Live now
Live now
Masquer
Une femme Domina en train d'obtenir de l'argent de la part de son money slave // Source : Midjourney
Sexo

Money Slave et BDSM : il est temps de briser le mythe de la domination financière 

Tandis que la pop culture et les médias regorgent d’histoires de femmes remplissant leur compte en banque grâce aux Money Slaves (esclaves financiers en anglais) sans aucune contrepartie, les profils de dominatrices financières fleurissent sur la toile dans l’espoir de mener un mode de vie similaire. Mais la réalité est-elle aussi simple qu’elle paraît ? Des Money Mistress (maîtresses financières) racontent.

Il semblerait que le terme de Money Slave soit devenu un mot clé comme les autres sur Twitter. Sûrement (en partie) parce que le BDSM est un fétiche très populaire : selon une étude datant de 2022 signée la célèbre boutique Dèmonia et relayée par le magazine Elle, 61,4 % des Français·es s’adonneraient à cette pratique sexuelle. Et elle ne se cantonne évidemment pas au lit conjugal : sur les réseaux sociaux, les comptes de dominatrices professionnelles ont fleuri à toute vitesse ces dernières années, et en particulier celles qui sont spécialisées dans la domination financière. Le principe ? Recevoir sans contre-partie de l’argent de la part d’hommes soumis qui prenant plaisir, dans le cas de relations hétérosexuelles, à payer des femmes dominatrices sans qu’elles aient à lever le petit doigt. Car, comme nous l’explique Maîtresse Claire, travailleuse du sexe à temps partiel, une vraie dominatrice ne va pas chercher ses soumis, ce sont ses soumis qui viennent à elle

Les Money Slaves prennent du plaisir à vous acheter des choses ou à vous donner de l’argent directement. Une fois, j’ai simplement tweeté que j’allais dîner avec mon conjoint et que je voulais que quelqu’un paye mon restaurant. Quelques minutes plus tard, j’ai eu une notification de virement, sans aucun message de l’émetteur. Les Money Slaves sont excités par le fait d’être purement et simplement dominé, il n’y a rien de physique ou sexuel.

À lire aussi : TEST — À quel point êtes-vous kinky au lit ?

Dominatrice financière… mais pas que 

Le méga bon plan, vous avez dit ? Si cela en a tout l’air, et que le Money Slavering est dans l’imaginaire collectif un moyen de gagner de l’argent facilement, cette idée reçue a été démentie par toutes les Money Mistress que nous avons interrogées. Selon Hélène*, dont le compte Twitter dédié à la domination financière est actif depuis 2019, la soumission financière serait un fétiche plutôt rare, bien que le sujet fasse du bruit dans les médias :

Les soumis qui envoient de l’argent ou font des cadeaux sans rien en échange, il y en a en réalité très très peu. La plupart paient pour une prestation, même s’il n’y a pas de contact physique : nude, photos de pied… Malheureusement, beaucoup de filles, notamment les plus jeunes d’entre elles, ignorent cette réalité et se jettent dans la fosse aux lions, croyant être en terrain connu parce qu’elles ont lu tel ou tel article. Il n’est pas rare qu’elles tombent alors sur des faux profils de Money Slaves qui leur promettent Monts et Merveille mais qui, au final, ne paient pas

Tout comme Hélène*, Lana Nawa, dominatrice depuis 2016, s’est rapidement rendu compte que les hommes à la recherche de domination financière étaient assez rares sur le marché du travail du sexe. C’est pourquoi, en tant que Domina, elle propose des prestations liées plus généralement aux pratiques BDSM :  

Depuis que j’ai commencé, j’ai eu seulement affaire à 3 ou 4 Money Slaves. La plupart de mes clients sont des hommes soumis adeptes des pratiques BDSM qui veulent entrer en relation avec des femmes dominatrices. Les Money Slaves sont simplement une pratique parmi d’autres dans le spectre des pratiques BDSM. On peut croire que beaucoup d’hommes sont prêts à donner de l’argent contre rien, mais ce n’est pas le cas.

À lire aussi : Je suis bien plus « kinky » que mon mec… alors comment faire ?

BON PLAN PLAISIR
Bénéficiez de 5 € offerts sur le DorcelStore avec le code MAD5. Faites-vous plaisir avec une large sélection de sextoys, lubrifiants et lingerie sexy !

De grandes qualités humaines et une lourde charge émotionnelle 

L’autre point commun entre Lana Nawa et Maîtresse Claire ? Le goût pour les pratiques BDSM et l’amour pour la domination, sans quoi il leur aurait été impossible de continuer à pratiquer cette activité pendant toutes ces années. Car être Domina, c’est avant tout donner de son temps :

On ne se rend pas compte du travail colossal qu’il y a derrière le statut de Domina. D’abord, nous devons filtrer les demandes, qui arrivent par centaines. Et entre les arnaques, ceux qui fantasment sans jamais passer à l’acte et les déséquilibrés, le tri prend énormément de temps. Ensuite, il faut cultiver sa présence sur internet. Et puis il ne faut pas oublier que, pratiquer la domination, c’est avant tout un travail très cérébral. Il s’agit donc de créer de vrais liens durables avec le soumis. Ces derniers demandent énormément d’attention. Contrairement à ce qu’on croit, être Domina, ce n’est pas se contenter d’insulter les soumis. C’est entretenir des relations humaines avant tout. 

