Live now
Live now
Masquer
Cette expo mode surréaliste autour de Schiparelli va vous en mettre plein la vue !
Actualité mode

Cette expo mode surréaliste autour de Schiaparelli va vous en mettre plein la vue !

De son vivant, elle faisait trembler Gabrielle Chanel elle-même. Aujourd’hui pourtant, le grand public se souvient à peine de la grande couturière Elsa Schiaparelli. Le Musée des Arts Décoratifs de Paris compte bien y remédier à travers une rétrospective événement.

Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant, Elsa Schiaparelli a largement contribué à dérider la haute couture si guindée du 20e siècle à grande dose d’audace, d’humour, et de surréalisme. Née le 10 septembre 1890 à Rome et morte le 13 novembre 1973 à Paris, elle a eu une vie plus trépidante que n’importe quelle fiction, et des créations que l’histoire de la mode aurait tort d’ignorer. C’est pourquoi le Musée des Arts Décoratifs de Paris lui consacre une exposition rétrospective du 6 juillet 2022 au 22 janvier 2023. Mais qui était donc ce phénomène, qu’on aurait pourtant presque oublié aujourd’hui ?

Visuel Madmoizelle (7)
Extraits de l’exposition « Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli », du 6 juillet 2022 jusqu’au 22 janvier 2023 au Musée des Arts Décoratifs.

Qui était la grande couturière Elsa Schiaparelli dont le MAD fait la rétrospective ?

Elsa Schiaparelli (1890-1973) vient d’une famille romaine d’aristocrates intellectuels qui la trouvent « joliment laide » et l’envoient au couvent après avoir découvert qu’elle écrivait des poèmes érotiques à ses heures perdues. Après une rencontre amoureuse en 1914 (avec Wilhelm Wendt de Kerlor, un théosophe), un voyage à New York en 1916 (avec Gabriële Buffet-Picabia, femme de l’ombre du dadaïsme dont je vous conseille la bio pleine d’artistes signée Anne et Claire Berest), elle amarre à Paris, divorcée de son infidèle mari, sa fille sous le bras. Elle y croise le grand couturier Paul Poiret en 1922 qui lui enjoint de se lancer dans la mode. Elle fonde donc sa propre maison en 1927. Immédiatement, son humour déborde de ses créations au point d’en faire la nouvelle star des podiums, ringardisant alors Gabrielle Chanel dans les années 1930.

Visuel Madmoizelle (7) copie
L’un des fameux pulls à motifs trompe-l’œil d’Elsa Schiaparelli.

Les pullovers tricotés main pour inscrire dans la maille des motifs ludique en trompe-l’œil deviennent rapidement des best-sellers et la première marque de fabrique d’Elsa Schiaparelli. Elle qui adore placer les choses là où on ne les attend pas s’amuse aussi à placer des cachets d’aspirine en guise de collier, des ongles peints comme des griffes au bout de gants, et autre chapeau en forme de chaussure. Bien avant que John Galliano ne le fasse chez Dior, la créatrice détournait du papier journal en robe. Bien avant que Jean Paul Gaultier ne le fasse pour ses parfums, la grande couturière sculptait des torses de femme en guise flacon de sent-bon.

Elsa Schiaparelli faisait des collabs avec des artistes avant que ça ne devienne la mode

Le travail surréaliste d’Elsa Schiaparelli tutoie Salvador Dalí, Jean Cocteau et Man Ray, des artistes qui signent avec elle les premières collabs de l’histoire. Cette créatrice hors-norme chamboule profondément la haute couture, apportant des innovations techniques, mais aussi beaucoup d’humour et de pouvoir. C’est la première à utiliser des zips visibles, à cartonner avec ses licences (une licence consiste à laisser d’autres fabricants utiliser son nom de marque pour des produits à moindre prix). Elle développe dès les années 1930 des manteaux qu’elle qualifie de « hard chic » aux grosses épaulettes, qui deviendront emblématiques des années 1980.

En plus de mettre son génie de la couture, du marketing, et du business, au service de sa vision artistique de la mode, Elsa Schiaparelli s’affirmait aussi comme une femme engagée. Contrainte à l’exil aux États-Unis en 1940 (elle fait le voyage en épinglant sa broche préférée, une colombe, symbole de paix, à sa veste, ce qui est devenu depuis un code important de la maison qui porte encore son nom), elle y assure des conférences féministes qui réunissent jusqu’a 34 000 personnes, et aide la France en guerre depuis New-York.

Elsa Schiaparelli, une artiste surréaliste de la mode ?

