Les Kardashian ressuscitent le corset, et ça m’inquiète


L'esthétique du corset revient à la mode, mais ce n'est pas de cette tendance qu'on devrait se méfier. C'est du corset en tant que gaine, qui refait sur reface et qui est déjà trop promu sur les réseaux sociaux malgré les dangers qu'il représente.

Les Kardashian ressuscitent le corset, et ça m’inquiète

Le 19 juin 2020

Les célébrités ont toujours porté des versions modernisées du corset pour le style, pendant des concerts ou pour des événements.

Cette saison, la mode du corset revient, mais seulement au niveau esthétique, évidemment : je ne te parle pas ici de modèles ancestraux et dangereux pour la santé.

Il n’est pas non plus question du corset orthopédique dans cet article, évidemment : c’est un dispositif médical et donc un tout autre sujet.

Néanmoins, le corset enfermant et ses cousines les gaines qui se veulent « corriger » la posture n’ont jamais vraiment cessé d’exister, notamment dans le monde du fitness.

Depuis de nombreuses années, les sœurs Kardashian, connues pour leur fameuse silhouette en sablier, font la promo du corset « moderne » qui en anglais prend le nom de « waist trainer ».

Pourtant, l’abolition du corset au début du 20ème siècle est un moment important qui marque l’émancipation des femmes. Alors pourquoi le corset continue-t-il à se vendre et surtout, pourquoi des femmes si influentes en vantent-elles les mérites ?

Une brève Histoire du corset

Je m’appuie ici sur mes cours en école de mode pour te dresser une Histoire fort résumée de ce vêtement !

Le corset fait son apparition au 16ème siècle, pendant la Renaissance, et vient d’Espagne.

Sa première version porte le nom de corps piqué. C’est un busc (une barre rigide placée au devant du buste) généralement en bois ou en acier, destiné à maintenir le buste très droit.

Au départ, il n’enserre pas encore la taille. C’est au bout d’environ un siècle qu’il commence à se concentrer sur cette zone et à la comprimer à l’aide de lacets.

Au 18ème siècle, le corset est d’autant plus ajusté : baleines, laçages, busc, viens là que je t’enserre…

Pendant la Révolution Française, les femmes en ont ras le bonnet phrygien et décident de ranger le corset au fond du placard.

La mode change du tout au tout à ce moment-là. Les femmes se mettent à porter des robes fluides, légères et qui, paradoxalement, tirent leur inspiration de la Reine qu’elles viennent de décapiter.

En effet, dans la dernière partie de son règne (en 1783 précisément), Marie-Antoinette pose pour Elisabeth Vigée-Lebrun vêtue d’une simple robe de Gaulle, ce qui à l’époque était considérée comme une chemise légère. Le tableau a évidemment fait scandale.

La Reine était en effet très inspirée par l’Angleterre, où la mode commençait à se faire un peu moins rigide.

Pendant toute la période du Directoire donc, bye bye le corset et place aux robes fluides et moulantes, collées sur la peau avec de l’huile (ah bah c’était sexy le Directoire ça je te le dis).

Bon, le problème c’est que pour résumer TRÈS rapidement, le 19ème siècle marque l’avènement de la bourgeoisie, et donc cette bande de coincés remettent le corset (ainsi que tout ce qui couvre et qui enferme) au goût du jour. Nul.

Puis la Belle Époque bat sont plein (cette période englobe la fin du 19ème siècle jusqu’au début du 20ème) et le corset enserre comme jamais auparavant.

Le but est d’avoir la taille la plus fine qui soit, on l’appelle la taille de guêpe.

Tu as peut-être même entendu que certaines femme se sont fait retirer des côtes pour avoir une taille plus fine ? C’est faux. Calmons-nous tout de même, on a besoin de nos côtes.

C’est cette silhouette iconique de la Belle Époque qui nous vient généralement en tête quand on pense au corset : la fameuse silhouette « en sablier » qui rehausse le fessier et accentue la cambrure.

