Live now
Live now
Masquer
jameela-jamil-cancel-kim-kardashian
Féminisme

Pourquoi Jameela Jamil ne veut pas « cancel » Kim Kardashian

Jameela Jamil veut-elle « cancel » Kim Kardashian, dont elle critique souvent les démarches commerciales ? Eh bien non. Et tant mieux !

Ça ne t’a pas échappé si tu es active sur les réseaux sociaux et que tu t’intéresses au mouvement body-positive : Jameela Jamil, l’actrice révélée par The Good Place, dénonce régulièrement les « mensonges » d’Instagram et des influenceuses.

En effet, via des partenariats (pas toujours très bien indiqués) ou en échange de produits gratuits, certaines n’hésitent pas à vanter les mérites de « solutions minceur miracles » à l’efficacité allant de « nulle » à « carrément dangereuse »…

Jameela Jamil et ses critiques de Kim Kardashian

Kim Kardashian, probablement l’influenceuse la plus connue du monde, a régulièrement été critiquée par Jameela Jamil.

L’actrice l’a notamment incendiée pour sa promotion de « sucettes minceur » (des coupe-faim) en lui assénant : « Tu as une influence néfaste et toxique sur les jeunes filles ».

https://twitter.com/jameelajamil/status/996603187623641090

Ce que dénonce Jameela Jamil, c’est la démarche malhonnête de femmes aux corps sculptés par la chirurgie, le sport intensif, une nutrition hautement contrôlée et des retouches photos, qui font mine d’avoir obtenu leur physique grâce à des « solutions miracles ».

Il n’y a pas de « solution miracle » pour avoir l’apparence de Kim Kardashian : Kim Kardashian elle-même n’a pas l’apparence de Kim Kardashian, à la base !

Et ce ne sont pas quelques sucettes qui ont fait d’elle ce qu’elle est ; prétendre le contraire, c’est aussi mensonger que dangereux.

Car ça risque de pousser le public des influenceuses dans des « solutions » qui n’en sont pas du tout, et ne risquent que d’aggraver leur rapport à leurs corps…

On revient à l’éternelle spirale des régimes « miracles » qui coûtent une blinde mais n’ont qu’un effet à court terme, provoquant des variations de poids extrêmes aussi néfastes pour le mental que pour la santé physique.

La « cancel culture » et Jameela Jamil

Il y a quelques mois, Marie t’offrait sur madmoiZelle un article passionnant au sujet de la « cancel culture », qu’elle définissait ainsi :

« Canceled », un mot un peu fourre-tout qui veut dire, en gros, qu’une personne a tenu un propos ou accompli une action jugée comme « problématique ».

« Problématique » au regard des luttes pour l’égalité, le plus souvent : ça peut vouloir dire « sexiste », « raciste », « homophobe », « transphobe »… […]

Qu’arrive-t-il à une personne « canceled » ? Plusieurs choses :

  • Elle est considérée comme « problématique » à tous les niveaux ; il est recommandé de ne plus l’écouter, l’inviter, lui prêter de l’attention
  • Elle verra ce propos ou acte « problématique » mentionné encore et encore, peu importe ce dont elle parle ou ce qu’elle fait
  • Elle sera l’objet d’une bataille de type « choisis ton camp » : si tu continues à suivre, fréquenter, mettre en avant une personne « canceled », alors tu es toi aussi « problématique », comme si c’était contagieux

Je t’encourage à lire l’article en entier qui explique bien les dérives de la « cancel culture », définie dès le titre comme « cette violence au nom d’un monde meilleur ».

Jameela Jamil n’est pas étrangère au sujet puisqu’elle-même a malheureusement dû faire son coming-out de façon un peu forcée après une polémique critiquant sa place de juge dans un concours de danse issue de la communauté LGBT.

L’un des mécanismes de la « cancel culture » est de « cancel » les gens « prenant la place » des minorités ; Jameela Jamil a dû admettre être queer et donc légitime dans ce rôle…

Jameela Jamil veut-elle « cancel » Kim Kardashian ?

C’est la fin de cette intro un peu longue (mais la thématique le mérite) pour te parler du sujet principal : un des derniers posts Instagram de Jameela Jamil !

L’actrice repartage une photo de Kim Kardashian vêtue d’un corset très serré, modifiant sa silhouette jusqu’à la rendre irréelle.

En effet, comme tu as pu le lire sur madmoiZelle, les Kardashian vantent régulièrement les mérites de corsets ou « waist trainers » n’étant pas sans risques pour la santé…

Voici ce que Jameela à en dire ; je te traduis la légende du post juste en-dessous.

