Live now
Live now
Masquer
reglement-de-compte-orange-bank-colocation-madmoizelle
Règlement de comptes

Sara, 2150€/mois en Angleterre : « Je vis en coloc avec 7 autres personnes »

Combien gagnez-vous par mois ? Comment dépensez-vous cet argent ? Qui paye quoi dans votre couple ? Voici quelques-unes des questions auxquelles nous nous attaquons dans notre rubrique Règlement de comptes !

Parler d’argent, en France, c’est encore tabou. Pourtant, c’est un sujet passionnant, et par certains aspects… féministe ! Dans notre rubrique Règlement de comptes, des personnes viennent éplucher leur budget, nous parler de leur organisation financière (en couple ou solo) et de leur rapport à l’argent. Aujourd’hui, c’est Sara qui a accepté de nous ouvrir ses comptes.

  • Prénom : Sara
  • Âge : 29 ans
  • Métier : chercheuse dans le domaine de l’écologie des maladies infectieuses dans une agence gouvernementale britannique
  • Salaire mensuel : 2140€
  • Lieu de vie : location d’une chambre dans une colocation avec sept autres personnes, en périphérie d’une ville de taille moyenne du sud de l’Angleterre.

Les revenus de Sara

Chaque mois, la chercheuse touche 2150€ — 2140€ de salaire mensuel net d’impôt ainsi que 10€ d’intérêts bancaires. Compte tenu de son niveau d’études, Sara s’estime plutôt mal payée, mais se trouve très chanceuse d’avoir un CDI dans son corps de métier, ce qui est plutôt rare.

« Après avoir fait plus de huit ans d’études et obtenu un doctorat dans une université réputée, je me considère mal payée. Dans le privé, je pourrais facilement gagner le double, voire le triple de mon salaire mais malheureusement, il est très difficile de trouver un travail dans ma branche hors des universités/agences gouvernementales. Trouver un CDI est aussi le Saint Graal : en tant que chercheuse, la plupart des contrats sont des CDD de 2/3 ans. »

« Ma devise avec l’argent, c’est que “trop n’est pas assez” »

Les grands-parents de Sara étaient issus d’un milieu très modeste, et sa maman a grandi dans des logements sociaux. Elle a appris à peser chaque dépense, un réflexe qu’elle a transmis à sa fille.

Par la suite, la mère de Sara est devenue institutrice avant de prendre sa retraite ; son père était chef d’atelier dans une entreprise de construction. Dans son enfance, la chercheuse n’a jamais manqué de rien, ses parents gagnaient bien leur vie :

« On allait deux semaines en vacances à la montagne l’été et j’ai fait de l’équitation pendant des années. Même si on avait assez d’argent, ma mère a toujours eu peur de manquer, surtout après le décès de mon père, quand elle a dû assumer toutes les dépenses. Même aujourd’hui, elle réfléchit à chaque coût et prend toujours moins cher. 

Quant à moi, je suis pareille, je fais attention à ce que je dépense, même si j’économise chaque mois. J’achète des vêtements de seconde main, je regarde la télé plutôt que d’aller au ciné… Chaque dépense est réfléchie, j’ai du mal à me faire plaisir parfois. »

De façon générale, Sara a plus de facilités avec les petites dépenses (restaurant, brunch, produit de beauté…) car la note est raisonnable, même si en cumulant sur plusieurs mois elle se rend compte que cela représente une part importante de son budget. Ayant commencé à travailler à 28 ans, et vivant en Angleterre, elle angoisse lorsqu’elle pense à sa retraite et au futur.

« Avant j’économisais pour les coups durs et les loisirs (périodes sans emploi, réparation sur la voiture, voyages), maintenant je pense aussi à ma retraite et si je veux acheter un bien immobilier un jour. Même si je sais que je fais de mon mieux et que j’ai bien assez, c’est une source d’anxiété. »

Les dépenses de Sara

Sara est en couple depuis six mois, et ne vit pas avec son partenaire. Ils ne partagent pas de compte bancaire, elle est donc totalement indépendante financièrement.

« Notre rapport à l’argent est assez similaire. On aime se faire plaisir tous les deux et on va au restaurant ou bruncher en ville de temps en temps. Il a acheté l’appart dans lequel il vit l’an passé et a fait pas mal de rénovations donc il économise pour acheter des meubles et les matériaux pour les travaux. Il met aussi de côté pour les vacances et dépenses imprévues. »

Après cinq années passées en ville, Sara s’est mise à la recherche d’une location avec jardin. Bingo ! Elle déniche une colocation dans une ville moyenne du sud de l’Angleterre, pour laquelle le loyer est abordable et les propriétaires absolument pas intrusifs.

« Les propriétaires sont des particuliers qui investissent des biens afin de les louer. Je ne les connaissais pas avant d’emménager et j’ai trouvé cette chambre par les petites annonces. Il y a des hauts et des bas dans la colocation, mais mon loyer est raisonnable et j’ai un grand jardin. »

Cette chambre lui coûte 650€ par mois et cela inclut la taxe d’habitation, les factures d’électricité, du gaz et internet. Sara évalue ses dépenses alimentaires à 180€ par mois.