Et c’est sur cette silhouette précisément que je vais revenir, une fois que j’aurais fini de te conter (un peu grossièrement je l’avoue, car sinon je devrais écrire un bouquin et j’ai peur te perdre ton attention) l’histoire de cette chose infâme pourtant chérie du vestiaire féminin depuis si longtemps.

Poursuivons, donc. Au début du 20ème siècle, le corset s’abaisse doucement, jusqu’à carrément se placer sous la poitrine et descendre à mi-cuisses.

Il n’enserre plus la taille mais les hanches et le haut des cuisses, pour une silhouette plus filiforme.

C’est là qu’intervient le boss du game, le couturier phare du début du 20ème, j’ai nommé Paul Poiret.

Paul va finalement remettre la mode du Directoire au goût du jour, c’est-à-dire les robes fluides caractérisées par une taille qui se situe sous la poitrine.

Cette silhouette ne demande plus de porter un corset, bien au contraire.

Les femmes commencent donc à porter ces robes sans corsets. Petit à petit, ça se démocratise et le corset fini par passer de mode.

Dans les années 1920, porter le corset n’est plus du tout une convention sociale. L’après-guerre marque un gros changement dans la mode féminine.

La mode des années 1920 est une mode libératrice, caractérisée par des coupes androgynes, épurées, fluides et qui permettent une grande liberté de mouvement.

Les tendances vont évoluer, être plus glamour dans les années 1930, puis plus pratiques dans les années 1940 puisque les femmes travaillent pendant la Seconde Guerre Mondiale…

Et là, c’est le drame.

Les années 1950 marquent le retour de la silhouette corsetée. Cela dit, l’objet en lui-même ne reviendra plus vraiment à la mode : il est remplacé par des gaines qui sont un peu moins douloureuses.

À cette époque, les gens sont traumatisés par la guerre et veulent retrouver des repères.

C’est entre autres pour ça que cette décennie foisonne de pubs sexistes et que la ménagère est partout à cette époque : la femme ne sert plus qu’à prendre soin de son mari qui s’est battu, alors même qu’elle venait de prouver qu’elle pouvait faire le même boulot qu’un homme…

Sombre époque.

De son côté, Coco Chanel, qui a été l’une des plus grandes influences mode des années 1920 et qui a clairement aidé à libérer les femmes des fringues enfermantes, est grave saoulée par Christian Dior.

Le couturier phare des 50s popularise le New Look et la taille fine, après avoir imposé sa fameuse « femme fleur ».

Au grand malheur de Coco, ces silhouettes resteront cependant absolument iconiques… et ultra classes, on va pas se mentir, mais elles marquent quand même un retour en arrière non négligeable.

Le corset n’est plus, ce sont le gaines qui sont à l’honneur. C’est « moins pire », il n’y a pas vraiment d’autres moyens de le dire, mais clairement on reste sur quelques chose d’inconfortable.

Le corset continue d’inspirer les couturiers, cela dit, mais au niveau esthétique. Il se transforme petit à petit en bustier.

Les années 1960 marquent une nouvelle vague d’émancipation pour les femmes (avec notamment la première pilule contraceptive), et le corset et les gaines sont de nouveau démodées.

Il sera cependant remis au goût du jour pendant les années 1980 par Jean-Paul Gaultier et Thierry Mugler.

Rassure-toi, il ne sera alors qu’une inspiration esthétique et plus vraiment un vrai objet enfermant. Il ne se porte plus comme un sous-vêtement mais comme un vêtement à part entière.

À ce moment-là, le corset représente donc plutôt, finalement, une certaine émancipation et une provocation en prenant notamment des formes exagérées.

La mode esthétique du corset

Depuis, lorsque le corset revient, c’est donc surtout de façon esthétique ou exceptionnelle ; souvent, ce sont des choix artistiques que font des stars pour leurs concerts, leurs photoshoots…

Et on ne parle plus ici de ces instruments de l’enfer qui écrasent les organes.

