Un réalisateur de films X agresse une actrice porno en public pour Cam Clash

Par  |  | 32 Commentaires

Cam Clash met en scène une actrice porno malmenée à la terrasse d'un café par un réalisateur mécontent de ses « performances ». Comment les personnes attablées vont-elles réagir ?

Un réalisateur de films X agresse une actrice porno en public pour Cam Clash

Cam Clash, l’émission de caméras cachées qui se penche sur des sujets de société, est de retour avec un nouvel épisode !

Celui-ci met en scène une actrice porno malmenée en public. En rendez-vous avec le réalisateur de ses films à la terrasse d’un café parisien, la jeune femme se fait humilier, rabaisser et critiquer sur son physique comme sur ses « performances ».

À lire aussi : Cam Clash s’attaque au harcèlement sexuel dans les transports et ça fait du bien

Les autres client•es du café ne manquent pas de réagir à des propos parfois très violents.

Il agresse une actrice porno, le nouveau Cam Clash

La jeune femme joue le rôle d’une actrice porno apparemment débutante et en difficulté financière, aux prises avec un réalisateur mécontent de son travail.

Il critique son attitude, le fait qu’elle semble avoir mal et ne pas ressentir de plaisir à la caméra. Il évoque avec des termes très crus des scènes physiquement éprouvantes, comme un gang bang ou une double pénétration.

À lire aussi : Quel porno regarde-t-on en France ?

Il cherche à toucher les seins de la jeune femme, malgré ses refus, pour vérifier si ce sont des vrais, et critique leur taille trop réduite. Il veut même l’emmener chez un chirurgien pour les grossir artificiellement.

Comment réagissent les gens à l’agression d’une actrice porno ?

Les réactions des autres client•es du café ne se font pas attendre.

Les femmes réagissent souvent lorsque le « réalisateur » essaye de toucher les seins de l’actrice. Elles lui demandent de respecter son intimité, rappellent que son corps est à elle.

À lire aussi : « Si ce n’est pas oui, c’est non », la campagne efficace du groupe Project Consent

Deux hommes demandent au goujat d’utiliser des termes moins vulgaires, puis lui reprochent son attitude irrespectueuse. Ils finissent par dire, une fois la supercherie révélée, qu’ils trouvent la pornographie avilissante.

À lire aussi : Porno pour femmes, l’experience

Deux intervenantes rappellent au « réalisateur » qu’il n’a aucun droit de parler ainsi à une employée. Ce n’est pas parce qu’il a l’ascendant hiérarchique sur la jeune femme qu’elle ne mérite pas le respect auquel chacun•e a droit.

Enfin, un dernier jeune homme explique ne pas être contre la pornographie en soi. Par contre, il condamne le raccourci entre les actes que l’actrice exerce dans le cadre de son métier et le comportement qu’on adopte avec elle.

À lire aussi : Une étudiante et actrice porno répond à ceux qui la harcèlent

Quel regard la société porte-t-elle sur les actrices porno ?

J’ai trouvé cet épisode rassurant. J’ai trop souvent vu des gens estimer que l’utilisation qu’une femme a de son corps la rend moins digne de respect.

À lire aussi : J’ai « un palmarès d’actrice porno » et je le vis bien

Ici, personne ne s’offusque du métier de cette actrice. C’est le comportement grossier, insultant, humiliant de son interlocuteur qui fait réagir.

Qu’en as-tu pensé, toi ? As-tu déjà été confronté•e à des avis négatifs sur les acteurs et actrices porno ? Comment as-tu réagi ? Viens en parler dans les commentaires !

À lire aussi : Pourquoi regarde-t-on du porno ?


Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Kettricken
    Kettricken, Le 21 juin 2017 à 15h54

    Je me souviens avoir un jour entendu un long interview d'un réalisateur porno qui tournait des films surtout dans les années 70-80. Et une chose m'avait fort frappé : il racontait qu'à l'époque, les acteurs.trices étaient payés à la journée. On mettait sur le contrat qu'il fallait au moins une éjaculation pour un acteur et au moins une simple pénétration ou fellation pour une actrice. Mais c'était vraiment pour dire qu'ils étaient payé à la journée prestée. Et le tarif était le même quelque soit le contenu de la journée.
    Maintenant, les acteurs.trices sont payés à la prestation. Il y a un tarif pour chaque type d'acte. Et bien sûr, pour les actrices, les prestations les plus dures (physiquement ou psychologiquement) sont payés plus cher.
    Donc dans les années 70-80, très peu d'actrices (en tous cas qui tournait avec ce gars) faisaient de la sodomie. Il y en avait une ou deux qui adoraient mais les autres refusaient et ça ne changeait rien pour elle.
    Maintenant, elles sont contraintes de le faire pour des raisons financières. Et comme les actrices les plus dans le besoin le font, la masse d'actrices qui acceptent permet de faire pression sur celles qui refusent.

    Et oui, je suis totalement d'accord avec @Eros Thanatos , tous les témoignages que je vois parlent d'une très grande violence dans le milieu à l'heure actuelle.
    Parmi les liens ressources, il y a aussi le documentaire Hot Girl Wanted sur Netflix qui dénonce le milieu du porno amateur.

    @Laicarde Je comprends ton point de vue. En théorie, je n'aime pas du tout l'idée de la prostitution. Maintenant, si tu écoutes certaines prostituées, elles vont te dire que pénaliser la prostituation, même si ça n'est que le client qui est visé, c'est pousser un peu plus les travailleuses du sexe dans le clandestinité. Et donc les rendre vulnérables.
    Il y a un rapport de force entre les prostituées et les clients bien souvent. Par exemple, les prostituées vont t'expliquer qu'elles ont beau dire d'entrée de jeu "pas d'anal", les clients qui tentent le coup mine de rien avec un doigt en plein acte sont loin d'être rare. Et elles font quoi alors ? Elles piquent un scandale et elles perdent le revenu de leur prestation déjà bien entamée ? Difficile.
    Donc il y a rapport de force. Et vu que dans ce rapport, elles sont défavorisées, tout ce qui les repousse dans la clandestinité est potentiellement dangereux pour elle.
    Bon après, je ne prétend pas connaitre toutes les prostituées. Je ne fais que reprendre les témoignages que j'avais lu.
    Ce blog par exemple : http://melange-instable.blogspot.be/

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!