« J ‘achète pas mal de produits bios et je fais certaines courses dans une épicerie sans packaging, ce qui est plus cher que le supermarché. Mais je suis végétarienne alors je n’ai pas de dépenses pour la viande. »

Pour se déplacer, Sara utilise sa voiture ; elle a d’ailleurs changé de modèle en juin 2021 pour un véhicule à 2200€, ce qui a fait 180€ lissés sur l’année. À cela s’ajoutent 40€ en moyenne pour des réparations sur la voiture, ainsi que 70€ d’essence.

reglement-de-compte-madmoizelle

« J’aimerais réduire mes dépenses de repas à emporter »

Sa quatrième source de frais est dédiée aux loisirs, dans lesquels elle met 280€ par mois, dont la somme est répartie comme suit :

  • 100€ en nourriture : restaurant et repas à emporter
  • 40€ pour l’escalade 
  • 100€ en moyenne pour les voyages : week-ends en Écosse pour voir des copains et le prix des billets d’avions pour rentrer en France deux fois par an
  • 40€ sur l’année pour dépenses diverses (cosmétique, plantes, décoration etc.)

Sara aimerait vraiment réduire ses dépenses en repas à emporter. C’est une habitude qu’elle a prise durant le confinement :

« J’ai tendance à manger plus quand je suis stressée et pendant les différents confinements, j’avais pris pour habitude de me faire livrer à manger au moins une fois par semaine. C’est assez cher là où je vis, j’en avais facilement pour £20-25 (23-29€) par livraison. »

Dans la colocation, chacun achète ce dont il a besoin de façon indépendante. Pour les choses communes (éponges, produit vaisselle, papier toilette etc.), tout le monde participe  et achète ce dont il y a besoin chacun son tour.

« Globalement je ne fais pas de craquages. Surtout que ces derniers mois j’ai eu des réparations sur ma voiture, donc j’ai fait attention à mes dépenses. Si je fais une folie, ce sera soit pour aller voir des copains et voyager pendant un week-end, soit pour m’offrir un équipement de sport (chaussures de trail, matériel d’escalade, veste de randonnée). Je préfère payer cher pour avoir du matériel de bonne qualité qui durera des années. »

« J’ai un tableur Excel où je reporte chaque revenus/dépenses depuis 2014 »

Dans l’ensemble, Sara essaie d’épargner le plus possible — et elle y parvient, puisqu’elle a eu des revenus fixes l’année dernière et a économisé £550 (630€) par mois, soit un peu plus du quart de son salaire. Il arrive aussi qu’elle ne mette rien de côté certains mois, puis épargne jusqu’à £800 (935€) quand les choses se stabilisent.

Orange Bank, le top de la banque mobile pour gérer simplement votre budget.

Orange Bank, le partenaire de cet article, propose une carte Premium qui permettrait à Sara de mieux gérer son budget et de faire des économies tout au long de l’année.

Pour maîtriser son budget avec Orange Bank, c’est simple, Sara dispose d’un compte avec une carte Premium, avec les paiements et retraits gratuits à l’étranger. En plus elle peut tout gérer depuis sa super App, élue meilleure application bancaire 2022 :

  • Paiements et retraits gratuits partout dans le monde.
  • Solde en temps réel
  • Paramétrage des notifications pour toutes ses dépenses
  • Envoi et demande d’argent instantanés par SMS
  • Des assurances premium pour ses achats 
    • Garantie bonne fin de livraison. 
    • Extension de garantie de 36 mois en plus de la garantie constructeur. 
    • Garantie vol/casse pendant 60 jours pour vos nouveaux achats. 
  • Des assurances premium pour ses voyages 
    • Assurances / assistance voyage. 
    • Garantie location de voiture. 
    • Et bien plus encore : garantie retard de bagages, annulation de voyage, garantie neige et montagne.
  • Gestion et visualisation de son budget en un coup d’œil avec l’outil de visualisation des dépenses

Enfin, si Sara veut partager tous les avantages de sa carte Premium avec un proche de son choix, comme un colocataire par exemple, il lui suffit de souscrire un Pack Premium. Elle bénéficiera alors pour 9,99€ par mois pendant 6 mois, puis 12,99€, de la possibilité d’offrir la gratuité d’une carte Premium. Profiter à deux des qualités de la carte Premium à ce prix-là, c’est vraiment avantageux.

Alors, Sara, n’hésitez plus et offrez-vous le top de la banque mobile avec les offres Premium Orange Bank.

Voir condition sur orangebank.fr

« La galère d’avoir des comptes en banque dans deux pays»

En France, Sara possède un CPP (compte courant postal) pour ses dépenses lorsqu’elle rentre, un livret A sur lequel est placé l’argent de la vente de la maison de sa grand-mère et deux contrats d’assurance vie suite au décès de son père en 2005.

