Live now
Live now
Masquer
mche-lee-PC91Jm1DlWA-unsplash
Daronne

Journées de lutte contre le harcèlement scolaire : tout le monde a son rôle à jouer

Le 10 novembre prochain aura lieu la journée de lutte contre le harcèlement scolaire, un sujet aussi important qu’il est encore très largement sous-estimé. Pourtant, chacun a son rôle à jouer.

Malgré les chiffres et une exposition grandissante, le harcèlement scolaire est encore trop peu considéré par les adultes. Le 3 novembre dernier, les pays membres de l’UNESCO ont participé à la journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Le 10 novembre, la France organisera à son tour une Journée nationale qui sera dédiée à ces sujets. 

Le harcèlement scolaire souvent minimisé

En France, entre 5 % et 6 % des élèves sont victimes de harcèlement scolaire. Ce type de harcèlement se caractérise par des violences verbales ou physiques répétées à l’égard d’un individu ou d’un groupe. Ces agressions soutenues ont un impact délétère sur la santé physique et mentale de ceux qui les subissent.

61 % des victimes admettent avoir déjà eu des idées suicidaires et l’année dernière, 18 % d’entre elles sont passées à l’acte. Si ces drames ont ébranlé la société, le harcèlement scolaire en tant que phénomène global peine à recevoir l’attention qu’il mérite. Beaucoup trop de personnes le considèrent encore comme relevant de « querelles d’enfants », ignorant les conséquences dramatiques qu’il peut avoir sur la vie future des enfants.

Impliquer les enfants, les enseignants et les pros

Chaque premier jeudi de novembre, les États membres de l’UNESCO organisent une journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire. Lors de la conférence annuelle dédiée, l’organisation s’est concentrée sur le rôle des enseignants dans la lutte contre le harcèlement et le cyberharcèlement puisque ce sont les premiers à pouvoir repérer et prévenir les violences.

Le 10 novembre prochain, ce sera le tour de la France d’organiser sa Journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école. Celle-ci sera portée par le programme pHARe, un dispositif éducatif visant à prévenir le harcèlement via la création d’équipes relais, composées de personnel encadrant, d’élèves ambassadeurs et de professionnels, et via un accès facilité aux ressources. Rappelons également que la loi du 2 mars 2022 prévoit des peines pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison pour les harceleurs. Espérons que ces mesures permettront de mieux sensibiliser sur ces violences.

Numéro vert pour les victimes de harcèlement scolaire : 3820

Numéro vert pour les victimes de cyberharcèlement : 3818

À lire aussi : Cette appli veut aider les enfants victimes de harcèlement scolaire, voici comment

Visuel de Une : Unsplash / MChe Lee


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de Nefertii
9 février 2023 à 16h02
Nefertii
@Mayushi
Ça dépend de ce qu'on entend par harcèlement scolaire :
- des moqueries répétées au moins 2 fois par semaine et de manière directe ? (Insulter quelqu'un)
- des moqueries répétées de manière indirecte? (Pouffer de rire en groupe dès que la personne essaye de parler en cours ou la dévisager en riant quand elle passe dans les couloirs)
- des mises à l'écart systématiques? (Personne ne veut jouer avec l'enfant ou s'associer à lui sauf si le prof l'y oblige)
- du racket avec menaces?
- du colportage de ragots (vrais ou faux)?
- des coups et autres intimidations physiques?
Le harcèlement est large et en prenant l'éventail de toutes les façons possibles d'être harcelé, effectivement tout le monde a dû plus ou moins en subir.
Malheureusement seul le harcèlement "violent" est pris en compte.
Difficile de punir des enfants qui ne veulent pas jouer avec un autre enfant. Et pourtant c'est une mise à l'écart qui peut être très destructrice, surtout en maternelle/primaire où l'on apprend la sociabilisation et où l'on construit son identité par rapport aux autres. Être rejeté des autres signifie qu'on construit son identité sur la base du "je suis rejeté, je suis une anomalie".
Je pense donc que des enfants mis à l'écart systématiquement ou aillant reçu des surnoms peu flatteurs il y en a beaucoup. Et ils pourraient être considérés comme victimes de harcèlement dans ce cas-là.
Mais comme par harcèlement (celui contre lequel on peut lutter) on entend surtout "harcèlement violent et visible", je pense que le chiffre de 5 à 6% est réaliste.
3
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Daronne

couple-rire // Source : URL
Couple

Couple : pourquoi ce cap est-il si difficile à passer ?

Source : Pexel
Daronne

5 idées de cadeaux pour la fête des Mères pour changer des fleurs

2
Source :  Maridav
Chère Daronne

Help, je suis en couple libre et mon mec couche avec son autre partenaire, mais plus avec moi

7
Source : Zanuck de Getty Images
Parentalité

Chronique d’une daronne : ces 3 moments où mes enfants m’ont foutu la honte

4
Source : solidcolours de Getty Images Signature
Couple

« Amour, gloire et pâté » : voici la demande en mariage la plus originale

Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Getty Images - kate_sept2004
Quand on aime, on compte

Emma dépense 2 238 € pour ses 3 enfants : « pour les jouets, j’achète de plus en plus en occasion »

20
Source : nata_vkusidey de Getty Images
Food

La recette (ultra simple) des biscuits croustillants aux flocons d’avoine

11
Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Madmoizelle
Société

Congélation d’ovocytes : « On m’avait dit que ce serait un parcours du combattant, mais c’est bien pire »

7

Pour les meufs qui gèrent