J’ai reçu plus de 1000 DM me demandant de parler de ce sujet. La raison pour laquelle je n’ai pas sauté dessus n’est pas parce que je ne pense pas que ce post soit décevant et dangereux — je pense qu’il l’est.

La raison, c’est que le fait que vous m’envoyiez autant de messages montre que j’ai bien fait mon travail.

Mon but n’a jamais été de « cancel » Kim K. Ce que j’ai toujours voulu faire, c’est VOUS donner les armes de reconnaître PAR VOUS-MÊMES que ceci est une vision totalement conne des femmes, créée par le patriarcat.

Si VOUS savez que c’est problématique, réducteur, irresponsable de sa part de perpétuer des standards de beauté aussi inaccessibles à ses fans impressionnables… alors vous êtes empouvoirées, vous êtes conscientes, et vous n’avez pas besoin de moi.

Comme beaucoup d’entre nous, Kim a derrière elle des décennies à être obsédée par une fausse image d’elle-même. Ce qui été LOURDEMENT encouragé par la façon dont les médias la regardaient à la loupe, elle et ses sœurs.

Elle n’a pas pour intention de vous nuire. Elle est juste tellement abîmée, tellement persuadée à tort que c’est à ça qu’ELLE doit ressembler pour être spéciale, pour être belle, et elle fait déborder tout ça sur sa communauté.

Est-ce que c’est mal ? OUI.

Mais je ne suis pas sûre qu’elle a conscience de faire à d’autres ce que ses idoles lui ont fait à elle, lorsqu’elles lui ont fait croire qu’une taille minuscule est la clef de la féminité et du sex-appeal.

Nous avons grandi dans l’ère « héroïne chic », où on nous répétait qu’il FALLAIT ressembler à une toxicomane à demi morte de faim, alors partir de là… et finir avec son corps jugé par le monde entier ?

Ce comportement toxique, par une femme intelligente qui devrait être au-dessus de ça, montre que c’est une blessure qu’elle ne peut refermer.

Alors ça ne sert à rien de lui hurler dessus. C’est plus intelligent de VOUS protéger. VOUS avez le pouvoir. VOUS contrôlez les marchés. VOUS choisissez ce qui est « trendy ».

Arrêtez de suivre les personnes qui font du mal à votre confiance en vous. Ne laissez pas les débris de leurs blessures vous atteindre. Arrêtez de suivre les gens/marques qui ne vous font pas vous sentir puissantes, heureuses, contentes de ce que vous avez.

Vous êtes les boss, et ils ne sont rien sans vous.

LE PATRIARCAT VEUT QUE NOUS NOUS CONCENTRIONS SUR NOTRE POIDS AU LIEU DE NOTRE POUVOIR, AU LIEU DE L’ÉGALITÉ, AU LIEU DE NOTRE LIBERTÉ PSYCHOLOGIQUE. FUCK À TOUTE PERSONNE QUI ENCOURAGE ÇA.

BLOQUEZ. MUTEZ. SUPPRIMEZ. ENCORE ET ENCORE.

Suivez des militantes, des autrices, des artistes et des comédiennes à la place ♥

Jameela Jamil, Kim Kardashian et le patriarcat

J’avoue avoir été sincèrement ravie de lire ce post, c’est pourquoi je le partage avec toi aujourd’hui.

Je ressens souvent un sentiment de malaise diffus quand je vois des femmes féministes se jeter tous crocs dehors sur une autre femme

qui « fait du mal à la cause » en faisant le jeu du patriarcat.

Je ne peux pas nier la dangerosité de voir Kim Kardashian comme un modèle et son corps comme un objectif à atteindre, et je trouve ça important de rappeler la réalité des choses (non, un « waist trainer » ne va pas te donner la vie de Kim K, mais abîmer tes organes ainsi que ton compte en banque).

Cependant, je trouve essentiel de se rappeler qu’une femme « faisant le jeu du patriarcat » est AUSSI une victime du patriarcat.

La misogynie intériorisée, c’est quelque chose de très réel, et je ne suis pas sûre que c’est en se faisant engueuler qu’on apprend, dans la vie.

De plus, même sur une meuf aussi influente que Kim Kardashian, un mouvement visant à la « cancel » s’apparente à du cyberharcèlement, et personne ne mérite ça. PERSONNE.

Critiquer Kim Kardashian, c’est lui faire de la pub ?

Et puis… la dénoncer, ça lui fait de la pub, au final. Même si on peut se dire « ça va, Kim Kardashian, elle a pas besoin de pub » : ça lui en fait.

Moi, je ne follow aucune inflenceuse de ce type. Je n’ai pas envie de maigrir, d’avoir de plus gros seins, de plus grosses lèvres, de m’épiler, de faire du yoga pour gainer mes cuisses ou je ne sais quelle connerie.

