Live now
Live now
Masquer
mere-fille-discussion
Daronne

La double vie des mères : toutes ces choses que je ne dis pas à mes enfants

Chloé a beau prôner la transparence parentale, elle considère que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, et encourage les mères à vivre leur double vie pépère, parce que ça fait du bien.

Quand je suis devenue mère, j’ai arrêté de boire, de fantasmer sur les beaux mecs et surtout, je suis devenue ultra-sereine. J’ai oublié toute ma vie d’avant et… Mais non, je déconne enfin. Certes, ma vie maternelle connaît certains ajustements quotidiens, rapport au fait que je me trimballe dorénavant flanquée de deux minis êtres humains, follement vindicatifs qui m’utilisent tour à tour comme un canapé, un mouchoir ou un garde-manger, mais au fond, je suis toujours la même. Cela dit, ma double vie ne regarde pas mes enfants.

Voici donc 4 choses que je préfère garder pour moi :

1 – Il m’arrive de boire beaucoup trop. Abusé.

En 2010, Florence Foresti a révolutionné la Daronnie avec sa tata Kronembourg, alter ego ivre mort de la mère de famille convenable. Le problème, c’est que dorénavant, personne, jamais, ne pourra faire aussi bien quand il s’agira de raconter les mères qui de temps en temps s’éclatent la gueule avec leurs copines, faisant fi pour une nuit du rôle qui leur incombe.

Ma fille croit que je picole sec puisque dès que je bois du soda, je lui raconte que c’est de la bière pour ne pas avoir à partager. Mais, et c’est tant mieux, elle ignore encore ce qui se passe VRAIMENT quand maman enquille les Aperols avec les marraines. 

Parfois, elle en a un bref aperçu, la cloison parentale de bonne conduite se fissure au fur et à mesure que se popularisent les apéros entre parents de l’école. Ces soirées finissent souvent avec des pères rougeauds et des mères qui dansent follement sur la bande originale d’Encanto (la répartition des genres, encore).

Heureusement, elle échappe aux moments de grosse débandade, ces moments où je cesse d’être mère pour devenir une personne bourrée, vagissant des anecdotes beaucoup trop personnelles avant de faire pipi les fesses à l’air entre deux voitures. Je réserve ces instants de grande élégance à l’extérieur de mon foyer. Et si je parviens toujours à le réintégrer en titubant, j’invoque une maladie foudroyante pour justifier mon incapacité à quitter le lit le lendemain.

mere-fille-discussion
« Maman a une grosse grippe aujourd’hui, il faut qu’elle se repose »

2 – Leur père n’est pas le seul qui me fasse battre la culott… euh le cœur

Avant d’entamer ce paragraphe, je voudrais rajouter Vice versa à mon sous-titre. Je sais de source sûre que ce qui suit pourrait tout à fait s’appliquer à monsieur Papa. Et globalement à la Daronnie toute entière.

BREF, depuis que je suis mère, ma vie a bien changé en matière de goûts d’hommes. Voyez, avant mon truc, c’était les mecs ténébreux. Ma mère m’a d’ailleurs toujours dit qu’un mec ténébreux était en fait un myope qui plissait les yeux pour essayer d’y voir plus clair, d’où le regard intense, mais que voulez-vous, ça fonctionnait sur moi. Et alors, si le mec était écorché vif, je tombais amoureuse dans la seconde.

Si je ne prétends pas être insensible aux charmes de cette brute de Billy Butcher, dans la vraie vie, j’aime dorénavant les mecs fiables et tranquilles, surtout quand ils sont pères de famille énamourés. Ce modèle est relativement répandu dans ma tranche d’âge, et comme par contre, je suis toujours aussi facilement séduite, je ne vous raconte pas le nombre d’interactions sexy que je peux avoir au quotidien. Dans ma tête, exclusivement, puisque je suis mariée et monogame. 

Mais quand même, ce qui se passe dans ma petite caboche quand défile devant moi mon collègue du département marketing, n’est certainement pas approprié aux moins de 18 ans.