Outre le côté chronophage de ce travail à part entière, pour Pascale Robitaille, sexologue et psychothérapeute spécialisée dans le travail auprès des communautés sexuelles stigmatisées dont font partie les travailleuses du sexe et leurs clients, l’exercice du métier de Domina mobilise un large panel de compétences et de qualités humaines insoupçonnées :

Être Domina, c’est créer et entretenir son personnage et être sans cesse créatif. Cela demande une intelligence érotique que peu de personnes ont en elles. Elles font un travail des émotions, qui a une vraie valeur à l’échelle humaine, et cela crée une charge émotionnelle immense. C’est loin d’être un métier facile : si c’était le cas, tout le monde serait travailleuse ou travailleur du sexe. Mais honnêtement, je connais peu de personnes qui ont les épaules pour travailler dans ce milieu.

À lire aussi : Sur TikTok, les kinks s’assument sans souci et ça se reflète aussi « dans la vraie vie »

Une histoire de genre

Pour cette enquête, nous n’avons été en contact qu’avec des Money Mistress qui parlaient de leur Money Slaves au masculin. Alors, une question nous est venue : existe-t-il des Money Slaves au féminin ? Maîtresse Claire nous a affirmé n’avoir été confrontée qu’une seule fois à une Money Slave au féminin, tandis que Lana Nawa n’a pour sa part jamais eu de demande de la part de femmes en 7 ans d’exercice. Et son avis sur la question rejoint celui de sa consoeur : 

Je ne vois pas pourquoi les femmes paieraient pour être dominées financièrement. Elles le sont déjà au quotidien. La domination masculine est partout, et même lorsqu’ils payent pour être dominés, certains hommes arrivent quand même à faire en sorte de décider. Dans ces cas-là, il s’agit d’un faux jeu de domination. En ce qui concerne la question de l’argent plus particulièrement, le fantasme de l’homme soumis financièrement est peut-être une façon pour eux de se décharger temporairement du rôle que la société leur assigne.

Pour Pascale Robitaille, si la rareté des Money Slaves au féminin peut effectivement s’expliquer par la domination financière subie par les femmes dans notre société patriarcale, on peut également mentionner nos rapports très genrés à l’argent  : 

Les femmes ont un accès restreint à l’argent comparé aux hommes. De plus, on imagine mal une mère prendre l’argent de ses enfants pour l’investir dans sa vie sexuelle. En effet, les femmes ne sont pas habituées à dépenser leur argent pour satisfaire leurs désirs sexuels. Plus de 95% des clients de l’industrie du sexe sont des hommes.

* Le prénom ont été changé 


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

1
Avatar de Tilly.
19 mai 2023 à 20h05
Tilly.
Je ne sais pas quoi penser de ce que racontent les temoignantes mais j'ai apprécié de lire un article travaillé, c'est agréable.
4
Réagir sur le forum

Plus de contenus Sexo

couple-lit // Source : Pexels
Sexo

Personne n’aime les éjaculations… contrairement à que veut nous fait croire le porno (et c’est une étude qui l’affirme)

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Un couple sur un lit
Grossesse

« Pensez à votre mari quand même ! » 6 femmes témoignent sur leur rapport au sexe après l’accouchement

6
couple-sexe // Source : URL
Lifestyle

La seule limite n’est plus la norme, mais notre imagination », je pénètre régulièrement mon copain

individu-ordinateur // Source : URL
Sexo

On sait quelle est la question sexe la plus courante posée aux IA (ChatGPT et consorts)

2
Rain Goddess Directed by Erika Lust Starring Heidi and Sylvan // Source : Capture d'écran YouTube du film "Rain Goddess" réalisé par Erika Lust, avec Heidi et Sylvan
Sexo

Voici LE pays où le sexe est le moins satisfaisant en Europe selon Womanizer

4
langue sur une fleur touffue
Sexo

Comment j’ai arrêté d’angoisser sur mes poils et appris à aimer le cunni non-épilée

77
Madmoizelle_Illus_Levrette_V
Sexo

Position de la levrette : comment la pratiquer, avantages, inconvénients… on vous dit tout

Charles Deluvio/Unsplash
Sexo

Pourquoi les hommes hétéros ont-ils si peur de leur prostate ?

3
Source : Kaspars Grinvalds / Canva
Sexo

J’ai attendu 44 ans pour avoir mon premier orgasme vaginal

6
Plan à trois – hommes femme – lit
Sexo

Je veux faire un plan à trois (ou plus), mais où trouver des partenaires ?

2

La vie s'écrit au féminin