Live now
Live now
Masquer
therapie-comportementale-dialectique-selena-gomez
Psycho

Selena Gomez vante la thérapie comportementale dialectique… mais c’est quoi ?

Selena Gomez a loué les mérites de la thérapie comportementale dialectique, qui l’aurait beaucoup aidée. Justine, psychologue, t’explique en quoi consiste cette forme de thérapie !

La semaine dernière, Mymy m’a pokée sur un éventuel sujet : Selena Gomez, au détour d’une interview, soulignait l’importance de prendre soin de sa santé mentale et de faire appel à une aide professionnelle lorsque l’on en ressent le besoin.

La jeune femme expliquait avoir eu recours à un type de psychothérapie particulier, la thérapie comportementale dialectique…

Et si c’était l’occasion de creuser ensemble le sujet ?

Les thérapies cognitives et comportementales

La thérapie comportementale dialectique fait partie des thérapies cognitives et comportementales (TCC) dite « de troisième vague ».

Les TCC sont des thérapies brèves, appuyées sur des preuves (c’est-à-dire dont les méthodes sont issues de recherches scientifiques), qui travaillent sur les liens et interactions entre pensées, émotions et comportements.

On parle souvent de trois vagues de TCC, pour les décrire simplement (et d’avance, mille excuses aux spécialistes pour ces explications raccourcies – pour plus d’infos, clique ici

!).

  • La première, dite « comportementale », a appuyé ses travaux sur l’analyse des comportements et de leur changement
  • La seconde, dite « cognitive », a ensuite étudié les pensées et systèmes de croyance afin de les faire bouger
  • Et la troisième, dite « émotionnelle », propose de travailler sur l’acceptation des émotions ou pensées difficiles (plutôt que l’évitement) et utilise des techniques méditatives.

Dans ce type de thérapie, les patients, patientes et leurs thérapeutes centrent leur attention sur les difficultés actuelles de la personne (et considèrent, selon les situations, leurs éventuelles causes passées).

Ils et elles essaient d’identifier les mécanismes ou schémas qui sont à l’origine de ces difficultés et d’adopter de nouveaux comportements.

La thérapie comportementale dialectique, qu’est-ce que c’est ?

Plus particulièrement, la thérapie comportementale dialectique, développée par la psychologue Marsha M. Linehan, souhaite outiller ses patients et patientes pour réduire les comportements autodommageables (ou suicidaires dans certains cas).

Le but est d’améliorer leur qualité de vie, en articulant des consultations individuelles et des séances réalisées en groupe.

La thérapie comportementale dialectique poursuit 4 grands objectifs :

  • S’entraîner à « vivre l’instant » et adopter une présence attentive (par le biais d’exercices de pleine conscience, entraîner les personnes à observer et décrire ce qu’elles ressentent, et accueillir sans jugement ce qui est là)
  • Améliorer ses relations aux autres (travailler son « efficacité interpersonnelle » en observant la manière dont on interagit avec celles et ceux qui nous entourent, et s’entraîner à développer des compétences relationnelles : apprendre à dire non, naviguer un conflit…)
  • Améliorer notre tolérance au stress (en apprenant à considérer que, parfois, les circonstances de nos vies sont stressantes : accepter que cela existe permettrait de sortir d’une lutte intérieure et améliorerait déjà notre bien-être)
  • Et l’apprentissage de la régulation émotionnelle (identifier et labelliser ses émotions, percevoir les obstacles pour changer ces émotions, augmenter les émotions positives…).

La thérapie comportementale dialectique, pour aller mieux dans sa tête

Finalement, la thérapie comportementale dialectique, comme d’autres types de TCC, nous propose de ne pas percevoir nos expériences comme bonnes ou mauvaises.

L’idée est de les considérer comme ce qu’elles sont : des expériences, à laquelle nous associons des pensées, des émotions et des comportements.

Dans les TCC de « troisième vague », les patients et patientes seront encouragées à :

  • Reconnaître leurs forces et à réfléchir aux manières de les utiliser pour améliorer leur bien-être
  • Analyser leurs comportements et à remplacer ceux qui seraient néfastes
  • Prêter attention à leurs pensées et croyances et à percevoir lorsque celles-ci ne sont pas bénéfiques ou adaptées…

Finalement, par le biais de ces démarches, chacun et chacune pourra, en collaboration avec un ou une thérapeute, développer ses compétences et améliorer son bien-être.

Je ne sais pas vous, mais Selena Gomez et moi, on trouve que ça fait drôlement envie (et qu’on devrait même apprendre cela à l’école, tiens) !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Psycho

Source : WB / YouTube
Psycho

Le syndrome de la fille aînée, ou quand être la grande sœur bousille sa santé mentale

4
Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Source : NBC
Psycho

Vous souffrez d’anxiété sociale ? Essayez la « Rejection Therapy »

4
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

femme-triste-cigarette
Psycho

Souffrez-vous de FOPO ? (À ne pas confondre avec le FOMO)

15
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

4
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
Source : Midjourney/ image générée par IA
Psycho

Râler rendrait heureux (seulement sous certaines conditions), affirme une étude

2
couple-dispute
Psycho

Divorce : mauvaise nouvelle, cette croyance populaire est finalement d’actualité

6
Léontine Behaeghel
Psycho

« J’ai vécu enfermée, isolée pendant neuf mois » : Léontine Behaeghel nous raconte sa relation d’emprise avec son parrain de 60 ans

pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

La vie s'écrit au féminin