Comme je vis au Royaume-Uni depuis cinq ans, j’ai un compte en banque et un livret A ici. Récemment, ma mère et moi avons décidé d’acheter un appartement à la montagne ensemble. Je voulais placer mon argent, et elle voulait réaliser son rêve. J’ai dû prendre rendez-vous avec ma conseillère financière en France pour racheter mon assurance vie et le transférer sur mon livret A. »

Afin de comprendre son profil fiscal, Sara a pris conseil auprès d’un agent des impôts français avec lequel elle a discuté par téléphone.

« Comme je ne suis pas fiscalement en France (puisque je paye mes impôts en Angleterre), ce fut très compliqué. Encore aujourd’hui, je ne sais pas si l’Angleterre va décider de mettre son nez dans mes comptes français et m’imposer une deuxième fois… La France exerce ce droit : si j’y étais déclarée fiscalement, je pourrais être imposable sur tous les revenus que je touche en Angleterre une deuxième fois, alors que je paye déjà des impôts dessus. »

​​Merci à Sara d’avoir accepté de répondre à nos questions !

Si jamais vous souhaitez commenter cet article, rappelez-vous qu’une vraie personne est susceptible de vous lire, merci donc de faire preuve de bienveillance et d’éviter les jugements.

Crédit : Photo de cottonbro provenant de Pexels

À lire aussi : Pourquoi les impôts sont sexistes… et que peut-on y faire ?

Les Commentaires
12

Avatar de Esme.
12 mars 2022 à 10h13
Esme.
Je me rend bien compte que mon loyer est dérisoire par rapport à mon emplacement (en effet je paye £550 par mois toutes charges comprises) et c'est pour celà que j'ai fais le choix de rester. Mais à 30 ans et après avoir fait plus de 8 ans d'études supérieures, j'aimerais bien vivre seule dans un petit appartement et ne pas partager une petite cuisine avec 7 autres personnes.

C'est pas du tout une critique, hein. J'ai bien conscience que chacun.e fait comme ille peut, face à l'immobilier qui fait n'importe quoi. (Mon mari et moi commençons les démarches pour acheter une maison en Angleterre, je sais qu'il ne faut pas comparer, mais je sais combien mes frère et sœurs ont acheté les leurs, et ça me donne envie de pleurer. Surtour post covid, on a pu voir l'évolution du prix du m2, et c'est scandaleux...) (et me lancez pas sur leur système de taux renégocié tous les 5 ans, j'ai encore envie de retourner des tables, avec ces conneries. :goth
Quand j'étais à Dublin, dans un quartier paaaas le plus fou ou le plus centre, j'étais en coloc de trois personnes, dont la proprio, qui avait 40-45 ans et besoin de deux locataires pour payer son prêt. Donc clairement, on est sur des pratiques et des tarifs qui sont pas habituels pour la France...
3
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Règlement de comptes

Règlement de comptes
Brooke Cagle / unsplash

Justine, 1 630 € par mois : « Les métiers du social ne sont pas reconnus à leur juste valeur »

Aïda Djoupa

06 oct 2022

7
Règlement de comptes
Roselyn Tirado Unsplash

Fiona, 2 100 € par mois en micro-entreprise : « Mon objectif n’est pas de me tuer au travail »

Aïda Djoupa

29 sep 2022

15
Règlement de comptes
Andrea Piacquadio / Pexels

Tiphaine, 4 475 € par mois : « Je vois une psy pour parler d’argent »

Aïda Djoupa

22 sep 2022

182
Règlement de comptes
femme en train de conduire

My-Lan, 2 168 € par mois : « Mon célibat contribue au fait que je n’économise pas »

Aïda Djoupa

08 sep 2022

35
Règlement de comptes
Karolina Grabowska / Pexels

Bravo, 3 070 € par mois : « Je ne comprends rien aux impôts »

Aïda Djoupa

01 sep 2022

74
Règlement de comptes
Caleb Oquendo / Pexels

Manon, 2 500 € à deux : « Je suis constamment à découvert »

Aïda Djoupa

25 août 2022

45
Règlement de comptes
Soroush Karimi / Unsplash

Clémentine, 4 460 € par mois à deux : « Je rachète déjà des trimestres de retraite »

Aïda Djoupa

18 août 2022

7
Règlement de comptes
Nhi Dham / Unsplash

Delphine, 1 805€ par mois : « Je gère mon budget comme une pro »

Aïda Djoupa

11 août 2022

8
Règlement de comptes
Tran Mau Tri Tam / Unsplash

Laure, 2 188 € par mois : « En ce moment, j’ai des grosses galères de budget »

Aïda Djoupa

04 août 2022

31
Règlement de comptes
Jimmy Dean / Unsplash

Camélia, 2 563 € par mois à deux : « J’économise pour ne pas me retrouver sans rien en cas de séparation »

Aïda Djoupa

28 juil 2022

31

Témoignages

1 2 3 4 5 6 7 8 9