Comment Linkin Park a sauvé l’ado que j’étais

Par  |  | 24 Commentaires

Linkin Park a fait vibrer, sauter, suer et hurler l'adolescente que Mymy était. Dix ans après, elle revient sur ce groupe salvateur.

Comment Linkin Park a sauvé l’ado que j’étais

20 juillet 2017. Avant d’aller me coucher, je fais un dernier tour sur Internet.

Chester Bennington, le chanteur de Linkin Park, s’est suicidé.

Quoi ? Non. Hein ? Je fouille. C’est vrai. Mike Shinoda l’a confirmé. J’ai une boule dans le bide, un chat dans la gorge. Je repars dix ans en arrière. J’ai à nouveau envie de hurler.

Linkin Park, c’était LE groupe de mon adolescence. Celui qui m’obsédait, ornait mes murs et tournait en boucle dans ma chaîne hi-fi.

Alors j’ai eu envie de lui rendre hommage.

À lire aussi : Nirvana, l’adolescence et moi

Linkin Park a compris et respecté ma rage d’adolescente

Quand j’étais au collège, j’ai commencé à être en colère.

J’étais en colère contre toutes ces émotions que je ne savais pas exprimer. Contre les journées grises entre les murs du bahut. Contre mes parents qui m’interdisaient ou m’imposaient des trucs.

J’étais en colère de ressentir tant de choses et d’être trop stupide pour les faire sortir. En colère de n’avoir aucun talent artistique. En colère que Fabien, de 5ème C, ne veuille pas sortir avec moi. En colère de ne même pas oser le lui demander.

À lire aussi : Le crush du lycée : chronique d’un échec annoncé

Linkin Park a trouvé mes oreilles, la voix de Chester est venue s’appliquer sur ma colère, comme un baume, ou plutôt comme une saignée.

Enfin un exutoire : écouter Hybrid Theory, en boucle en boucle en boucle, et m’immerger dans cette voix.

Linkin Park ne m’a pas enseigné à gérer ma colère, mais m’a appris que je n’étais pas la seule à la ressentir. Qu’il y en avait d’autres comme moi.

Personne ne soupçonnait que cette petite collégienne en tennis Cache-Cache, avec des feutres parfumés plein son sac, s’asseyait parfois près du cimetière pour écouter Linkin Park à s’en péter les tympans.

À lire aussi : Que sont devenus les emos des années 2000 ?

Linkin Park, mon premier goût de grande

Linkin Park, ça a aussi été un de mes premiers goûts disant « je suis plus un bébé ». Une des premières façons de me distinguer.

Dans mon collège, tout le monde écoutait Sinik et Diam’s. Les « métalleux » et les « gothiques » (des termes TRÈS vagues) n’étaient pas très bien vus.

Entre Hybrid Theory et Meteora, j’ai assumé mon amour pour Linkin Park. Le sigle du groupe recouvrait mes trousses, mes agendas, mon sac Quiksilver et la tranche de mes fausses Converse.

Linkin Park, ce n’était pas la honte : c’était cool. C’était mon goût de meuf différente — un peu snob, je ne le nie pas.

C’était une façon de dire : je n’ai pas beaucoup d’ami•es, vous ne m’aimez pas, eh ben ça tombe bien car je ne suis pas comme vous, et un jour je partirai loin de vous, vivre ma vie, avec Chester dans les oreilles.

Linkin Park, monument de ma pop-culture

Linkin Park a connu un succès fou. Je suis TRÈS loin d’être la seule ado à avoir écouté leurs albums dans le bus l’emmenant au collège ou au lycée.

C’était le groupe préféré des emos et des skateurs, des ados qui se sapaient chez Goéland, qui mettaient trop de khôl et sifflaient de la Smirnoff Ice sur les rampes du skate-park.

CrawlingBreaking the Habit ou Numb étaient les hymnes des incompris•es, des ados torturé•es qui couvraient leurs Skyblogs de poèmes en rose sur fond noir et de photos de meufs avec le mascara qui coule.

À lire aussi : Ces photos que tout le monde prenait au collège/lycée dans les années 2000

Linkin Park, c’était le groupe des ados qui avaient pas forcément beaucoup d’ami•es, et les trouvaient en ligne ou se réfugiaient dans d’autres mondes.

Les premiers millennials à avoir passé leur nuit en session LAN ou sur des forums, à pirater Matrix Reloaded sur eMule ou à faire chauffer leur Playstation 2.

À lire aussi : Clément le no-life, les hamsters qui chantent et autres mèmes disparus des années 2000

Dans les tréfonds de Dailymotion et de YouTube, on trouve les oeuvres de ces ados qui plaquaient les chansons de leur groupe préféré sur des extraits de leurs animes ou jeux vidéo favoris.

Linkin Park, comme les peluches Diddl, les agendas Emily the Strange ou les matinées à regarder Yu-Gi Oh, restera toujours un symbole de mon adolescence. Et j’ai beau être moins en colère, je connais toujours In the End par coeur.

Adieu, Chester, et merci pour tout. Je suis désolée que tu n’aies pas pu guérir comme tu m’as aidée à le faire.

À lire aussi : Posters Avril Lavigne et peluches Diddl : retour sur la déco de ma chambre de collégienne

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (24) Facebook ()
  • MissDodo
    MissDodo, Le 3 août 2017 à 22h23

    Beaucoup de mal aussi, à réaliser, et à accepter.



    Je suis encore et encore terriblement émue par cette vidéo, un de ses derniers concerts... Je trouve qu'il y a beaucoup d'amour dedans et j'aurais aimé être parmi tout ces gens.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!