keira-knightley-anna-karenina
Cinéma

Fini le « male gaze » : Keira Knightley ne se mettra plus nue pour des hommes

L’actrice Keira Knightley refuse désormais de faire le jeu du « male gaze » et ne tournera donc plus nue devant la caméra d’un homme.

Keira Knightley s’est fait connaître du grand public en 2003 grâce au premier volet de Pirates des Caraïbes, dont le rayonnement fût mondial. L’actrice incarnait une bourgeoise rebelle qui se reconvertissait en pirate sexy faisant fantasmer tous les bandits de la mer.

Un personnage incarnant à quelques détails près l’idée de male gaze, un concept auquel la jeune femme refuse désormais de céder, en prenant de nouvelles décisions…

Keira Knightley ne tournera plus nue pour des hommes

Dans une interview donnée au podcast Chanel Connects du quotidien britannique Métrol’actrice de 35 ans a expliqué qu’elle refuserait désormais de tourner des scènes de nu filmées par des hommes :

« C’est en partie par vanité et aussi en raison du “male gaze”. »

Une première explication qu’elle est venue plus tard compléter :

« Je me sens extrêmement mal à l’aise désormais à l’idée d’essayer de correspondre au regard masculin. Ceci étant dit, il y a aussi des moments où je me rends compte que “Ouais, je vois complètement pourquoi cette relation sexuelle serait très bien dans ce film… mais en fait, vous avez surtout besoin de quelqu’un de sexy”. Et donc, je pense à ce moment-là : “vous pouvez prendre quelqu’un d’autre, car je suis trop vaniteuse, car ce corps a déjà donné naissance à deux enfants, et car je préfère ne pas me mettre nue devant un groupe d’hommes”. »

C’est la critique et réalisatrice Laura Mulvey qui en 1975 a posé une définition sur ce concept de « regard masculin » — déjà bien ancré dans la société mais qui ne jouissait d’aucune appellation. Or, on le sait, c’est en nommant les choses qu’on peut les faire exister et ainsi lutter contre elles.

Le male gaze, d’après les mots de la critique, c’est donc « le fait que le spectateur s’identifie au regard de la caméra qui elle-même relaie le regard du héros qui prend plaisir à regarder les femmes comme des objets ».

Alors que Keira Knightley avait expliqué en 2018, pendant la promo de Colette, qu’elle n’incarnait plus trop de rôles modernes car les personnages féminins étaient souvent violés, l’actrice exprime une nouvelle fois le désir de faire, à son niveau, bouger les lignes.

Comment assurer un prisme moins masculin dans les films ?

Si Keira Knightley se fait désormais porte-étendard d’un cinéma moins soumis au male gaze, elle n’est pas la seule à vouloir faire bouger les choses. En effet, depuis #MeToo, certaines productions ont eu à cœur d’assurer plus de sécurité et de bien-être pour les actrices et acteurs au travail, comme la chaîne HBO.

Un métier a alors pris de l’ampleur : celui de coordinateur ou coordinatrice d’intimité. Le rôle de cette dernière ? Assurer la « protection physique, sociale et professionnelle » des acteurs et actrices, lors de tournages.

En d’autres termes, la coordinatrice supervise les scènes de nu ou de sexe pour qu’aucune personne ne se sente mal à l’aise et pour s’assurer que le consentement, ainsi que les contrats, sont bien respectés.

Le male gaze, absent des films réalisés par les femmes ?

Si Keira Knightley entend donc bien ne plus être réifiée par la caméra des hommes, elle ne bannit toutefois pas l’idée de tourner encore des scènes de nu et de sexe, mais sous l’égide, cette fois, des femmes.

Elle explique qu’elle pourrait tourner nue dans un film qui serait, par exemple, « sur le parcours de la maternité et l’acceptation du corps, mais il faudrait que ce soit avec une femme réalisatrice. »

Toutefois, rien ne garantit qu’une réalisatrice soit absolument soustraite au male gazeIl n’est pas rare que des films tournés par des femmes fassent le jeu de fantasmes masculins, comme dans Below Her Mouth d’April Mullen par exemple, dans lequel deux femmes s’aiment avec fureur et se le montrent dans diverses positions suggestives qui pourraient avoir été filmées par Abdellatif Kechiche.

