Live now
Live now
Masquer
femme-ordinateur
Culture Web

OK, le sexisme est en roue libre sur YouTube France. Du coup, on fait quoi ?

31 août 2021

Commentaires sexistes, vidéos stéréotypées, manque de représentation des femmes… Sur YouTube, le constat est plutôt morose. Comment changer les choses ? 

La semaine passée, la Fondation des Femmes sortait un rapport intitulé Numérique : le sexisme en liberté, piloté en partenariat avec Sciences Po Paris. En analysant les 200 vidéos les plus vues sur YouTube France en 2019 et 2020, le dossier pointe une « hausse des contenus présentant une image dégradante et humiliante des femmes » : parmi les vidéos étudiées (dont 74% sont des clips musicaux), les hommes gardent le premier rôle à plus de 60%. Et cette surreprésentation s’accompagne largement de stéréotypes de genre, comme l’explique Clara Lopez, l’une des autrices du rapport :

« Quasiment 70% des vidéos étudiées présentent au moins un stéréotype de genre, mais dans plus de 40% des cas, il y a une accumulation de ces stéréotypes et archétypes. »

Parmi ces stéréotypes, on retrouve celui du séducteur ou de l’hyper-viril côté masculin, et de la sentimentale, de la séductrice ou de l’hystérique chez les femmes. 

Le non-consentement est présenté comme de la drague, la masculinité se retrouve renforcée, et les femmes restent dans des rôles figés.

Sylvie Pierre-Brossolette, de la Fondation des Femmes, rappelle que :

« Dans le secteur numérique, il est crucial de lutter contre les stéréotypes et séquences dégradantes pour les femmes, qui font le lit des violences, trop souvent mortelles. »

Car ces stéréotypes, en formatant les mentalités, fournissent des modèles et renforcent les rôles sociaux de genre. Le non-consentement est présenté comme de la drague, la masculinité se retrouve renforcée, et les femmes restent dans des rôles figés. 

Les stéréotypes ont des conséquences sur toutes celles qui passent de l’autre côté de la caméra, et s’affichent sur Internet. Comme le déclare Clara Lopez, autrice du rapport de la Fondation des Femmes :

« Quand les femmes rentrent en jeu, ce n’est jamais anodin ».

Syndrome de l’impostrice, commentaires misogynes et absence de role models 

Ce sexisme en ligne, Justine Reix, journaliste chez Vice, l’a vécu depuis le début de sa carrière. « On lançait un nouveau format, et la majorité des commentaires insultaient mon physique ; si j’avais été un homme, ça n’aurait pas été le cas », explique-t-elle. Il y a quelques mois, elle s’était fendue d’un thread sur Twitter pour expliquer son ras-le-bol. 

« Ce qui m’a agacée le plus, ça a été ma réaction ! De me dire que je n’étais pas belle sur la vidéo, que j’aurais dû être plus féminine, me maquiller… », raconte-t-elle. Une violence patriarcale qui veut continuer à silencier les femmes. Pauline Stumpf, autrice du rapport de la Fondation des Femmes, détaille :

« La violence est liée à la masculinité. Dans le contenu que nous avons étudié, 18,6% des vidéos contiennent des propos violents et/ou à caractère sexuel ou sexiste. »

Insultes, propos misogynes, culture du viol : pas étonnant alors que cette violence à l’écran se retrouve dans les commentaires… et dans la vie hors ligne. 

Cette violence peut être un frein pour les femmes à se lancer sur YouTube — ou d’autres réseaux qui permettent la création de contenus. D’autant qu’elles sont peu représentées dans les vidéos les plus vues : comme l’expose Lucie Chataigne, autrice du rapport, « dans les vidéos d’humour les plus regardées, il n’y a aucune femme en rôle principal ».

« Il faut soutenir la création sans que cela ne se fasse au détriment des femmes. »

Camille Mogan et Caroline Leroy-Blanvillain, avocates, fondation des femmes

Au-delà du sexisme des commentaires, la sous-représentation des femmes sur YouTube emmène peu de modèles hors des corps féminins réifiés et sexualisés, comme le rappelle Amélie Coispel, présidente de l’association Les  Internettes, qui vise à promouvoir et visibiliser les femmes créatrices sur YouTube. Elle ajoute :

« Il y a aussi le syndrome de l’imposteur : énormément de filles qui ne se sentent pas capables et ne savent pas comment commencer. […] Il y a de plus en plus de femmes qui parlent de science, de cinéma… et plus il y en aura, plus il y en aura d’autres : ça va essaimer au fur et à mesure. »

Selon Amélie Coispel, c’est en multipliant les role models que l’on pourra encourager les créatrices à se lancer.

