Live now
Live now
Masquer
Capture d’écran de l’eshop de Zara
Actualité mode

Zara lance son service d’échange, revente, réparation, et don : (fausse) bonne idée ?

Le 21 octobre 2022, le géant espagnol de la fast-fashion a annoncé le lancement d’un service pour donner une nouvelle vie à ses vêtements, par le troc, la réparation, la revente ou le don. Histoire de reprendre la main sur le second marché ?

Face au marché florissant de la seconde main, nombreuses sont les marques à proposer elles-mêmes un service de revente d’occasion, afin d’éviter d’en être complètement exclues. Que ce soit du côté du luxe, comme Isabel Marant, ou du premium comme Sandro. C’est désormais au tour de mastodontes de la fast-fashion de s’y mettre, à l’instar de Zara. Est-ce le signe d’un repositionnement pour échapper à l’étiquette stigmatisante de « mode jetable » ? Oui, mais pas seulement : ce qui peut sembler être une bonne idée en apparence sert aussi, pour les marques, à s’imposer sur le second marché tout en y injectant les pires dynamiques de la fast-fashion, et en maintenant sa propre clientèle dans une forme de circuit fermé. De quoi incarner l’idéal d’une mode circulaire, mais de façon machiavélique…

Zara rend le retour d'achats en ligne payant

Zara lance son propre service de seconde main : stop ou encore ?

Comme le rapporte Reuters, le géant espagnol de la mode va lancer le 3 novembre 2022 son propre service de troc, revente, réparation, et/ou donation de vêtements, qui sera disponible dans un premier temps au Royaume-Uni. C’est la première fois qu’une marque du groupe Inditex (également derrière Bershka, Oysho, Pull & Bear, ou encore Massimo Dutti) s’essaye dans le second marché. Ce dernier s’évalue à 71,2 milliards de dollars en 2022, et devrait encore grandement croître, d’après un rapport de Future Market Insights datant de septembre. Avec ce nouveau service de seconde main, Zara peut donc se positionner sur ce marché porteur, tout en s’affichant plus conscient et engagé sur les questions d’éco-responsabilité.

Vous avez peut-être déjà remarqué la façon dont des vêtements Zara, à peine sortis en boutique, se revendent déjà sur des plateformes de mode d’occasion telles que Vinted ? On peut donc comprendre facilement l’intérêt de la marque à intégrer ce processus de revente à son modèle économique.

Vers une « fast-fashionisation » du marché de la seconde main ?

Mais combien de personnes ramèneront vraiment leurs vêtements pour les réparer (encore faut-il qu’ils soient d’assez bonne qualité pour valoir d’être reportés post-réparation) et/ou les donner ? Il y a fort à parier que ce service servira surtout à Zara. Comment ? En lui permettant de conserver, ou « fidéliser », comme le veut le jargon marketing, ses clients dans une forme de circuit fermé. C’est un peu : « vive la mode circulaire, mais seulement chez nous ». Un fonctionnement que n’importe quelle marque pourrait s’approprier, probablement grâce à un système de bon d’achat en boutique (comme c’est souvent le cas chez la concurrence) qui incitera à consommer encore et toujours plus de vêtements chez eux, qu’ils soient de première ou de seconde main.

C’est typiquement le genre de dynamiques dignes de la fast-fashion qui commencent à irriguer le marché d’occasion, comme le décryptait Élodie Juge dans le podcast Matières Premières. L’ingénieure et docteure en sciences de gestion, membre de la chaire industrielle TREND(S) (Transformation of Retailing Ecosystem(s) & New market DynamicS) à l’université de Lille y décortique la façon dont s’opère actuellement une inquiétante « fast-fashionisation » de la seconde main.

Alors que Zara s’affiche toujours plus premium, notamment sous l’impulsion de sa nouvelle dirigeante Marta Ortega (fille du fondateur Amancio Ortega, douzième fortune du monde en 2021, selon Forbes), il y a fort à parier que la marque va rester un modèle à suivre pour ses homologues et concurrents.

À lire aussi : Inside the Shein Machine, le docu choc sur le géant de l’ultra fast-fashion

Crédit photo de Une : Capture d’écran de l’eshop de Zara.

Les Commentaires
1

Avatar de Penny65
5 novembre 2022 à 18h47
Penny65
Allez, je me lance : si je comprends bien le système, on ramène les vêtements dont on ne veut plus (si ils sont en bon état, ce qui reste à voir avec certaines matières), soit gratuitement, soit en échange d'un bon d'achat (à moins qu'ils n'aillent jusqu'au versement sur notre compte ? ), et ensuite ils le revendent, moins cher, certes, mais ils vendent 2 fois le même produit, avec 1 seul cout de production. Alors, ok, cela nécessite des surfaces et des personnels supplémentaires. Mais je pense qu'en dehors du côté : on recycle, c'est bon pour la planète, c'est aussi du green-washing et une bonne opération marketing. Vendre plusieurs fois le même article, il fallait y penser ... !
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualité mode

Le Viva Magenta, élu couleur de l'année 2023 par Pantone
Actualité mode

Le Viva Magenta, élu couleur de l’année 2023 par Pantone

Anthony Vincent

04 déc 2022

1
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
La marque de lingerie Savage x Fenty de Rihanna, condamnée pour son système d'abonnement contraignant
Actualité mode

La marque Savage x Fenty de Rihanna, condamnée pour son système d’abonnement contraignant

Anthony Vincent

02 déc 2022

2
Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue
Actualité mode

Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue 

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Cette performance forte dénonce la fast-fashion, bien au-delà du Black Friday
Actualité mode

Cette performance forte dénonce la fast-fashion, bien au-delà du Black Friday

Anthony Vincent

30 nov 2022

2
Quelles ont été les marques, vêtements et tendances les plus recherchées de 2022
Actualité mode

Quelles ont été les marques, vêtements et tendances les plus recherchées de 2022 ?

Anthony Vincent

30 nov 2022

1
Du Japon à l'Occident, regards croisés sur le kimono
Actualité mode

Cette exposition sur les kimonos transcende les frontières et les époques

Anthony Vincent

30 nov 2022

Kim Kardashian, ambassadrice de Balenciaga et son sac cagole
Actualité mode

Kim Kardashian questionne son partenariat avec Balenciaga, suite à leur campagne controversée avec des enfants

Anthony Vincent

29 nov 2022

Balenciaga retire sa pub controversée avec des enfants à nounours BDSM
Actualité mode

Balenciaga retire sa pub controversée avec des enfants à nounours BDSM

Anthony Vincent

29 nov 2022

5
Réunir des marques éco-responsables sur une appli pratique, c’est le pari gagnant de Toasty
Actualité mode

Réunir des marques écoresponsables sur une appli informative et ludique, c’est le pari gagnant de Toasty

Anthony Vincent

28 nov 2022

Black Friday 10 sacs à main à prix bien cassé qui valent le détour
Actualité mode

Black Friday : ces sacs à main en promo ne casseront ni votre banque ni votre dos

La Rédaction

25 nov 2022

La mode s'écrit au féminin