Lettre d’amour à la France que j’aime

Par  |  | 20 Commentaires

La France, c'est quand même un beau pays. Avec plein de qualités. Mymy a voulu en parler, parce que ce sont trop souvent des gens nauséabonds qui scandent « J'aime la France ».

Lettre d’amour à la France que j’aime

Chère France,

On dit souvent du mal de toi. On dit que tu es un peu réac, un peu vieillotte, que tu n’avances pas assez vite, que tu galères pour vivre avec ton temps. C’est même devenu une expression : chère France, selon certain•es, tu es carrément vieille France.

On dit que tu accueilles trop ou pas assez d’étranger•es, que ta capitale n’a de « ville Lumière » que le nom, que tu te raccroches à ta gloire passée comme une grand-mère se teignant farouchement les cheveux pour ne pas assumer son âge. On dit que tu n’es pas assez ceci, trop cela. Que jamais rien ne va.

Mais je t’aime, moi, chère France. Et j’en ai assez que les seul•es à le dire (en-dehors des gros matchs de foot) soient tout à droite, là-bas, à l’extrême bout, criant « Vive la France » avec beaucoup de sous-texte nauséabond.

À lire aussi : Surveillance, intimidation et insultes : le quotidien glaçant d’une ville dirigée par le Front National

Alors je t’écris une lettre d’amour.

Chère France, j’aime tes campagnes. J’aime les collines verdoyantes, les vergers qui mûrissent doucement, les hectares de pommes, de poires, de blé, d’orge. J’aime la tranquillité poudreuse de tes chemins dérobés, avec des buissons de mûres et des renards curieux.

J’aime ta faune et ta flore loin d’être banale. Chère France, sur ta métropole il n’y a ni jungle ni fabuleux oiseaux bigarrés, mais il y a les chênes rassurants, les sapins imposants (et les champignons cachés à leurs pieds), le chant des mésanges, l’éclair fauve d’un chevreuil dans les sous-bois.

Il y a l’océan et la mer, les dunes herbeuses jusqu’aux vagues et les galets qui font des ricochets.

Chère France, j’aime tes villes. J’aime la diversité de tes architectures, le contraste tranchant entre la modernité d’un bâtiment innovant et les antiques pavés qui l’entourent.

paris-je-taime

J’aime ton Histoire, tes histoires, cachées sur un pan de mur, patientant au-dessus de nos têtes, sur les façades et les frontons, n’attendant qu’un oeil curieux pour nous rappeler qu’avant nous, et après nous, il y a des siècles et des siècles.

Que si tu as du mal à te remuer, chère France, c’est aussi parce que tes racines s’enfoncent loin.

À lire aussi : Manon Bril vous présente Paris au détail

J’aime me souvenir que tu as accueilli ma mère, venue de son Maroc natal, que tu lui as donné un toit, un emploi, et un mari, mon Alsacien de père, pour aboutir à ce qui me rend le plus heureuse au monde : ma famille, mes soeurs, tout autour de moi.

À lire aussi : Mes origines et moi, du Maroc à l’Alsace — Nos Racines

Chère France, j’aime ta nourriture. Ah, ça, tu l’avais vu venir.

J’aime ta tradition, tes baguettes qui croustillent, tes croissants qui fondent entre la langue et le palais, tes plats qui réconfortent, tes desserts qui rassurent. J’aime tes innovations, tes ajouts, ta mixité culinaire. J’aime manger un couscous en buvant du Bordeaux, marier une bière blonde à mon plateau de sushis.

J’aime tes étés, car les pique-niques de tes Français•es sont un mélange d’horizons, un joli mariage qui rassasie.

Chère France, j’aime tes gens. Oh, on en dit tant de mal, de tes habitant•es. Qui baragouinent à peine assez d’anglais pour dire « Where is Brian », qui sont malpolis, râleurs, grévistes, fainéants, lubriques et pas très propres.

À lire aussi : Les Français vus par les films américains

J’aime tes gens qui rient, qui cuisinent, qui mangent, qui inventent, qui paradent, qui célèbrent, qui s’entraident, qui accueillent, qui hébergent, qui accompagnent, qui partagent. J’aime tes gens ouvrant leurs portes à tous les vents, même ceux venus de loin, avec leurs espoirs et leurs peurs.

À lire aussi : Lettre ouverte à la dame du RER B qui m’a redonné foi en moi

J’aime regarder tes gens. Dans le métro, dans la rue, au marché, mes yeux papillonnent, vagabondent.

Sourient quand un jeune homme au jean troué laisse sa place à une vieille dame en fichu lilas. S’écarquillent quand le chamarré d’un sari éblouit une foule grise. Suivent la valse gracieuse d’une femme en tailleur sur sa longboard.

Chère France, je trouve qu’on te résume un peu trop, un peu trop vite et un peu trop souvent.

Quand je me suis cassé la cheville, avec 200€ sur mon compte en banque, c’est toi qui m’a soignée, chère France, et qui m’a dorlotée pour que je ne me préoccupe que de ma guérison. Quand mon loyer est devenu trop cher, mes frais de transport trop élevés, c’est toi qui m’a aidée.

Et quand j’ai envisagé de partir, c’est toi qui m’a souri, me disant que de toute façon, je pouvais revenir quand je voulais.

Je ne suis jamais partie. J’ai un peu peur de te quitter, chère France, pour plus qu’un peu de vacances. J’ai peur que tu ne me manques trop. Et je t’aime, surtout.

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (20) Facebook ()
  • Evony
    Evony, Le 4 mai 2017 à 11h50

    Merci pour cet article.
    C'est bien beau et bien émouvant. :jv:

    Merci à @Anableps pour Mr Ferrat, c'est toute mon enfance qui revient et ça fait du bien.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!