Live now
Live now
Masquer
Instagram
Culture Web

Une enquête le prouve : Meghan Markle est victime d’un harcèlement ciblé de complotistes

Une étude menée en octobre 2021 et poursuivie en janvier 2022 montre que des comptes Twitter diffusent des messages de haines contre Meghan Markle en masse, le tout pour promouvoir des théories du complot sur YouTube.

Bien avant que Meghan Markle et le prince Harry décident de se détacher de la vie royale, le couple était victime de harcèlement. C’est entre autres ce qui les a poussés à se séparer de ce statut et à s’installer loin de l’Angleterre.

Depuis que Meghan Markle est avec le Prince Harry, elle est victime de harcèlement en ligne de la part de sa famille, et de la presse.

Bot Sentinel, un service analysant les données Twitter, a mené plusieurs enquêtes depuis octobre 2021 et a découvert que Meghan Markle était victime de comptes très organisés dont le but était de diffuser des messages de haine à son égard. Mais en plus de ces propos haineux et racistes, ces comptes faisaient la promotion de vidéos YouTube sur des théories du complot sur elle.

Meghan Markle victime de comptes très organisés

Les messages de haine sont techniquement interdits sur Twitter et ne devraient donc pas être si facile à diffuser. Cependant, les comptes qui se chargeaient de publier en masse des messages haineux à propos de Meghan Markle sur le réseaux social se sont révélés très malins.

Auto-proclamés comptes « parodiques » sur Twitter, aidant ainsi leurs propos à passer inaperçus, ils utilisaient également l’option compte privé pour se faire moins facilement repérer.

Dans l’étude menée en octobre 2021 par Bot Sentinel et reportée dans The Cut, il a été constaté que 70% des messages de harcèlement envers Meghan Markle provenaient de seulement 83 comptes. Les tweets en question auraient atteint plus de 10 millions d’utilisateurs Twitter.

Capture-décran-2022-01-19-à-10.30.11

Après que le prince Harry et Meghan Markle ont décidé de se détacher de la famille royale, le harcèlement a augmenté, selon Bot Sentinel. La compagnie a repéré environ 114 000 tweets haineux. Certains de ces tweets contenaient des menaces de morts et d’autres accusaient Meghan Markle de mentir sur sa grossesse. Bot Sentinel a identifié 55 comptes Twitter responsables de ces messages.

C’est beaucoup moins que ce que l’on pourrait croire, vu le volume de tweets. Cela démontre un acharnement clair contre Meghan Markle, très organisé et ciblé.

Du harcèlement aux théories du complot

Le 18 janvier 2022, Bot Sentinel a révélé un nouveau rapport concernant le harcèlement de Meghan Markle.

Quelques comptes Twitter diffusant des messages de haine se sont organisés pour créer des théories du complot détaillées dans des vidéos YouTube. La diffusion des messages haineux sur Twitter permet de diriger les internautes vers ces vidéos et de générer des vues.

Bot Sentinel a découvert trois chaînes YouTube « anti-Meghan Markle » dont les vues combinées s’élevaient à 70 millions, ce qui a engendré plus de 490 000 dollars de revenus grâce aux publicités.

Cette enquête révèle donc que les messages haineux en masse sur les réseaux sociaux sont aussi un business juteux, permettant à des personnes très mal intentionnées de faire du profit sur des messages violents et racistes.

La vigilance des plateformes comme Twitter devrait donc grandement être renforcée pour empêcher ces comptes de générer autant d’argent…

Crédit photo : Compte Instagram meghanmarkle_official

À lire aussi : Entre surmenage et harcèlement, Amouranth, streameuse « hot tub », nous invite dans sa vie pas si rose


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

7
Avatar de Guerriere-75
23 janvier 2022 à 23h01
Guerriere-75
A mon avis c'est plus complexe que cela et on ne peut pas le résumer par "la famille royale est méchante avec elle". Déjà qui dans la famille royale, puis chacun à sa relation propre à meghan et on ne sait RIEN mais RIEN de ce qui se dit ni se passe quand les caméras ne tournent pas. Le public peut toujours fantasmer sur qui est le gentil et qui est le méchant dans la famille royale britannique mais ça reste difficile de savoir.
Désolée ceci dit pour elle qu'elle subit du harcèlement j'ai l'impression maintenant que tellement de gens en subissent ces temps-ci chez les influenceurs etc etc cest terrible
Je peux comprendre ton avis
1
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Culture Web

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Canva
Culture Web

Les femmes se sentent-elles plus en sécurité avec les hommes ou avec les ours ? La réponse n’est pas si surprenante

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-02T175930.223
Culture

Amy Winehouse : 3 ressources bien meilleures que Back to Black pour comprendre Amy

Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

14
Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6
Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Photographie de Michelle Perrot, historienne, militante féministe et autrice de "Le Temps des féminismes". // Source : © JF ROBERT
Féminisme

Quand la grande historienne Michelle Perrot raconte comment elle est devenue féministe

La pop culture s'écrit au féminin