Live now
Live now
Masquer
Bad-Bunny-enfile-une-robe-pour-la-nouvelle-campagne-Jacquemus
Actualité mode

Jacquemus enfile une robe sur le chanteur Bad Bunny, et c’est censé être… drôle ?

Habitué à faire parler de lui pour sa musique mais aussi ses looks qui brouillent les frontières de genre, le chanteur de reggaeton Bad Bunny est la star de la nouvelle campagne Jacquemus, façon thirst traps humides. Stop ou encore ?

Pourquoi mettre des hommes célèbres, notoirement cisgenre et hétéro, en robe étiquetée « femme » pour une campagne de mode ? « Pour faire parler les bavards » pourrait répondre n’importe quelle institutrice d’école primaire.

Et elle aurait probablement raison, dans le cas de la nouvelle campagne Jacquemus, baptisé Le Splash, avec l’artiste de rap latino et de reggaeton Bad Bunny, publié sur Instagram le 7 février 2022.

Jacquemus choisit Bad Bunny comme nouvelle égérie iconoclaste
© Jacquemus.

Jacquemus choisit Bad Bunny comme nouvelle égérie iconoclaste

L’interprète de DÁKITI, Yonaguni, CALLAÍTA, ou encore YO PERREO SOLA (dans ce dernier, il se travesti d’ailleurs en vixen, cette figure de danseuse hypersexualisée de clips de rap) porte ainsi des vêtements du créateur français, afin d’être photographié par Tom Kneller et Zoey Radford Scott, à Miami.

S’il n’y a rien de bien surprenant à choisir une célébrité tel que Bad Bunny plutôt qu’un mannequin peu connu du grand public pour retenir l’attention autour d’une marque, Jacquemus cherche à donner envie d’en parler et de la partager massivement (vocation de la plupart des pubs à l’ère des réseaux sociaux).

Bad Bunny se dénude pour la nouvelle campagne Jacquemus
© Jacquemus.

Pour atteindre cette viralité tant convoitée, la marque joue les cartes du brouillage de genres et du thirst trap. Littéralement : attrape-soif. C’est le surnom qu’on donne aux photos un peu dénudées censées donner envie de… copuler, dirons-nous pour rester poli.

Habitué du brouillage de genre sur tapis rouge et dans ses clips (mais pas dans sa vie quotidienne, a priori) et des nudes publiés sur Instagram, Bad Bunny s’adonne à cette nouvelle campagne à coeur joie.

On le voit notamment dans une robe rose beaucoup trop étroite pour lui (alors qu’elle se pré-commande d’ores et déjà du 32 au 48 au prix de 565€, donc on aurait pu lui faire enfiler une taille qui lui siérait davantage, signe qu’il s’agit bien d’un choix délibéré), contractant ses muscles pour accentuer le décalage d’expressions de genre (et en clin d’oeil à un édito mode culte de Brad Pitt posant devant l’objectif du photographe Mark Seliger pour le magazine Rolling Stone en 1999). Des chaussettes blanches glissées dans des mules bien trop petites en rajoutent une couche d’inadéquation volontaire.

Jacquemus brouille-t-il les genres avec Bad Bunny en robe ?

D’autres clichés l’illustrent en train de faire du rollers (Miami oblige) torse nu, vêtu d’un simple caleçon blanc qui dépasse allègrement de son bermuda rayé rose et gris (selon le gimmick mode qu’est le sagging, bien plus politique qu’il n’y paraît). Bien sûr, des chaussettes signées d’un « Jacquemus » bien visibles remontent sur ses mollets.

Une autre photo le présente (dé)vêtu d’un gilet de sauvetage rose et de lunettes de soleil sur un jetski amarré.

Bad Bunny enfile une robe pour la nouvelle campagne Jacquemus
© Jacquemus.

La plupart des photos respirent une joie de vivre colorée, propre à l’esthétique de Jacquemus et à celle de Bad Bunny.

Ce qui peut davantage surprendre et questionner, c’est ce choix pour une marque de vêtements d’avoir fait enfiler des vêtements femme beaucoup trop petits à un homme. Difficile d’y voir une ode à la fluidité des genres, sinon on aurait pu l’habiller d’une robe à sa taille… Il s’en dégage surtout l’impression d’avoir voulu créer un effet comique.

Mais qu’est-ce qui fait qu’une telle image puisse paraître drôle aux yeux de certaines personnes, si ce n’est parce que son humour repose précisément sur le renforcement de la binarité des genres ?

Rire de la binarité des genres plutôt que de la dépasser

En effet, si un premier élan face à ces images pourrait consister à y lire une forme de plaidoyer à la libre expression de soi, difficile de ne pas y déduire en creux combien il serait risible qu’un homme à l’expression de genre aussi masculine enfile une robe rose que nos sociétés occidentales contemporaines codent comme féminine.