Après la Seconde Guerre mondiale, Elsa Schiaparelli embauche le jeune Hubert de Givenchy et quitte elle-même la mode en 1954. Elle signe la même année son autobiographie, Shocking Life où elle explique combien on lui a fait comprendre dès son enfance qu’elle était laide, et aurait besoin de compenser. Ce qu’elle a fait par son intellect et sa créativité, écrivant toujours avec sa poésie surréaliste avoir voulu planter des graines dans sa gorge, ses oreilles et sa bouche, dans l’espoir de faire pousser « un visage couvert de fleurs comme un jardin paradisiaque », rappelle le New York Times. Elle meurt dans son sommeil à 83 ans, le 13 novembre 1973 à Paris.

Ainsi, vous pourrez croiser dans l’exposition que consacre le Musée des Arts Décoratifs à cette artiste surréaliste de la mode plusieurs de ses œuvres. Dont la fameuse « robe homard » (peint par Dalí) de 1937 portée par la duchesse de Windsor (juste avant son mariage) devant l’objectif du grand photographe Cecil Beaton. Ou un étonnant manteau noir en laine et soie, orné de 6 poches en porcelaine rose. Ou encore une cape dans la fameuse teinte « rose shocking » (proche du rose Barbie), brodée d’un immense soleil doré dans le dos.

« Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli », du 6 juillet 2022 jusqu’au 22 janvier 2023 au Musée des Arts Décoratifs (107 Rue de Rivoli, 75001 Paris).

À lire aussi : Comment la cravate est-elle passée d’accessoire d’hommes puissants à celles d’une jeunesse dégenrée

Cette expo mode surréaliste autour de Schiaparelli va vous en mettre plein la vue !
Crédit photo de Une : (de gauche à droite) détail de la Cape « Phoebus » par Elsa Schiaparelli hiver 1937-1938 © Valérie Belin ; créations d’Elsa Schiparelli photographiées par Horst P Horst pour le Vogue USA, 15 mars 1937 © Horst P. Horst, Vogue / Condé Nast ; Robe du soir d’Elsa Schiaparelli en collaboration avec Salvador Dalí, en 1937 © Philadelphia Museum of Art.
L'affiliation sur Madmoizelle

Cet article contient des liens affiliés : toute commande passée via ces liens contribue au financement de Madmoizelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Les Commentaires
1

Avatar de Guerriere-75
7 juillet 2022 à 17h34
Guerriere-75
ca doit être tellement bien cette exposition
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?
Actualité mode

Quelles sont les tendances mode de 2023 sur lesquelles on peut miser ?

Anthony Vincent

01 fév 2023

3
Gucci nomme Sabato de Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c'est qui ?
Actualité mode

Gucci nomme Sabato De Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c’est qui ?

Anthony Vincent

30 jan 2023

Défilé Viktor & Rolf haute couture printemps-été 2023
Actualité mode

À la fahion week de Paris, Viktor & Rolf met la haute couture sens dessus dessous

Anthony Vincent

28 jan 2023

2
Les plissés d’Haider Ackermann pour Jean Paul Gaultier
Actualité mode

Le défilé Jean Paul Gaultier par Haider Ackermann redéfinit la haute couture

Anthony Vincent

27 jan 2023

3
Le défilé Christian Dior haute couture printemps-été 2023 rend femmage à Joséphine Baker
Actualité mode

À la fashion week, le défilé Dior rend femmage à Joséphine Baker

Anthony Vincent

26 jan 2023

Le court métrage de présentation de la collection Iris van Herpen haute couture printemps-été 2023, révélé le 23 janvier 2023
Actualité mode

Pour la fashion week haute couture, la créatrice Iris van Herpen présente un film sous-marin

Anthony Vincent

25 jan 2023

Les créations haute couture de Schiaparelli pour représenter un lion (pour symboliser la fierté), un léopard (la luxure), et une louve (l'avarice)
Actualité mode

Les têtes de lion, louve et léopard du défilé Schiaparelli scandalisent les réseaux et Peta

Anthony Vincent

24 jan 2023

4
Une femme en manteau à carreaux, pantalon rouge et escarpins au milieu d'un terrain vague en béton © Nappy de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Mode In Seine-Saint-Denis, l’appli pour une mode engagée localement, fera-t-elle des émules ?

Anthony Vincent

23 jan 2023

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

Anthony Vincent

22 jan 2023

37
La marque de culotte menstruelle Thinx, reconnue coupable de contenir des substances nocives.jpg
Actualité mode

Les culottes menstruelles Thinx contiendraient des substances nocives, conclut un procès

Anthony Vincent

19 jan 2023

3

La mode s'écrit au féminin