES religions, qui pourrait offrir une vraie ouverture d'esprit aux élèves et régler beaucoup de choses sur la tolérance, parce que je pense qu'en expliquant les autres croyances que la sienne, on peut développer l'empathie et sauver la société !
0
Voir les 25 commentaires

Plus de contenus Société

Qu'est-ce qu'un féminicide ?
Société

Pourquoi l’affaire Marie-Bélen Pisano interroge la notion de féminicide

Elisa Covo

08 fév 2023

2
pexels-katerina-holmes-5905700
Daronne

Écrans et enfants : comment éduquer les jeunes au numérique et à ses risques ?

freestocks-nss2eRzQwgw-unsplash
Santé

Les femmes sont-elles victimes de maltraitance de la part de l’industrie pharmaceutique ?

Louise Chaufourier

08 fév 2023

9
La masculinité, facteur aggravant dans les accidents de la route.
Société

Comment la masculinité toxique aggrave les risques d’accidents de la route

Elisa Covo

08 fév 2023

[Site web] Visuel horizontal Édito (22)
Société

PPDA : pourquoi la publication du livre « Le Prince noir » pose problème

manifestation soutien iran Mahsa Amini – melbourne – Matt Hrkac
Pop culture

Baraye, l’hymne de la révolte iranienne remporte le prix de l’engagement aux Grammy Awards

Maya Boukella

07 fév 2023

solen-feyissa-UWVJaDvXW_c-unsplash
Société

Comment Google ralentit l’accès à l’IVG aux États-Unis

Elisa Covo

07 fév 2023

La couche d’ozone se referme
Ecologie

Bonne nouvelle : le trou dans la couche d’ozone a presque disparu

Elisa Covo

07 fév 2023

1
excision-vert
Féminisme

« Ça fait partie de la tradition » : excisées par nos mères, nous tentons de comprendre

Fenta Savane

07 fév 2023

5
jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

1

La société s'écrit au féminin