Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

L’attrape-coeurs (J.D. Salinger)

En ce moment je me sens bizarre, égarée entre l’âge qu’indique ma carte d’identité et celui que je consens à m’accorder. L’impression d’être à côté de la plaque. Du coup, j’aurais bien aimé lire un livre sympa et un peu léger, du genre qui parle de choses vraiment importantes tout en faisant semblant de n’être jamais qu’une néo-fable.

Par exemple, j’aimerais assez qu’on me raconte l’histoire d’un adolescent un peu paumé lui aussi, auquel je pourrais m’identifier sans réserve, et qui se ferait comme ça, pendant trois jours, un parcours initiatique dans New York. Il se barrerait une nuit de son internat, pour fuir les élèves, l’atmosphère, les profs, l’avenir et de toute façon, il en serait peut-être même expulsé. Le mec serait, par exemple, coincé entre l’enfance et l’âge adulte, et il essaierait de trouver le moyen de grandir, genre l’alcool et le sexe, mais finalement ça sonnerait un peu désespéré. Comme si malgré le langage très familier il ne pouvait pas s’empêcher une forme de poésie qui s’exprimerait par cette nostalgie précoce et qui l’empêcherait de noyer ce qui reste de son enfance.

Il se sentirait hyper seul et ses errances nocturnes seraient l’occasion de tracer un bilan, il collerait à tout le monde son pessimisme et le bouquin serait plein de ces phrases définitives et de ces jugements hâtifs que tous les adolescents produisent à tour de bras. Le monde des adultes sonnerait creux et lui semblerait quasi-irréel, cruel et vide.

Ce qui tombe vraiment bien, c’est que ce roman a été écrit et se planque sous le titre de L’attrape-cœurs, à ne pas confondre avec L’arrache-cœur de Boris Vian, même s’il est bien aussi. Œuvre phare de la littérature adolescente, l’unique roman de Salinger est devenu culte quasi-immédiatement. Il hante Mel Gibson dans Complots : acheter un exemplaire du Catcher in the rye, le titre en VO, est la seule façon d’apaiser ses angoisses. On parie qu’il n’est pas le seul ?

L’attrape-cœurs, de J.D. Salinger, aux éditions Pocket Jeunesse.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

3
Avatar de Boucles de papier
7 mai 2009 à 19h05
Boucles de papier
C'est excellent et sa me fait drolement penser à ma période de questionnement à 15 ans. Enfin.. j'adore. Dommage que l'auteur soit un reclus. J'aurais aimé qu'il fasse d'autres romans aussi poignant.
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Livres

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
Annie Ernaux sur le plateau télé de La grande librairie // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« Si tu parles, t’es morte » : 400 autrices dénoncent un monde littéraire violent et misogyne

La pop culture s'écrit au féminin