Live now
Live now
Masquer
Les seins peuvent-ils devenir une tendance comme les autres ?
Actualité mode

La mode de luxe ne sait pas quoi faire de nos seins

S’ils peuvent encore susciter une condamnation pour « exhibition sexuelle » dans l’espace public, ou la censure sur Facebook et Instagram, les seins, petits, tombants, ou allaitants, deviennent une tendance forte de cette Fashion Week. Mais cette récupération body-positive du mouvement #FreeTheNipple a ses limites.

La mode adore jouer avec les attendus et interdits vestimentaires afin de les interroger, voire tenter de s’en émanciper. Parmi eux, la poitrine des femmes joue une place centrale. Tantôt suggérée sous des vêtements moulants ou décolletés, tantôt exhibée sans rien à ce niveau ou juste une matière transparente…

Seulement, à force d’être tentée lors des défilés sans que cela ne soit réellement praticable dans l’espace public, la question sociale de la libération de la poitrine des femmes (#FreeTheNipple), reformulée par l’industrie de la mode, apparaît parfois comme une vaine provocation.

Les seins passent d’une contrainte technique à un motif de création

Pour ce printemps-été 2021, la poitrine est devenue un motif (au sens de motivation, mais aussi d’imprimé) de création à part entière. Plus que pris en compte dans le design du vêtement (ce qui devrait être la moindre des choses…), les seins sont reproduits avec réalisme ou surréalisme à travers la matière. Dans le point d’une maille chez la Britannique Stella McCartney, le moulage d’un plâtre ou de cuir doré pour la maison française Schiaparelli, ou encore les broderies colorées façon trompe-l’oeil du côté de l’américain Christopher John Rogers.

Et la tendance se confirme pour l’automne-hiver prochain (qui vient de défiler ces dernières semaines de février-mars 2021), comme cela a sauté aux yeux de l’anthropo-linguiste Saveria Mendella :

« L’industrie de la mode a l’habitude de montrer des seins avec plus ou moins de subtilité pour faire parler. Ce qui semble nouveau aujourd’hui, c’est qu’elle tente de les montrer dans une plus grande pluralité. C’est particulièrement frappant chez Schiaparelli : les seins peuvent être montrés de taille généreuse, allaitants, ou encore tombants. Maria Grazia Chiuri, la directrice artistique de Dior, a teasé son défilé par des vidéos d’artistes femmes, dont la Française Marion Fayolle qui a dessiné une animation surprenante de sein gonflable. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Dior Official (@dior)

En d’autres termes, le luxe tente d’envoyer le signal qu’il a enfin compris que toutes les femmes n’ont pas les mêmes seins. La plupart des mannequins ont une poitrine menue, car cela fait partie des mensurations attendues par cette industrie très standardisée. Mais puisque la vague body-positive touche enfin ce secteur, celui-ci tente d’y répondre comme il peut.

Le male gaze morcelle le corps des femmes et standardise les seins

Or, ce milieu reste peuplé d’hommes aux manettes. Comme le souligne dans un post Instagram la créatrice roumaine basée à Londres Alexandra Sipa, aux 40 postes de direction artistique des principaux groupes de luxe que sont LVMH, Kering, Only The Brave, Richemont et Puig, on ne compte que 5 femmes. Alors forcément,

quand des hommes, souvent gays, dessinent leur vision des seins des femmes, ils tombent rapidement dans les clichés. Saveria Mendella développe en ce sens :

« La plupart des directeurs artistiques de grandes maisons sont des hommes. Comme Matthew Williams à la tête de Givenchy qui fait défiler des femmes entièrement habillées sauf au niveau des seins, comme pour créer une shock value. Ou Daniel Roseberry chez Schiaparelli qui reprend les codes iconographiques de la Vierge Marie à l’enfant. Sauf que sa Madone à l’enfant n’a rien d’iconoclaste, au contraire : elle déifie la figure maternelle. C’est comme si ce Fashion Month rejouait, au niveau des seins, la sempiternelle opposition entre la vierge et la putain. Alors que la plupart des femmes veulent surtout qu’on laisse leur poitrine tranquille, qu’on arrête d’y prêter tant d’attention. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ALEXANDRA ȘIPA (@alexandrasipa)

