Pourquoi les fans de Ghibli conspuent le nouveau film du studio, « Aya et la sorcière »


Loin de son animation classique et délicate habituelle, le nouveau film du studio Ghibli, Aya et la sorcière, s'essaye à la 3D. Un choix qui ne plait pas à tout le monde...

Pourquoi les fans de Ghibli conspuent le nouveau film du studio, « Aya et la sorcière »

S’il y a bien un homme qui peut se targuer d’avoir quasiment toutes les faveurs du public, c’est bien le maître Hayao Miyazaki. Depuis son tout premier film intitulé Horus, prince du soleil, sorti en 1968, le réalisateur de films d’animation japonais éblouit son public et fait rayonner son art au-delà des frontières de son pays.

Mais s’il fait d’ordinaire l’unanimité, on ne peut pas en dire de même de son fils…

Aya et la sorcière, un Ghibli en images de synthèse, ne convainc pas

Gorō Miyazaki, le fils d’Hayao Miyazaki, reprend le flambeau et réalise le tout nouveau film Ghibli. Ça n’est pas la première fois qu’il façonne un long-métrage pour le studio puisqu’il était déjà derrière La Colline aux Coquelicots et Les Contes de Terremer, deux fictions saluées par la critique internationale.

Alors qu’il avait fait une entrée fracassante dans le paysage de l’animation en 2006, le réalisateur de 54 ans se voit aujourd’hui critiqué, notamment par certains titres de presse comme Les Inrocks :

« Ghibli, c’est fini ? C’est ce que l’on pourrait craindre en découvrant la bande-annonce d’Aya et la sorcière de Gorō Miyazaki. »

Les fans aussi, sur Twitter, s’annoncent déçus.

En effet, le studio créé par Hayao Miyazaki pratique d’ordinaire l’animation japonaise classique… mais sa nouvelle œuvre, Aya et la sorcière, est en 3D. Il s’agit de la toute première fois que Ghibli produit un film en trois dimensions.

Au vu de la bande-annonce, il est un peu compliqué de retrouver la patte de ce qui a fait le succès des sublimes Mon voisin Totoro, Le voyage de Chihiro ou Princesse Mononoké.

N’en déplaise aux aficionados, le studio Ghibli décide donc de se moderniser et de, peut-être, conquérir un public plus large.

D’ailleurs, il y a quelques mois, tous les films du studio ont été mis en ligne sur Netflix, signant la volonté du studio à élargir l’horizon de ses consommateurs.

Aya et la sorcière, ça parle de quoi ?

Aya a grandi dans un orphelinat douillet après que sa mère, qui avait des pouvoirs magiques, l’y a laissée. Aimée et choyée, la fillette de 10 ans n’a jamais voulu quitter son cocon ni son cher ami Custard. Espiègle, rusée, elle mène son petit monde par le bout du nez !

Lorsqu’un couple étrange vient l’adopter, Aya se rebelle et suit sa nouvelle famille à reculons… Mais que peuvent bien cacher ce mystérieux Mandrake et cette inquiétante Bella Yaga ?

Aya et la sorcière est actuellement présenté en exclusivité au festival du film fantastique de Gérardmer. On vous promet de le regarder dès aujourd’hui, pour vous en dire vite un peu plus sur ce film qui fait déjà du bruit !

À lire aussi : « Teddy », le loup-garou au crâne rasé qui a conquis les festivals (et nous avec)

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

Tuna

@Dalaigh : On est sur la même longueur d'onde alors ! D'ailleurs je crois qu'Ursula K Le Guin elle-même a été déçue par le film et ne reconnaît pas son œuvre. Je n'ai par lu le roman non plus, mais je tenterai peut être parce qu'en soi l'univers été prometteur. Mais je me souviens de mon émerveillement dans les premières minutes avec ma musique, les magnifiques images de paysage, les personnages intrigants...Et puis c'est comme si le film s'était vidé d'un coup en plein milieu. C'est vraiment fou, même les paysages ont l'air plus vide, l'histoire perd ses enjeux... C'est très bizarre.
Mais la colline aux coquelicots est incroyable :puppyeyes: Ce film arrive à me rendre nostalgique d'une époque et d'un pays que je n'ai pourtant pas connus, c'est tellement agréable. C'est un peu mon film doudou.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!