À l’inverse, certaines réalisatrices détourne carrément ces poncifs, en racontant une histoire à travers le female gaze. C’est le cas de Céline Sciamma dans le superbe Portrait de la jeune fille en feu : si celui-ci raconte les amours incandescentes de deux femmes, il ne tombe dans aucun écueil du classique fantasme masculin.

La journaliste, autrice, féministe et critique de cinéma française Iris Brey explique dans son ouvrage Le Regard féminin :

« L’oeuvre de Céline Sciamma est intense, politiquement et sentimentalement, c’est un manifeste du female gaze. […] Dans l’histoire qu’elle illustre, et l’érotisme qui en émane, il n’y pas de hiérarchie, jamais, et c’est pour cela que le film correspond au female gaze. En ce sens, il peut déstabiliser, car il y a du consentement partout dans cette oeuvre, jamais de regard voyeur. »

Parmi les films qui explorent la sexualité des femmes autrement, on compte également le superbe Je, tu, il, elle de Chantal Akerman.

Comme quoi, il est possible de réaliser des scènes de sexe ou de nu autrement !

À lire aussi : « Malcolm & Marie », une nuit d’amour turbulente dont on ne sort pas indemne

Les Commentaires
2

Avatar de Pelleas
26 janvier 2021 à 14h38
Pelleas
@Bleu pastel :

J'ai aussi un peu tiqué mais en relisant la phrase entière :

Vous pouvez prendre quelqu’un d’autre, car je suis trop vaniteuse, car ce corps a déjà donné naissance à deux enfants, et car je préfère ne pas me mettre nue devant un groupe d’hommes

Et aussi cela

Elle explique qu’elle pourrait tourner nue dans un film qui serait, par exemple, « sur le parcours de la maternité et l’acceptation du corps, mais il faudrait que ce soit avec une femme réalisatrice. »

Je pense qu'elle se considère vaniteuse car elle ne veut pas que l'on voit son corps qui n'est plus aussi "parfait" qu'avant, suite à ses deux grossesses. D'ailleurs on prend souvent "vaniteuse" comme un synonyme à "orgueilleuse" mais le mot "vanité" a aussi cette définition la :

145680

Sachant en plus qu'on a à faire à une traduction des propos de l'actrice, je pense qu'elle a juste voulu dire : "Ok je sais que c'est futile mais je n'ai pas envie que l'on voit les stigmates de mes grossesses sur mon corps". Et elle précise d'ailleurs bien :

« C’est en partie par vanité et aussi en raison du “male gaze”. »
10
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Voyages
telephone-portable-avion-600

Le mode avion en avion, c’est vraiment utile ?

Manon Portanier

05 août 2021

Musique
rihanna)smol

Riri est ririchissime, mais please don’t stop the music

Maëlle Benisty

05 août 2021

Cinéma
lavande-brown-smol

Jessie Cave (Lavande Brown) revient sur la grossophobie subie pendant le tournage d’Harry Potter

Méline Escrihuela

05 août 2021

3
Musique
nicki-minaj

#JusticeForNicki : pour une réhabilitation de Nicki Minaj, queen du rap

Méline Escrihuela

05 août 2021

Jeux Vidéo
Site Vertical-2

Chères vikings, rendez-vous au Valhalla avec Raumeuh ce jeudi à 9h sur Twitch !

Cinéma
reese-witherspoon

En misant sur les femmes, Reese Witherspoon est devenue l’actrice la plus riche du monde

Méline Escrihuela

04 août 2021

Féminisme
middlefinger

Salut les mascus : Reddit bannit MGTOW, l’un de ses plus gros forums misogynes

Mymy Haegel

04 août 2021

4
Série télé
got-cast

On a voulu savoir ce qu’était devenu le cast de Game of Thrones depuis la fin de la série

Sylsphée Bertili

04 août 2021

4
Musique
La pochette du nouveau single de Lizzo, Rumors

Lizzo a tué un fan et attend un enfant de Chris Evans ? Elle a plutôt tout compris au jeu des Rumors

Anthony Vincent

04 août 2021

Pop culture
Billy_Porter_Cinderella

Billy Porter en « fabuleuse marraine » de Cendrillon, c’est tout ce qu’on voulait voir en 2021

Aïda Djoupa

04 août 2021

La société s'écrit au féminin