Live now
Live now
Masquer
canicule-alerte-france-chaleur
Ecologie

Arrêtons de nous réjouir de la chaleur de cette semaine, ça n’a rien de cool

Des températures inédites sont attendues cette semaine en France, et si certaines et certains se réjouissent d’avoir moins froid, c’est pourtant une réalité très effrayante qui va nous tomber sur le coin de la tête.

42°C dans le sud et l’ouest de la France, 30°C à Rennes… Cette semaine, les températures vont flamber, et nous aussi.

Les canicules en France, un phénomène qui a des conséquences

Et non, ce phénomène caniculaire n’est ni normal, ni « cool » pour une mi-juin. Pour contextualiser un peu, ces 21 dernières années, 23 épisodes de canicules ont été enregistrés entre 2000 et 2021, contre 17 épisodes de canicules entre 1947 et 1999. Il y a donc une forte augmentation de ces phénomènes, et c’est problématique.

Arrêtons de montrer, dans les journaux télévisés qui traitent l’info et dans de nombreux médias, des enfants joyeux qui dansent dans les jets d’eau, ou des vacanciers à la plage : il n’y a rien de cool ou de léger à ce qui se passe cette semaine, et celles qui suivront.

Que se passe-t-il, concrètement, quand les températures s’emballent ?

Pour l’agriculture, c’est dramatique. Le manque d’eau, les grosses chaleurs, ça n’aide pas les plantations. Les agriculteurs voient leurs cultures s’effondrer, leurs fruits et légumes s’arrêter de pousser à cause du manque d’eau et des hautes températures. Chaque année, à chaque canicule, on peut lire des témoignages effrayants d’agriculteurs et agricultrices qui perdent plus de la moitié de leur production à cause du dérèglement climatique.

Pour les animaux, ce n’est guère mieux. À Marignane par exemple, en 2019, la canicule avait chauffé l’eau et asphyxié des milliers de poissons qui avaient été retrouvés morts dans l’étang de Bolmon.

Et pour l’être humain de manière générale, ce n’est pas grosse teuf. Déshydratation, malaises, maux de tête, nausées, crampes musculaires… Mais aussi les coups de chaleur qui peuvent, pour les personnes plus vulnérables, entrainer la mort.

À lire aussi : 5 idées d’actions collectives écolo pour aller au-delà des « petits gestes » individuels

Les canicules en France, un phénomène qui ne partira pas

Le dérèglement climatique n’est pas une opinion, c’est une certitude effrayante, et nous ne sommes absolument pas prêts à encaisser toutes les futures vagues de chaleur que nous allons nous prendre en France. Je dis en France parce que nous y vivons, mais ça concerne évidemment la planète toute entière.

Mais un autre point que l’on peut négliger et qui pourtant va prendre bien cher dans les années à venir avec le dérèglement climatique, c’est notre système de santé. Comme le dit très justement le Média activiste @BonPote sur Instagram :

L’hôpital public n’est pas au mieux, et avec le réchauffement climatique, nous ne sommes pas prêts pour encaisser des vagues de chaleur intenses et longues. Je répète : nous ne sommes pas prêts.

@BonPote

Mais concrètement, on fait quoi pour agir ? On fait comment pour tenter de limiter le plus possible le changement climatique ?

Si les perspectives peuvent déprimer, angoisser, effrayer, il y a encore un peu d’espoir. Si on suit les recommandations données dans le dernier rapport du GIEC, de nombreuses mesures sont à prendre pour limiter la hausse de la température de la planète.

Outre le fait de continuer les stratégies mises en place à notre échelle, comme le tri des déchets, prendre les transports en commun ou le vélo le plus possible quand c’est faisable, réduire ses déplacements en avion en privilégiant des transports moins polluants et tous ces gestes que nous connaissons déjà par cœur à force de les entendre et de les pratiquer, nous pouvons aussi nous engager, nous adapter, et militer.

@lachainemeteo
@lachainemeteo

Mais si défiler dans les rues n’est pas votre tasse de thé, si vous n’avez pas l’âme d’une politicienne ou que vous n’avez pas le temps pour x ou y raisons de vous investir dans une association d’aide à la protection de l’environnement, vous pouvez aussi voter pour des personnes qui veulent et peuvent faire bouger les choses.

D’après le GIEC, nous avons trois ans pour redresser la barre, avant que ça ne sente encore plus le roussi, sans mauvais jeu de mots. Alors élire les bons députés pour les cinq prochaines années est carrément crucial.

