Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Revues de films

Pineapple Express

09 déc 2008

La Pineapple express, c’est une variété de marijuana qui t’envoie rapidement au septième ciel. Saul Silver, dealer, est le seul en ville à en avoir. Et quand son client, Dale Denton, laisse tomber son joint sur la route après avoir été témoin d’un assassinat, les deux compères sont sûrs d’être repérés à cause de l’herbe et prennent la fuite.

Tel est le propos un peu loufoque de cette nouvelle comédie qui porte le sceau généralement gage de qualité des Apatow Productions. La nouveauté ici, c’est de plonger tout ce petit monde dans un genre jusqu’ici laissé de côté : la comédie d’action. Meurtre, poursuites en tout genre, explosions et bastons : The Pineapple Express ne laisse aucun ingrédient du film d’action de côté. A ceci près qu’il les assaisonne de bons gros gags écrits par Seth Rogen et Evan Goldberg, cette année aussi scénaristes de la bonne comédie SuperGrave. Tous ne passent pas très bien mais ils portent pour la plupart la marque Apatow qu’on reconnait facilement. Et c’est ce qu’on aime.

Autre nouveauté : David Gordon Green, Américain peu connu mais avec déjà quelques films à son actif, se charge de la réalisation. Malheureusement on ne note pas tellement sa marque. Travailler dans la bande d’Apatow, c’est un peu se fondre dans la masse, ne faire qu’un avec toute cette bande de rigolos.


© Sony Pictures Releasing France

UNE EQUIPE QUI GAGNE

Voir un film de cette bande, c’est un peu comme retrouver de bons vieux copains, avec leurs obsessions et leurs blagues favorites. Le bon copain qu’on retrouve indiscutablement dans The Pineapple express c’est bien sûr James Franco, pour la première fois depuis Freaks & Geeks dans un rôle à sa hauteur. Voir Saul Silver c’est un peu comme retrouver le Daniel Desario de la série, des années plus tard, celui qui nous avait tant manqué et s’égarait un peu dans des rôles surprenants (Spider-Man).

Seth Rogen, James Franco, Craig Robinson, Bill Hader, on les retrouve avec plaisir, avec toujours ces thèmes qui sont leur signature et font le charme de chacune des comédies qu’ils nous offrent. Déconnade à longueur de journée et surtout importance inégalable de l’amitié (voir la dernière scène qui en trois minutes suffit à en faire un bon film) sont les principaux qu’on retrouve dans The Pineapple Express.

Le seul souci, donc, c’est cette surenchère de gags qui ne passe pas toujours bien mais que le genre de la comédie d’action rend nécessaire. C’est ce qui déçoit. On le comprend encore mieux avec cette excellente dernière scène, quand les trois amis déglingués se retrouvent dans un café pour un petit déjeuner et, se remémorant toutes les aventures qui viennent de leur arriver, constatent à quel point ils se sentent proches les uns des autres. C’est clair, les comédies Apatow donnent bien mieux dans le genre intime que dans celui de l’aventure loufoque.

Les Commentaires
3

Avatar de Fab
24 décembre 2008 à 14h10
Fab
Le film est sorti le 3 ; la semaine du 10, il ne jouait plus que dans deux salles dans toute la France! déprimant, non?
J'avais vu ça... c'est d'une tristesse.
Peut-être sortira-t-il en DVD. Peut-être.
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Revues de films

ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
une-femme-du-monde-critique-film
Revues de films

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

La pop culture s'écrit au féminin