« Bling Empire », la télé-réalité sur les vrais « crazy rich asians », est plus profonde que vous le croyez


Bling Empire, c'est la nouvelle télé-réalité de Netflix qui suit de riches héritiers asiatiques ou d'origine asiatique jusque dans leur intimité, aux États-Unis. Ça parle fric, fringues, joaillerie, jets privés mais pas seulement...

« Bling Empire », la télé-réalité sur les vrais « crazy rich asians », est plus profonde que vous le croyez

Bling Empire, c’est la nouvelle télé-réalité de Netflix qui mise sur des personnages au mode de vie ostentatoire pour au faire aux choix : rêver, agacer, ou les deux.

Mais Bling Empire, ça n’est pas que ça…

Bling Empire, de quoi ça parle ?

Christine, Anna, Kim Lee, Kelly, Jaime, Kane Lim et Jessey sont des millionnaires et des milliardaires asiatiques ou asiatiques-américains.

Leurs parents, ou au moins l’un d’entre eux, viennent du Vietnam, du Japon, de la Chine ou encore de Singapour.

Chacun de ces richissimes protagonistes a à cœur de conserver un peu de la culture du pays dont il est originaire, tout en courant les lieux les plus huppés de la côte ouest des États-Unis.

Christine, Anna, Kim Lee, Kelly, Jaime, Kane Lim, Jessey sont tous forts d’au moins quelques dizaines de millions de dollars, mais ont récemment accueilli dans leur groupe de gosses de riches un petit nouveau prénommé Kevin, qui ne vient pas du même milieu.

D’origine vietnamienne, Kevin a été adopté alors qu’il n’était qu’un bébé. Élevé par une famille américaine, il est un mannequin qui mène un train de vie normal, vit en coloc et paye un loyer raisonnable.

Entre Kevin et ses potes, c’est le choc des cultures. 

Halluciné par le prix que peuvent mettre ses amis dans une paire de sneakers Dior, il est le seul à avoir la tête sur les épaules et le sens de la mesure.

Quant à Anna et Christine, elles se jettent dans une guerre à celle qui aura le plus de diamants autour du cou, se chamaillent globalement pour le titre de reine des abeilles.

Dans la bande, on trouve pêle-mêle une DJ ultra célèbre, une blogueuse mode ou encore un héritier de l’immobilier.

Au départ, tous semblent un rien superficiel, arrogants et, disons-le clairement, insupportables, mais au fur et à mesure que l’intrigue étend ses voiles, la télé-réalité prend de l’ampleur.

Les personnages cachent les mêmes fêlures que nous autres, pauvres manantes, et se confrontent à des problématiques humanistes qui transcendent le programme.

Bling Empire, une télé-réalité plus profonde qu’il n’y paraît

Dans son premier épisode, Bling Empire a tout pour agacer.

Des personnages qui se crêpent le chignon pour une histoire de collier en diamants, des accros au shopping caricaturaux et une « intrigue » à la mords-moi-le-nœud.

Mais au fil des épisodes d’une quarantaine de minutes chacun, de nouveaux enjeux se dessinent.

Christine a été rejetée pendant des années par la famille de son époux pour sa difficulté à tomber enceinte (parce qu’en Chine, il est important d’enfanter au moins un garçon, un « héritier »), Kim Lee a été abandonnée par son père alors qu’elle n’était qu’une toute petite fille, Kevin souhaite retrouver ses parents biologiques, et Kelly entretient une relation (très) toxique avec un acteur de Hollywood.

Tous ou presque essuient les drames de la vraie vie, humbles devant les problématiques qui dépassent leur porte-monnaie. 

Finalement, et contrairement à sa petite sœur Selling Sunset, Bling Empire décortique des vies certes extravagantes, mais teintées d’une réalité souvent dramatique.

Bling Empire, des airs de Crazy Rich Asians

Adapté du livre Singapour Millionaire, de Kevin Kwan par le réalisateur Jon Chu, Crazy Rich Asians était la petite révolution filmique de la fin 2018. 

Et pour cause, s’il a eu beau être façonné grâce à l’argent des studios américains, le film était soutenu par une distribution 100% asiatique ou d’origine asiatique.

Les acteurs asiatiques étant justement toujours invisibilisés à Hollywood — où il est de bon ton de transformer des personnages asiatiques en personnages blancs, comme ça a été le cas pour Ghost in the Shell par exemple — un tel casting était un phénomène.

Sorti quelques années seulement après le film Black Panther dont le casting était presque entièrement composé d’acteurs et actrices noirs, ce film représentait la nouvelle brique d’un Hollywood en reconstruction.

Il présentait le mode de vie d’un riche héritier singapourien au travers des yeux d’une héroïne roturière.

Une idée toute simple et déjà vue et revue, qui pourtant posait de vraie questions, notamment sur la représentativité des asiatiques dans le cinéma et sur la lutte des classes.

Dans son sillage, Bling Empire envoie de la paillette en or à foison, sans jamais oublier d’ouvrir à des problématiques assez profondes.

Une série qui s’avale d’une traite et dont on espère souper d’une saison 2 tout bientôt.

À lire aussi : Problématique, l’écart d’âge entre Zendaya et John David Washington à l’écran ?

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

Ogg nounou Ogg

@Kalindi La télé réalité ce n'est pas mon truc et ça ne le sera sans doute jamais (les gouts les couleurs toussa...), mais je trouve que la manière dont tu présentes l'émission et son analyse est très agréable à lire et me donnerait presque envie de regarder. Presque :happy:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!