Live now
Live now
Masquer
Miles_of_makeup_at_Sephora-Flickr-_Jennie_Robinson_Faber
Société

Perturbateurs endocriniens : les industriels seront obligés d’indiquer s’ils sont présents dans leurs produits

26 août 2021
Envie de savoir si ce que vous appliquez sur votre peau n’est pas dangereux pour votre santé ? Un décret oblige les industriels à mentionner la présence de perturbateurs endocriniens dans leurs produits.

Nous permettre à nous, consommatrices et consommateurs, de savoir ce que contiennent les produits que l’on achète, et surtout s’ils contiennent des substances qui peuvent nous mettre en danger sur le long terme, c’est ce que va permettre le décret paru au Journal Officiel ce mercredi 25 août, dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, dite loi AGEC.

À partir du 1er janvier 2022, les informations sur les perturbateurs endocriniens devront être mises « à disposition du public » par les fabricants.

Le décret ne concerne pas que l’alimentaire, mais aussi les jouets, les produits cosmétiques, les pesticides. Il exclut toutefois les médicaments.

Les perturbateurs endocriniens, ce sont des substances chimiques, naturelles ou artificielles, qui peuvent bouleverser notre fonctionnement hormonal et avoir des conséquences néfastes pour notre santé. Ils peuvent par exemple être impliqués dans l’apparition d’un cancer ou dans des cas d’infertilité.

Les perturbateurs endocriniens, qu'est-ce que c'est ?

La liste des perturbateurs endocriniens disponible en ligne

Les industriels ont donc six mois pour rendre accessible en ligne et de façon gratuite les contenus de leurs produits , sous peine de recevoir une amende : « Cette publication s’effectuera dans un format ouvert permettant à des plates-formes collaboratives d’exploiter ces informations et ainsi de mieux informer le consommateur. »

De nombreuses applis permettant de scanner ses potentiels achats, comme Yuka ou Quelproduit, pourront donc accéder à ces informations.

Mais la méthode choisie ne convainc pas tout le monde. L’association Générations Futures juge que la publication en ligne permet aux fabricants de ne pas trop se mouiller, en confiant aux consommateurs et aux consommatrices le soin d’aller vérifier par leurs propres moyens :

« Nous déplorons que seule la voie numérique ait été retenue. Il est une fois de plus demandé aux citoyens de se rendre sur Internet, de disposer d’un smartphone, d’une application, afin qu’il fasse la démarche de s’informer. Il est une fois de plus regrettable que le devoir d’informer le consommateur se traduise par un transfert de responsabilité sur le citoyen. »

La transparence, c’est bien. Mais on se demande quand même pourquoi indiquer la composition des produits et surtout s’ils contiennent des substances dangereuses pour notre santé se fait par un chemin aussi tortueux.

Si on peut mettre la liste des perturbateurs endocriniens en ligne, ne serait-il pas plus simple de la faire apparaître tout simplement sur les emballages ?

À lire aussi : Videz vos placards, plus de 100 produits de beauté ont été déclarés toxiques

Crédit photo : Jennie Robinson Faber from Toronto, Ontario, Canada, CC BY 2.0 , via Wikimedia Commons

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

Pancarte de manifestation
Société

Vote du Sénat sur l’IVG : « Ce texte a une portée symbolique, mais juridiquement, cela ne change rien »

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

La société s'écrit au féminin