L’association Les Internettes, à travers de l’accompagnement, des cycles de formation et des masterclass, tente de montrer aux jeunes créatrices que c’est possible — « voir quelqu’un comme nous faire des choses, ça permet de se projeter », explique la présidente. Cela passe notamment par le concours des Pouces d’Or, qui s’adresse aux vidéastes ayant moins de 10.000 abonnés. 

YouTube : Elles prennent la parole (documentaire)

Et maintenant, on fait quoi ? 

Parmi les solutions exposées par le rapport de la Fondation des Femmes, des pistes juridiques peuvent permettre d’aller plus loin.

Les activistes suggèrent d’améliorer les lois pour y intégrer la notion de propos et d’images sexistes, mais aussi mettre en place une charte de bonne conduite sur ces questions, sur lesquelles s’engageraient le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et les plateformes — « il faut gonfler l’arsenal juridique », selon Camille Mogan et Caroline Leroy-Blanvillain, avocates et membres de la force juridique de la Fondation des Femmes.

De plus, elles proposent d’instaurer un contrôle sur ces questions de propos et images sexistes au sein des dispositifs de soutien à la création, et notamment dans les attributions de financements. « Il faut soutenir la création sans que cela ne se fasse au détriment des femmes », expliquent les avocates. 

« Il y a un gros travail à faire sur la place des femmes dans la sphère publique. »

Amélie coispel, présidente des internettes

Enfin, l’un des points essentiels est d’intégrer les grandes plateformes du Web, en premier lieu YouTube, à ces discussions : « il ne peut y avoir d’encadrement juridique sans la participation de ces réseaux » expose Caroline Leroy-Blanvillain. Cela passe par améliorer et harmoniser la modération par exemple, pour repérer plus tôt les commentaires sexistes.

Depuis 2018, l’association Les Internettes échange avec YouTube, notamment au sujet de la démonétisation de vidéos traitant de la santé sexuelle des femmes. « Il y a un gros travail à faire là-dessus, sur la place des femmes dans la sphère publique », pose Amélie Coispel. 

Tout n’est pas perdu pour autant : la présidente des Internettes voit du positif dans la nouvelle génération du YouTube game.

« Moi, j’ai l’impression que depuis 2016, ça avance. On a des Léna Situations, Bilal Hassani et compagnie qui déconstruisent les codes. »

Une nouvelle génération beaucoup plus ouverte à ces questions de sexisme, et qui affirme que certaines choses ne sont ni drôles, ni acceptables. Amélie Coispel se sent, en tout cas, pleine d’espoir pour la suite.

« Il y a plein de choses qui avancent — dans le cinéma, les séries, les spectacles… Je pense que YouTube, c’est une autre brique de ce mur de la pop culture. »

À lire aussi : De quoi une femme peut-elle parler sur YouTube ?

Soutenez Les Internettes
Cliquez ici pour adhérer aux Internettes et soutenir les projets de l’association !

Crédit photo : @canweallgo / Unsplash

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture Web

Arts & Expos
Larc-de-triomphe-empaqueté-de-Jeanne-Claude-et-Christo

Jeanne-Claude, l’artiste cachée derrière l’Arc de Triomphe empaqueté (pas que par Christo)

Anthony Vincent

17 sep 2021

Quizz et Tests
crepe-600

TEST – Quelle crêpe êtes-vous ?

Manon Portanier

17 sep 2021

4
Musique
Capture d’écran 2021-09-17 à 09.59.42

Montero : le bébé de Lil Nas X sort aujourd’hui, et c’est un album !

Eva Levy

17 sep 2021

Série télé
4904048.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Charlotte Gainsbourg, Suzanne Lindon : on en sait plus sur nouveau casting d’En Thérapie saison 2

Eva Levy

17 sep 2021

Cinéma
house-of-gaunt

Le film sur les origines de Voldemort,The House of Gaunt, est dispo sur Youtube

Kalindi Ramphul

17 sep 2021

6
Série télé
scenes-from-a-marriage-vertical

Vous croyez au mariage ? Scenes from a marriage va vous faire changer d’avis

Kalindi Ramphul

17 sep 2021

Tech
TikTok – jeunes – trigger – warning

TikTok lance de nouvelles fonctionnalités pour la santé mentale des plus jeunes

Pop culture
Capture d’écran 2021-09-16 à 11.24.53

Nicki Minaj n’était pas au Met Gala et c’est à cause du pote de son cousin

Eva Levy

16 sep 2021

Série télé
Capture d’écran 2021-09-16 à 10.09.23

Le casting du remake du Prince de Bel-Air est officiel

Eva Levy

16 sep 2021

2
Cinéma
west-side-story

La bande-annonce du remake de West Side Story par Spielberg est enfin là

Kalindi Ramphul

16 sep 2021

2

La société s'écrit au féminin