Le corset moderne est une mode qui revient d’ailleurs cette année, je t’en ai parlé sur Rockie ! Il se porte maintenant comme un top et se suffit à lui même. Et quand il se porte avec autre chose, c’est par-dessus et non en-dessous.

Seule l’esthétique est recréée, et les modèles actuels ne sont pas douloureux, bien évidemment.

Le corset comme outil pour modifier sa silhouette

Cependant voilà : comme je te le disais au début de cet article, le corset qui lui se veut réellement enfermant, correcteur de posture et qui resserre la taille existe toujours, mais s’adresse désormais au monde du bodybuilding et du fitness.

En effet, il est vendu sur des sites spécialisés, et il est censé aider à réaliser des exercices physiques… Ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas mauvais pour la santé.

Finalement, le bodybuilding tout comme la fitness sont des sports assez particuliers, puisqu’il ne sont pas exactement là dans le seul but de te faire du bien et de te maintenir en forme.

Ce sont des milieux qui peuvent être compétitifs et pas seulement en terme de gagner des points et des matchs comme une compétition sportive classique.

Il existe des défilés de fitness avec des juges qui élisent la silhouette la plus sculptée, à la manière d’un concours de miss.

Bref, le corset de fitness a beau être fait pour le sport, il s’agit d’un sport dont le but premier est de modifier de silhouette. Tu ne mets pas une gaine pour te faire du bien, tu la mets pour altérer ton physique.

Les Kardashian, grandes adoratrices du corset

Maintenant, le problème qui semble prendre de l’ampleur, c’est que ces corsets sont détournés.

Même si je ne sais pas si on peut vraiment dire que ce soit détourné puisqu’au final, le but reste le même : te donner une certaine silhouette aux dépends des risques sur ta santé.

Alors bien sûr, je ne parle pas du cadre des tapis rouges, galas et autres évènements.

Certes, ça reste controversé, mais il y a une différence entre utiliser un corset de manière ponctuelle et exceptionnelle pour se donner une certaine silhouette sur le moment, et le fait d’en faire un accessoire du quotidien.

Et pourquoi je parle du corset en tant qu’accessoire du quotidien ? Parce que c’est ainsi que les Kardashian, entre autres, traitent la chose depuis des années.

Les sœurs Kardashian sont réputées pour leur silhouette en sablier assez extrême, impossible à obtenir sans chirurgie et sans l’aide d’un corset. Et elle ne s’en cachent pas (ce qui est déjà un bon point, enfin j’imagine).

Depuis de nombreuses années, Kim Kardashian et ses sœurs font des partenariats avec des marques de corsets et de gaines sur Instagram, qu’elles appellent en anglais des « waist trainers ».

Un article de’Insider publié en 2019 interroge un docteur à ce sujet, qui s’exprime sur les danger de cet outil.

Dr Gina Sam, gastroentérologue, explique qu’il n’y a aucune preuve que ces waist trainers fonctionnent réellement :

Si nous voulons dire aux gens qu’ils fonctionnent réellement, nous devons réaliser une étude contrôlée aléatoire, c’est la seule façon de dire aux patients et au public que ces outils fonctionnent.

[À ce jour] il n’y a absolument aucune étude qui l’affirme.

En revanche ce qui est sûr, c’est que ces corsets peuvent causer des dégâts.

Un autre article d’Insider interroge plusieurs docteurs et nous apprend que pour obtenir des résultats à court terme, les utilisatrices de corset risques des nausées, évanouissements, essoufflements et ecchymoses voire des fractures des côtes !

C’est quel genre de « il faut souffrir pour être belle », cette pratique ? Je croyais pourtant qu’on avait dit qu’on prenait ce slogan et qu’on le brûlait ?

Une bodybuildeuse qui témoigne sur Read Unwritten explique également qu’elle a tenté le waist trainer pendant quelques semaines par curiosité. Comme elle ne voyait pas de réels résultats mais vivait un inconfort constant, elle a arrêté.