Mais malheureusement, ne nous voilons pas la face non plus : on ne peut plus éviter le dérèglement climatique. On peut juste faire en sorte que les dégâts soient limités. C’est un véritable combat qui nous attend, alors autant avoir les bonnes personnes au gouvernement pour peser un peu plus dans la balance.

Le vote, en cette année d’élections, est un pouvoir énorme. En votant pour un parti au programme écologique concret et solide, vous pourrez participer, par exemple, à la végétalisation des espaces, ou empêcher le bétonnage abusif et inutile qui ne fait qu’aider à l’augmentation des températures, surtout dans les milieux urbains.

À lire aussi : Sécheresse et chaleur extrêmes, comment agir autour de chez soi ?

Beaucoup de personnes n’ont pas forcément conscience de l’impact direct qu’a et aura le changement climatique sur leur vie. Pourtant, les faits sont là, et ils concernent absolument tout le monde. Arrêtons de nous réjouir des températures caniculaires qui débarquent cette semaine, ces chiffres sont flippants.

On peut trouver que ce papier est culpabilisant et injonctif : oui, il l’est. On a plus le temps d’épargner les mœurs et les sentiments individuels, l’urgence est là. On va droit dans le mur, dans le mur brulant. Il faut se réveiller, il n’y a pas d’autre choix.

Évidemment que personne n’est tout blanc, évidemment qu’on ne peut pas, à notre échelle, tout faire pour être parfait écologiquement parlant. Individuellement, c’est compliqué, et c’est ok, on fait ce qu’on peut. Collectivement par contre, c’est autre chose. Et c’est là toute la différence !

Allons voter ce dimanche, nous ne pouvons plus rester inactifs. C’est un combat collectif qui nous attend (et oui, j’appuie volontairement sur ce mot, il peut faire toute la différence).

À lire aussi : Le dernier rapport sur le dérèglement climatique du GIEC est là, et oui, la fin du monde est proche

Crédit photo image de une : CentralITAlliance

Les Commentaires
54

Avatar de hellopapimequepasa
16 juin 2022 à 20h04
hellopapimequepasa
le truc avec la viande c'est qu'en france on a un vrai problème avec.Depuis que j'ai commencé a cuisinez je cuisine que des truc végé .Je mange encore de la viande ailleurs (resteau,plat tout fait,chez la mif..)et pourtant ma mère m'a dis "mais tu pourrais te faire un peu de viande c'est pas compliqué a faire!" (alors qu'elle en mange pas tant que ça) pour l'avion c'est mon point noir car je le prend pas mal surtout pendant mes 3 semaines en été..alors que le reste du temps je ne surconsomme pas et je me déplace quasi qu'en transport (vive la proche banlieue de paris)mais une fois je m'était renseigné pour paris-lisbonne en train..et bien ça coute une fortune!si au moins on avait des trains pas cher pour les capital européenne..
2
Voir les 54 commentaires

Plus de contenus Ecologie

Ecologie
Ilya Alashevskiy pour Getty Images

Sécheresse et chaleur extrêmes, comment agir autour de chez soi ?

Guide d'achat

On a testé 32 culottes de règles pour vous aider à choisir celle qui vous ira

Humanoid Native
Ecologie
echantillons-beaute-ecologie

Pourquoi il faut arrêter de collectionner les échantillons beauté

Ecologie
planet-over-profit-vert

8 sujets écolo aussi primordiaux qu’absents de cette campagne présidentielle

Bénédicte Carrio

22 avr 2022

Mode
minuit-sur-terre-chaussure-responsable
Sponsorisé

Slow vs Fast fashion, quelles sont les vraies différences ?

Ecologie
miranda whelehan good morning britain

Dans une séquence hallucinante de mépris, cette activiste écolo tient tête au sexisme et à la condescendance

Maëlle Le Corre

13 avr 2022

5
Ecologie
allan-lainez–unsplash – burger

En théorie, 1 Français sur 2 est prêt à réduire la viande. En pratique, par contre…

Ecologie
peux-pas-climat

5 idées d’actions collectives écolo pour aller au-delà des « petits gestes » individuels

Ecologie
manif-climat

L’écologie à l’épreuve du patriarcat : la planète aussi a besoin du féminisme

Ecologie
greta-thunberg-sort-livre-ecologie

Greta Thunberg invite Margaret Atwood (entre autres) dans son prochain livre sur le climat

Kalindi Ramphul

01 avr 2022

2
Ecologie
ecologievok

Pourquoi l’écologie individuelle ne résoudra pas la crise environnementale

La société s'écrit au féminin