Ironiquement, surpasser cette peur du ridicule pourrait même apparaitre aux yeux de certaines personnes comme une preuve de courage, donc un exhausteur de virilité. Mais ce qui pouvait paraître couillu en 1999 l’est-il encore en 2022 ?

Brad-Pitt-en-1999-vs-Bad-Bunny-en-2022
Brad Pitt photographié en 1999 par Mark Seliger pour Rolling Stone versus Bad Bunny photographié par Tom Kneller et Zoey Radford Scott en 2022 pour Jacquemus.

La question se pose d’autant plus vu l’historique de Simon Porte Jacquemus dans le(s) genre(s). L’une de ses précédentes campagnes avec Kendall Jenner, nue, suspendue à un fil, ayant fait scandale, il avait ensuite décidé d’en rire lors d’une soirée du personnel en novembre 2021. Postant un cliché de son imitation du visuel de l’esclandre, il s’était alors bien gardé d’y apparaître nu — renforçant là encore la binarité des genres qu’il n’a de cesse de questionner sans véritablement chercher à la dépasser et à l’abdiquer

Et quand se donner une image progressiste suffit, qu’on en fait ainsi une posture, c’est ce qu’on appelle de la vertu ostentatoire.

Simon Porte singeant sa propre campagne Jacquemus avec Kendall Jenner.
Simon Porte singeant sa propre campagne Jacquemus avec Kendall Jenner.
© publication Instagram de Jacquemus.

À lire aussi : Ce pantalon phare des années 1980 revient : comment porter le fuseau ?

Crédit photo de Une : Bad Bunny photographié par Tom Kneller et Zoey Radford Scott pour Jacquemus.


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

7
Avatar de Anthony Vincent
8 février 2022 à 15h02
Anthony Vincent
@Jester. Je pense que les hommes de la corpulence de Bad Bunny pourraient largement s'habiller en Jacquemus sans être trop à l'étroit. Puisque la robe qu'il porte est disponible (en pré-commande) des tailles 32 à 48 sur l'eshop de la marque.
C'est aussi pour ça que je pense que c'est délibéré de le faire apparaître trop étroit dans une robe choisie trop petite, comme si sa virilité en débordait. Alors qu'il flotterait sûrement dans une taille 48, en réalité.
6
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Emilia Perez, film de Jacques Audiard avec Selena Gomez, en compétition officielle du festival de Cannes 2024 // Source : © Shanna Besson / PAGE 114 / WHY NOT PRODUCTIONS / PATHÉ FILMS / FRANCE 2 CINÉMA / SAINT LAURENT PRODUCTIONS
Actualité mode

Cannes 2024 : Comment la mode finance de plus en plus le cinéma

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l'hilarante série TISSU // Source : Capture d'écran YouTube
Actualité mode

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l’hilarante série TISSU

LE SITE TEMU regorge d'offres agressives // Source : Capture d'écran Temu
Actualité mode

Temu manipule ses consommateurs ? Des assos européennes portent plainte

La marque Esprit dépose le bilan en Europe (oui, l'hécatombe mode continue) // Source : Capture d'écran Instagram d'Esprit
Actualité mode

Emblématique, cette marque dépose le bilan en Europe (oui, l’hécatombe mode continue)

1
Sur Depop, ce short Forever 21 vendu une somme folle devient viral // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Ce short Forever 21 vendu une somme folle sur un site de seconde main devient viral sur TikTok

Noz brade des chaussures et accessois Minelli // Source : Capture d'écran TikTok / Capture d'écran instagram de Noz
Actualité mode

Noz brade des chaussures et accessoires Minelli à -60 % : voici enfin les dates exactes

Deux femmes en train de sortir des vêtements d'un placard // Source : Vinted
Actualité mode

Vinted : comment faire votre déclaration de revenus 2024 si vous vendez beaucoup de seconde main

Eva, 24 ans, 3500 € de shopping annuel : « Mes parents pensent que j'ai un problème : je suis acheteuse compulsive » // Source : Madmoizelle
Mode

Eva, 24 ans, 3500 € de shopping annuel : « Je suis une acheteuse compulsive, mais je tente de me corriger »

4
Zendaya Coleman, Lena Mahfouf, Aya Nakamura et Ashley Graham sur le tapis rouge du Met Gala 2024 // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

Les meilleurs looks du Met Gala 2024 : Zendaya, Aya Nakamura, Lena Mahfouf…

Met Gala 2024 : c'est quoi le thème du tapis rouge ? Sleeping Beauties et Garden of Time // Source : Capture d'écran Instagram
Actualité mode

Met Gala 2024 : c’est quoi le thème du tapis rouge ? Sleeping Beauties et Garden of Time

La vie s'écrit au féminin