3 – Ça ne fait que 5 minutes que je suis Daronne

Si tu discutes avec ma fille, l’univers est apparu en même temps qu’elle. Quand on y pense, c’est totalement logique puisque sinon, l’univers n’aurait rien autour de quoi tourner. 

Parfois, elle réfléchit, par exemple aux dinosaures. C’est très vieux un dinosaure, encore plus vieux que moi. Tellement vieux qu’ils sont déjà morts alors que moi, certes, je suis une vieillarde, mais je ne suis pas encore décédée. Même si ça ne saurait tarder, toujours selon la perception temporelle très aléatoire de l’enfant. Donc, pour en revenir aux dinosaures : ils sont morts il y a très longtemps, ce qui suggère que leur extinction remonte à l’époque où elle était dans mon ventre, car très longtemps ne va pas plus loin que ça. Impossible.

Si elle a toujours été là, ça signifie que moi, j’ai toujours été une maman. Comme elle se trompe. Je n’ai pas encore trouvé le courage de lui dire qu’à sa place, je ne m’en remettrais pas corps et âme à une meuf qui est mère depuis cinq minutes et qui a passé beaucoup plus de temps dans sa vie à boire des coups avec ses copines qu’à pratiquer la parentalité.

4 – Parfois, j’ai juste envie de me rouler en boule dans mon lit et de ne plus jamais en sortir

Et sinon, niveau santé mentale, ça va comment vous ? Le Covid, la crise écologique, les aléas personnels, toussa toussa ? Oui, moi, pareil. Il y a des jours où ça va très bien et des jours où je resterais bien à faire l’étoile de mer à poil sur mon lit en tête-à-tête avec mon ventilateur, mon regard climato-anxieux fixant le plafond. 

Le rapport avec une situation survenue durant la canicule de cet été serait bien entendu purement fortuit. Cette situation ne saurait de toute façon qu’être interrompue par des cris de fillette dont le petit frère vient de retirer sa couche pleine, pour se servir du contenu comme de la peinture aux doigts. Encore une fois, ressemblance purement fortuite.

Alors, je range mes soucis dans mon slip et j’y retourne en affichant ma plus belle poker face. Même si je suis une adepte du « parler-vrai aux marmots » ce n’est ni à 4 ans et demi ni à 20 mois qu’on est en mesure d’entendre que maman n’a absolument aucune idée de ce qu’elle fabrique, et ne peut même pas garantir que tout ira bien dans le futur. Eh oui, j’aime conclure mes articles par une petite partie bonne ambiance.

Et vous ? Quelles sont les choses que vous ne racontez pas à vos petits trésors ?

À lire aussi : Ces 10 trucs que j’aime dans la parentalité (et je ne m’y attendais pas)

Crédit photo image de une : SeventyFour

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Daronne

national-cancer-institute-VJVsEnR_vNE-unsplash
Daronne

La parentalité est plus stressante et dangereuse pour les personnes racisées

Capture d’écran 2023-02-03 à 14.56.25
Daronne

Une petite américaine récompensée pour ses recherches : du racisme à la reconnaissance

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
pexels-matthew-turner-2574078
Daronne

Quand la daronnie déraille : un couple laisse volontairement son bébé à l’aéroport

pexels-george-becker-129494
Daronne

Crise du mal logement : les femmes et les enfants en première ligne

rebekah-vos-GoabH6sEXek-unsplash
Daronne

Se maquiller pour accoucher : ah, vraiment ?

instagram
Chère Daronne

Help ! J’ai stalké mon boss sur Insta et j’ai liké sans faire exprès une photo de lui en sous-vêtements

Chère Daronne

01 fév 2023

11
comment-pas-attraper-gastro
Daronne

Les astuces pour ne pas choper la gastro de ses gosses

Manon Portanier

31 jan 2023

6
maison-rangement
Daronne

Marie Kondo est une mère comme les autres et tant mieux !

veilleuse-avis
Daronne

7 veilleuses pour enfant, pour ne plus avoir peur du noir

Manon Portanier

31 jan 2023

Pour les meufs qui gèrent