Live now
Live now
Masquer
Avec ses baskets pré-détruites, Balenciaga instrumentalise-t-elle notre indignation ?
Actualité mode

Avec ses baskets pré-détruites, Balenciaga instrumentalise-t-elle notre indignation ?

Comme à son habitude, la maison française de luxe Balenciaga refait scandale. Après les sacs Tati et le jogging rentré dans les chaussettes façon kiffeur, son directeur artistique Demna Gvasalia sort des baskets pré-détruites, baptisées Paris. L’indignation suscitée peut-elle servir son marketing ?

Demna Gvasalia a l’habitude de choquer. En 2015, avec son label Vêtements, il présentait sa collection automne-hiver 2015-2016 au Dépôt, un sex-club gay de la capitale, s’attirant moult retombées médiatiques mi-offusquées, mi-excitées. Peu de personnes se souviennent des vêtements du défilé, mais tout le monde se souvient de son nom et de sa marque, si bien que François-Henri Pinault (PDG du groupe de luxe Kering) le nomme à la tête de l’illustre maison Balenciaga, reine des constructions architecturées.

De là, Demna Gvasalia enchaîne les pièces à scandale, qui rendent ces créations hyper-commentées, visibles, ce qui se traduit presque mécaniquement par des succès commerciaux. Après les Crocs à talons aiguille, les chaussures minimalistes à cinq orteils, les grands cabas Tati, et les joggings rentrés dans les chaussettes, Balenciaga glamourise à nouveau un autre détail vestimentaire des classes sociales les plus populaires : les baskets vraiment usées.

Les nouvelles baskets pré-détruites de Balenciaga, de 395€ à 1450€

Balenciaga baskets pré-détruites
Comptez 495€ pour les versions mules, 495€ pour les montantes, et 1450€ pour les montantes pré-détruites des sneakers Paris de Balenciaga. © Capture d’écran de l’eshop.

En effet, la maison française de luxe vient de sortir de nouvelles paires de sneakers, baptisées Paris. Elles ressemblent à des Converse, et se déclinent en différentes formes : en version mules ouvertes sur les talons à 395€, ou en montantes, à 495€. Dans les deux cas, elles présentent quelques signes d’usure, comme si elles avaient été grossièrement coupées à coups de ciseaux pour les modèles bas, ou frottées à l’arrière contre des murs pour les hauts.

Mais c’est une autre version qui agite les réseaux sociaux depuis la sortie officielle le 9 mai 2022 des sneakers Paris de Balenciaga par Demna Gvasalia. Car la campagne publicitaire présente des déclinaisons beaucoup plus usées, pleines de trous et de saletés. Officiellement, la marque explique que cette pub vise à montrer que ces nouvelles baskets sont faites pour être portées à vie, même usées jusqu’à la corde.

Et pour mieux marquer les esprits (le but d’une campagne de pub réussie), la maison va même jusqu’à vendre 100 exemplaires extrêmement usées, à 1450€ la paire de baskets pré-salies, pré-trouées, pré-déchiquetées, et donc prêtes à être importables (mais Demna Gvasalia vous répondrait sûrement qu’il s’agit d’un hommage aux ready-made de Marcel Duchamp, qu’il faut les voir comme un geste artistique questionnant notre société, et non comme de vulgaires baskets prêtes-à-porter).

Une campagne de pub provocante, déjà virale grâce à l’indignation des réseaux

Il n’en fallait donc pas plus pour que des internautes s’en insurgent et repartagent à foison le visuel des sneakers les plus détruites et sales, se scandalisant de leur prix. Certains messages ressemblent à une forme de vertu ostentatoire (également appelé virtue signaling). D’autres s’en amusent, lisant dans le geste de Demna Gvasalia chez Balenciaga une forme d’expérimentation sociale pour voir jusqu’où les clients de luxe sont prêts à payer pour se déguiser en personnes pauvres.

https://twitter.com/Abyad_Nafs/status/1524161083677814789

Se déguiser en personne pauvre en achetant plusieurs centaines d’euros des vêtements et des baskets pré-usés, c’est justement ce qui insurge la fondation Abbé Pierre qui a également réagi sur Twitter :

Un bad buzz reste un buzz, certes, mais à quel prix ?