Je n’ai jamais été sensible à ce type de femmes et à leurs messages. Donc je suis totalement imperméable à ce que Kim K raconte : je ne la vois nulle part.

Sauf… quand d’autres féministes dénoncent ses agissements, me mettant par la même occasion sous le nez des sucettes « coupe-faim » qui auraient pu tenter la Mymy plus complexée d’il y a quelques années !

Comme toujours, je pense qu’il faut bien réfléchir avant de s’indigner sur Internet : dénoncer, ça n’aura pas forcément l’effet escompté.

Kim Kardashian, Jameela Jamil et la sororité

Le monde n’ira pas forcément mieux lorsque des femmes auront « cancel » une autre femme.

Car pendant ce temps, le patriarcat sirote son brandy, tire sur son cigare, et s’installe plus confortablement sur son trône d’or — eh oui, les complexes, ça fait vendre, et les femmes qui se bagarrent aussi.

Je le rappelle, l’indignation est LE levier le plus efficace sur les réseaux sociaux. Et les gens qui gagnent de l’argent quand tu t’indignes contre une meuf ne sont pas des femmes, ni des féministes.

De plus, comme le rappelle l’actrice de The Good Place, Kim Kardashian n’a que l’importance que le public lui donne : plus il y aura de Lizzo, de Gaëlle Prudencio, de Jameela Jamil, de Daria Marx pour mettre de la diversité et du self-love dans les réseaux, plus on donnera de la force à ces personnes-là, plus l’influence de Kim K se diluera dans la pluralité des messages !

La sororité, ce n’est pas soutenir à 100% toutes les femmes quoi qu’elles fassent. C’est aussi ignorer celles qui font « mal » pour se concentrer sur celles qui font du bien.

Alors je me concentre aujourd’hui sur Jameela Jamil, car elle me fait du bien !

À lire aussi : 5 influenceuses bodypositive à suivre sur Instagram


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

23
Avatar de Kettricken
6 juillet 2020 à 09h07
Kettricken
C'est devenu un sujet à part entière avec les magazines des années 90-2000 parce que ça devait être LE complexe de quelques meufs parfaites qui étaient incapables de se trouver d'autres défauts


Perso, je trouve que montrer les vergetures de son décolleté, c'est se donner une crédibilité body-positive et se faire pas mal de pub à peu de frais et en prenant peu de risques
Je trouve super bien de la part de Jameela de montrer ce genre de """défauts"""" parce que j'imagine que ça peut aider certaines personnes. Mais de mon côté, je suis très loin des critères de beauté standards au niveau de la silhouette (et j'aime sincèrement mes vergetures) et je n'avais même pas remarqué les vergetures dans la scène en question parce que tout ce que je vois, c'est la mise en valeur d'une femme qui a un physique que je ne pourrai jamais avoir et qui en retire tous les bénéfices et l'approbation de la société. A mes yeux, quand on a ce physique-là, qui se soucie de qlq vergetures (d'autant que bis repetitae : je trouve ça beau).
Bien sûr, ça n'est pas la faute de Jameela si elle correspond aux normes et qu'on la valorise pour ça. Bien sûr, elle ne doit pas se cacher pour la cause, et bien sûr elle a certainement ses propres complexes.
Mais pour le dire clairement, je trouve un peu indécent de se créer une notoriété en tant que tête d'affiche du mouvement body-positiviste, en prenant ainsi la place de personnes plus concernées.

Bon ceci étant dit, les personnes plus concernées ont souvent moins l'accès à la parole que les personnes normées, donc c'est un peu le serpent qui se mord queue.
Mais selon moi, si Jameela voulait vraiment aider efficacement, elle se ferait surtout le relais de la voix d'activistes body-positif qui sortent réellement des normes
9
Voir les 23 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Source : Canva
Féminisme

Comment l’autodéfense féministe a changé ma vie

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1
Source : Cerise Sudry-Le Dû / Damien Platt de Getty Images
Féminisme

« Le viol est une bombe à fragmentation particulièrement cruelle » : Laurène Daycard, lettre d’Ukraine

tribune_une_v
Tribune

Aujourd’hui, je suis au tribunal parce que je suis féministe, on ne me réduira jamais au silence

2
Source : Canva
Déclic

Joséphine, 22 ans : « Concernant mon féminisme, je me demande souvent si je suis dans l’excès »

1
Source : Madmoizelle
Féminisme

Annie Chemla : « Avorter des femmes clandestinement m’a apporté un sentiment intense de puissance »

1

La société s'écrit au féminin