Live now
Live now
Masquer
Barbada // Source : Capture d'écran Youtube
Société

Au Québec, la droite réac s’en prend aux drag queens

Le chef du Parti conservateur canadien vient de lancer une pétition pour réclamer que le gouvernement cesse de financer les animations proposées par les drag queens dans les écoles et les bibliothèques municipales du pays.

« La place des drag queens, c’est dans les cabarets, pas dans les bibliothèques ». Le 2 avril, se tenait au Québec, une manifestation contre Barbada, célèbre drag queen canadienne, qui lit depuis 2016 des histoires aux enfants des écoles de la province. Alors qu’elle devait animer une nouvelle « heure du conte » dans la ville de Sainte-Catherine, Barbada a dû se produire dans un lieu tenu secret, par mesure de sécurité. Deux semaines plus tard, le chef du Parti conservateur canadien (qui ne compte aucun élu à l’Assemblée nationale) vient de déposer une pétition pour réclamer que soient suspendus les financements à destination des activités animées par les drag queens à l’école et dans les bibliothèques municipales.

Une guerre culturelle aux fausses allures de protection infantile

Pour nos confrères de Radio-Canada, cela ne fait aucun doute : la haine anti-drag a été directement importée de leurs voisins états-uniens, dont l’actualité ces derniers mois a été émaillée de nombreuses mesures restrictives à l’égard des drag queens et kings. Le média évoque une guerre culturelle :

« D’un côté, on a les valeurs progressistes de diversité, d’inclusion, de tolérance. De l’autre, on a des valeurs plus conservatrices, qui considèrent que le progressisme va trop loin. On constate une espèce de mouvement de ressac par rapport à toutes les évolutions sociales des dernières années, et je pense que le mouvement de protestation contre les drag queens, là, s’inscrit dans ce phénomène plus large. »

Frédérick Nadeau, chercheur au CEFIR, cité par Radio-Canada

En effet, la droite conservatrice mène un combat féroce contre les drag shows aux États-Unis, au nom d’une prétendue protection des plus jeunes : en 2022, les militants du groupe d’extrême droite Proud Boys s’attaquaient aux séances de lectures pour enfants animées par des drag queens dans certaines bibliothèques municipales, criant au lavage de cerveau et accusant les intervenant•e•s d’être de potentiel•les « pédophiles ». Cet argument de protection infantile est la carte joker préférée des conservateurs qui l’utilisent à tout-va pour camoufler tant bien que mal leur LGBTQIA-phobie décomplexée.

À lire aussi : En Australie (aussi), des spectacles pour enfants organisés par des drag queens subissent des pressions

L’éducation sexuelle des enfants en question

C’est sur cette même logique que s’est appuyé Eric Duhaime, chef du Parti conservateur canadien, à l’initiative d’une pétition visant à restreindre les activités animées par des drag queens pour « protéger les enfants ». Comme ses confrères américains, le politique est convaincu que ces interventions, très populaires au Canada, sont « une façon déguisée de faire la promotion de la diversité sexuelle et d’influencer le jugement des plus jeunes ». Se joue aussi une certaine vision de la famille nucléaire traditionnelle, analyse Frédérick Nadeau, qui serait mise en péril par des modèles comme ceux qu’incarnent les drag queens.

En creux, se dessine aussi la question épineuse de l’éducation sexuelle pour les plus jeunes, qui suscite bien des craintes chez les conservateurs, désireux de confier cette tâche aux parents pour éviter que leurs enfants ne soient « pervertis » par des discussions sur les identités de genre et/ou l’orientation sexuelle. Un argument entendu à maintes reprises lors de la manifestation contre Barbada, comme le rapporte Radio-Canada : « Aujourd’hui [les drag-queens] veulent faire de l’éducation. C’est pas leur rôle, ils sont pas formés pour ça ». Ironie absolue, quand on sait qu’en parallèle de sa pratique du drag, Barbada enseigne la musique en primaire.

En France, les animations de drag queens pour enfants sont aussi dans le viseur des conservateurs : en décembre 2022, La Maryposa était la cible d’un torrent de haine suite à l’annonce de sa participation à un cabaret pour tous petits. Un harcèlement alimenté notamment par un débat (sans la première concernée) sur le plateau de Touche pas à mon Poste.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

couple-rire // Source : URL
Couple

Couple : pourquoi ce cap est-il si difficile à passer ?

amber heard interview today show
Société

Amber Heard élue personnalité la plus détestée du monde, ou quand la haine des femmes fleurit en ligne

Source : Lompéal-Instagram
Société

Lomepal est visé par une troisième plainte pour viol, révèle «Mediapart »

Source : Madmoizelle
Société

Mad Prime Spécial Europe : tout ce que vous devez savoir sur les élections européennes

Source : Instagram Judith Godreche
Société

« Laissez ma fille tranquille » : Judith Godrèche défend sa fille Tess Barthélémy, victime de slut-shaming à Cannes

3
Scarlett Johansson en icône 50's dans Asteroid City // Source : LLC
Société

Scarlett Johansson accuse OpenAI d’avoir reproduit sa voix sans permission pour ChatGPT

Source : Instagram/SebMellia
Société

Affaire Seb Mellia : une nouvelle plainte pour viols contre l’humoriste

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Pexels
Société

C’est quoi la « Lip gloss tactic » ? Pour des vidéos virales, il suffirait… d’un gloss

1
Source : Alex Green
Société

« Je me suis retrouvée dans des situations dangereuses » : Lucie, ex-travailleuse sociale auprès des auteurs de violences conjugales

1

La société s'écrit au féminin