Chercher à provoquer l’indignation et les repartages faisait-il partie de la stratégie marketing de Balenciaga avec cette nouvelle campagne pour ces baskets Paris pré-usées ? On peut se poser la question quand on voit la viralité de ces images massivement repartagées sur Twitter, Instagram, et de nombreux médias pour s’en étonner ou s’en offusquer.

En trending topic pendant quelques heures sur le réseau social à l’oiseau bleu fraîchement racheté par Elon Musk, la maison de luxe française ne serait pas la première à instrumentaliser l’indignation qui favorise la viralité sur les réseaux sociaux. Car susciter de l’engagement et des conversations fait littéralement partie des indicateurs clés de performance (ce qu’on appelle des KPI, en anglais : Key Performance Indicator) d’une campagne de pub.

Qu’autant de personnes et de médias parlent, même en mal, des dernières baskets de Balenciaga améliore mécaniquement le référencement de l’eshop de la marque – déjà la plus mentionnée et recherchée en ligne au dernier trimestre 2021 –, en plus de rappeler aux gens qui l’apprécient qu’elle existe et qu’elle propose des nouveautés. C’est une technique possible de growth hacking, comme disent les marketeux, soit du piratage de croissance. Peut-être qu’un jour, Internet comprendra que repartager la dernière pub d’une marque pour s’en indigner la sert plus qu’elle ne la dessert. Mais pas maintenant, on veut des likes et des RT.

À lire aussi : Envie de plus de couleurs dans votre garde-robe ? Cette collection vous fera de l’oeil !

Crédit photo de Une : Balenciaga.


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

5
Avatar de Guerriere-75
11 mai 2022 à 16h05
Guerriere-75
Franchement c est du grand n'importe quoi je trouve que c est un manque envers les gens qui ont des baskets déchiré comme ils n'ont pas les moyens dont n'achetez des nouvelles , je n'ai jamais acheter chez eux c est pas ca qui va me faire changer d Avis
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Source : Pexels
Actualité mode

SHEIN retire une paire de chaussures pour enfants de son site, car trop nocive par rapport aux normes européennes

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Vinted_11_IVS_1859
Actualité mode

Voici les 3 marques de luxe les plus recherchées sur Vinted

Ce nouveau sac Polène est-il hideux ou somptueux ? // Source : Polène
Actualité mode

Ce nouveau sac-filet en perles de cuir upcyclé Polène est-il hideux ou somptueux ?

À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

À Cannes, la top Bella Hadid, en robe keffieh hommage à la Palestine, joue avec la censure

La chanteuse Thérèse présente ses meilleures pépites de fripes et son rapport à la mode auprès de Madmoizelle // Source : Madmoizelle
Mode

Thérèse, 700 € de shopping annuel : « Les vide-greniers de campagne regorgent de méga pépites »

Pourquoi la collection Monoprix Atelier fait déjà frétiller les fans de mode 1
Actualité mode

Monoprix sort une collection mode faite avec les tissus de grandes maisons : du luxe à petit prix ?

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP, signe d'un retour de hype pour l'enseigne.jpg // Source : Capture d'écran Instagram de Zac Posen
Actualité mode

Anne Hathaway, éblouissante en robe GAP : signe d’un retour de hype pour l’enseigne ?

1
Source : Pexels
Mode

Mauvaise nouvelle, ce célèbre e-shop pour enfant est placé en redressement judiciaire

Capture d'écran TikTok d'une influenceuse faisant un haul de vêtements Shein // Source : @sunlizzeb
Actualité mode

SHEIN émet plus de CO2 que le Paraguay, d’après une nouvelle étude édifiante

1
Une femme essaye des vêtements au milieu d'une friperie
Actualité mode

Ces friperies à Paris vendent tout à 0,95 € (certains jours…)

La vie s'écrit au féminin