Live now
Live now
Masquer
Reine Charlotte // Source : Netflix
Culture

Pourquoi La Reine Charlotte est la meilleure série de l’univers Bridgerton 

Lancée le 4 mai dernier sur Netflix, La Reine Charlotte, le préquel de Bridgerton, tient toutes ses promesses. La fiction d’époque reprend les ingrédients qui ont fait le succès de Bridgerton, une dose de profondeur en plus. 

Productrice de Bridgerton, l’adaptation à succès des romans éponymes de Julia  Quinn sur Netflix, Shonda Rhimes a pris les rênes de showrunneuse pour son spin-off, La Reine Charlotte, et ça se sent.

La série mère, composée de deux saisons, fonctionne sur le mode des contes de fée à la sauce Jane Austen : l’orgueil des personnages vient se mettre en travers de leur bonheur, jusqu’au dénouement attendu, le mariage. La Reine Charlotte vient combler les blancs du fameux “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants”. En 1761, la série suit les péripéties du mariage arrangé entre Charlotte de Mecklembourg-Strelitz (India Amarteifio) et le Roi George III (Corey Mylchreest), tandis qu’en 1817, à l’époque de la série Bridgerton, une Reine Charlotte plus âgée (Golda Rosheuvel) fait face à une crise de succession après la mort de sa seule petite-fille légitime. 

Ouvrir la voie

Inspirée par la théorie d’un historien sur les origines potentielles de la Reine Charlotte, Shonda Rhimes s’appuie sur le genre de l’uchronie – un principe de réécriture de l’Histoire dans la fiction – pour imaginer que la période de la Régence anglaise a été un tournant pour les droits des Noirs. Si la série Bridgerton prend place au cœur de cette société anglaise post-raciale, La Reine Charlotte nous raconte ce changement de paradigme, impulsé par le mariage interracial entre Charlotte et George. La double temporalité de la série permet de mesurer le chemin parcouru en un peu plus de 50 ans. 

La Reine Charlotte // Source : Netflix
Source : Netflix

Pour que la cour accepte la souveraine métisse, la mère du roi, Augusta (Michelle Fairley) décide de tenter ce qu’elle appelle “la grande expérience”. Elle accorde des titres de noblesse à plusieurs riches familles noires, dont celle d’Agatha Danbury (Arsema Thomas), qui devient une dame de compagnie proche de Charlotte. Chacune à leur niveau, les deux jeunes femmes font face à l’énorme pression liée à leur statut de pionnières et de représentantes de la communauté noire. Elles doivent s’assurer que cette “grande expérience” ne s’arrête pas à leur génération. Le personnage de Charlotte fait écho à des figures contemporaines qui ont ouvert la voie, comme Barack Obama, premier homme noir à accéder à la présidence des États-Unis, en 2009. L’idée que les personnes métisses, de part leur double culture, ont le pouvoir de réconcilier les peuples traverse la série. 

Grâce à son personnage principal à l’intersection des luttes (pour les droits des femmes et des Noirs), La Reine Charlotte aborde également en filigrane l’égalité femme-homme à travers les obligations et sacrifices de Charlotte, le choix du célibat de Lady Danbury ou encore la pression que subit Augusta de la part de l’exécutif. 

Source : Netflix

La deuxième timeline se concentre sur l’amitié qui unit les versions âgées de Violet Bridgerton et Lady Danbury. Les deux veuves discutent de leur désir sexuel, un sujet invisibilisé dès lors qu’il concerne les personnes âgées. Experte en matière de séries chorales, Shonda Rhimes dépeint divers liens féminins avec une acuité remarquable, qu’ils soient teintés de rivalité ou de sororité.

L’amour, dans toute sa beauté et sa complexité 

A l’instar de Bridgerton, la quête de l’amour romantique demeure le sujet phare de ce préquel. Si Charlotte et Georges ont la chance de tomber amoureux après leur mariage arrangé, Agatha subit depuis plusieurs années un mariage sans amour et des relations sexuelles obligatoires avec son mari. La mort prématurée de ce dernier lui ouvre les portes de la liberté. Plus jamais elle ne souhaitera se marier, ce qui ne l’empêchera pas de s’éprendre d’un homme. Shonda Rhimes explore l’intrication entre mariage et amour et propose différents modèles, sans jamais juger ses personnages féminins, qui se débattent dans une société patriarcale et hétéronormative. 

Source : Netflix

Une romance réussie se doit d’être contrariée. Dans La Reine Charlotte, l’élément perturbateur ne vient pas de l’extérieur. Le bonheur du couple est rapidement assombri par la maladie mentale du roi, qui tente de cacher sa condition à sa femme. Il est prêt à tout pour guérir, quitte à souffrir le martyr aux mains de “docteurs” aux méthodes cruelles. La série aborde ainsi le sujet sensible de la santé mentale. Shonda Rhimes parvient à rendre cette histoire d’amour bouleversante, sans l’idéaliser.

Les très belles séquences romantiques alternent avec la terrible solitude de Charlotte. Le personnage tombe dans le syndrome de l’infirmière : c’est grâce à elle que George trouve un semblant d’équilibre dans sa vie et réussit à se maintenir au pouvoir. Elle est son roc, mais elle ne peut souvent compter que sur elle-même. 

L’histoire d’amour secrète du couple formé par les valets Brimsley et Reynolds, résonne avec celle du couple royal. On n’est pas prêts d’oublier la scène de danse entre les deux amants, qui se termine par un saut dans le temps où Brimsley danse seul… Ce premier couple LGBTQ+ de l’univers de Bridgerton, construit avec autant de soin et de moments de grâce que les autres, vient enrichir ce grand thème de l’amour dans toute sa diversité. La saison 3 de Bridgerton, attendue dans les prochains mois, aura fort à faire pour se hisser à la hauteur de cette passionnante Reine Charlotte.  


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de Loecho
24 mai 2023 à 20h05
Loecho
Cette série était pas parfaite (pourquoi c'est encore le couple gay qui a une fin triste visiblement ?) mais vraiment j'ai trop aimé le fait que des personnages de femmes matures (à divers niveaux car plusieurs âges sont representes) parlent de sexualité c'était super cool !
3
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

Source : Capture d'écran Youtube
Culture

À Coachella, Lana Del Rey fait un duo avec une invitée surprise et met le public en émoi

Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

Bridget Jones // Source : Splendor Films
Culture

Casting, résumé : tout savoir sur Bridget Jones 4 et sa Bridget en daronne veuve

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

La pop culture s'écrit au féminin