Selon l’experte du langage de la mode, la bonne nouvelle de la diversification des poitrines présentées, dans leur forme et leurs fonctions, s’avère encore trop genrée et bourrée de male gaze :

« Les hommes aussi ont des seins, qu’ils soient plats, musclés ou gras, qu’on pourrait érotiser. Le fait qu’on continue de réifier, d’objectifier autant ceux des femmes reste limité, voire usant. En prolongement du male gaze, la mode féminine fonctionne encore beaucoup par découpage, morcelage du corps des femmes. Elle rend tendance des parties, comme les épaules une saison, puis la taille, ou encore les fesses. Maintenant, l’industrie veut se montrer ouverte en montrant des seins pluriels, mais propose en fait de nouveaux standards imposés. Parce qu’on peut être menue avec une forte poitrine, ou grosse avec de petits seins, par exemple. »

Et cette réalité de la diversité des morphologies va à l’encontre de la logique de gradation homogène du sizing qui règne dans la mode, où l’on ajoute automatiquement quelques centimètres d’une taille à l’autre. Comme si on grandissait ou grossissait toutes pareilles, de façon régulière. Autrement dit, en voulant mettre en avant qu’il prend enfin mieux en compte les seins dans le design des vêtements, le prêt-à-porter de luxe souligne en creux ses propres limites en la matière.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Schiaparelli (@schiaparelli)

À la doctorante à l’EHESS, Saveria Mendella, de conclure :

« Encore aujourd’hui, les seins font jaser, dans la mode comme dans la société. Et c’est justement ce que la plupart des femmes ne veulent plus, en fait ! »

À lire aussi : La tendance des hauts à épaules dénudées crie au vaccin anti-Covid : « My body is ready ! »


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualité mode

Mélody Thomas et Amélie Zimmermann (@FashionQuiche) sont les invitées du JT Mode du 16 avril 2024
Actualité mode

Peut-on vraiment critiquer la mode ? Le JT Mode avec Melody Thomas et @FashionQuiche

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
JO Paris 2024 : pas de manches pour les femmes à la cérémonie d'ouverture, car le sexisme tient chaud ? // Source : Capture d'écran Instagram de Berluti
Actualité mode

JO Paris 2024 : pas de manches pour les femmes à la cérémonie d’ouverture, car le sexisme tient chaud ?

8
Comment sera calculée l'écobalyse, l'étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ? // Source : irynakhabliuk
Actualité mode

Comment sera calculée l’écobalyse, l’étiquette environnementale façon éco-score des vêtements ?

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, les tenues des athlètes des États-Unis insurgent // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

Jeux Olympiques de Paris 2024 : jugées sexistes, des tenues Nike des athlètes des États-Unis insurgent

2
Une femme pose avec un panneau au logo de la marque Brandy Melville, au sein d'une boutique // Source : Capture d'écran YouTube de la bande-annonce du documentaire "Brandy Hellville & The Cult of Fast Fashion"
Actualité mode

Brandy Melville : la face cachée de cette marque star des années 2010 se révèle dans un docu choc HBO

Comptoir des cotonniers et Princesse tam tam vont fortement baisser leurs prix // Source : Princesse tam tam / Comptoir des cotonniers
Actualité mode

Bon plan mode : ces 2 marques (qu’on adore) vont fortement baisser leurs prix

Pourquoi ces sandales façon œuvre d'art africain a besoin de vous // Source : Omôl
Actualité mode

Pourquoi ces sandales Omôl façon œuvre d’art africain risquent de vous faire du pied ce printemps-été

3
Trois femmes en costume devant un point d'eau // Source : cottonbro studio de Pexels
Actualité mode

PFAS : dans quels vêtements trouve-t-on ces polluants éternels qui nous empoisonnent ?

Les chaussures, sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser pour ce printemps-été 2024 // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Tendances mode printemps-été 2024 : quels sont les sneakers, jupes, jeans, et robes sur lesquels miser ?

4
Victoria Beckham x Mango officialisent leur collab qui sort le 23 avril 2024 // Source : Victoria Beckham x Mango
Actualité mode

Victoria Beckham annonce sa collab mode avec cette enseigne petit prix qu’on adore

1

La vie s'écrit au féminin