Après avoir cessé de le porter, j’ai eu du mal à manger et je n’ai pas pu terminer tous mes repas. De plus, j’avais des problèmes digestifs.

Et bah super.

Je ne suis pas là pour critiquer le fait d’avoir un idéal de corps, chacun sa vie, en revanche je critique le fait d’inciter ses followers à se faire du mal pour avoir telle ou telle silhouette.

Je ne suis pas TROP alertée car en vérité, je vois rarement des filles porter des corsets dans la vraie vie. Mais vu l’influence des Kardashian, il doit y en avoir plus que je ne le pense…

Le corset n’est finalement pas excessivement cher et il est facile à se procurer. Kim Kardashian en vend sur l’e-shop de sa propre marque de vêtements, sinon ça se trouve en quelques clics sur Google.

Paradoxalement (est-ce paradoxal ?) (je trouve ça très paradoxal, moi), les mannequins qui représentent la marque de Kim Kardashian sont très variés et envoient une image vraiment… bodypositive !

Ce qui me fait culpabiliser de pointer cette marque du doigt. Astuce ? Complot ? Perturbant tout du moins.

Pourquoi le corset se vend-il toujours en 2020 ?

C’est surprenant, dans ma tête, que la tendance du corset vienne de femmes, qui semblent s’enfermer elles-mêmes dans des carcans patriarcaux impossibles…

Officiellement, personne ne sait QUI a dit en premier qu’il fallait porter un corset.

Cela dit, depuis des centaines d’années, les femmes sont élevées avec l’idée qu’elles sont inférieures aux hommes, vouées à assurer la reproduction de la race humaine jusqu’à la fin des temps, réduites à leur statut de fille, de mère, d’épouse.

Intérioriser cette misogynie peut mener des femmes à prendre des décisions qui ne vont pas « dans leur sens ». En s’épilant par exemple alors qu’au fond, elles n’en ont pas réellement envie.

Mais voilà, il existe un truc qui s’appelle la pression sociale, tu connais…

Cependant, aujourd’hui en 2020, POURQUOI relancer le corset ? Certes, on a toutes et tous encore du boulot à faire niveau déconstruction, mais l’outil dont la famille des prénoms en K fait la pub, ce n’est plus possible !

Je suis à fond pour faire ce qu’on veut, s’habiller (ou pas) comme on veut… Mais inciter à porter (et commercialiser) des instruments de torture… Vraiment ?

On peut débattre sur le fait que les talons sont aussi des instruments de torture, tu me diras, ainsi que certains soutifs et autres étrangetés inventés pour et parfois par les femmes. On peut en discuter, car c’est pas forcément ultra évident.

Mais le corset. Le CORSET. Les risques sont connus depuis longtemps…

Je n’ai plus qu’à espérer que cette mode ne prenne pas et que le mouvement bodypositive continue à prospérer comme il le fait, afin que cette histoire de corset reste un produit utilisé par les riches héritières qui vivent loin, très loin des réalités de la vie.

Ceci n’est pas une critique envers les Kardashian, elles ont l’air ma foi très sympathiques. En revanche c’est une critique envers certaines de leurs pratiques qui non, ne concernent pas qu’elles, pas à partir du moment où elles en font la promo et ont une telle influence !

Et toi, où tu te positionnes dans tout ça ? À ton avis, il y a un risque que le corset en tant que gaine se popularise réellement ?

À lire aussi : Deux morphologies, un seul look : le défi de Denise et Maria sur TikTok

Caroline Arénas

Caroline Arénas

Carotte est rédactrice Mode. Elle aime tout ce qui est les chiots, les graines et l'automne. C'est aussi elle qui écrit cette description à la troisième personne.

Tous ses articles

Commentaires

Dog

@Nastasja baleine en acier spiralé, et épaisseur de tissus. C'est pas mal. Je conseillerai cependant de prendre une taille plus grande et faire un molletonnage en dessous !
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!