Live now
Live now
Masquer
Source : Prostock-studio
Voyages

« Il m’a larguée après 9 heures d’avion à l’autre bout du monde » : vos pires histoires de voyage en couple

Dans Le Pire du Pire, le nouveau format de Madmoizelle, nous vous donnons la parole pour exorciser vos pires souvenirs et anecdotes. Cette semaine, trois lectrices nous ont confié leur pire voyage en couple.

La cystite au paradis

En 2018, je suis partie avec mon copain à Bali. C’était le tout début de notre relation, nous étions dans une période « lune de miel de couple » : tout était merveilleux entre nous et surtout, nous baisions : Tout Le Temps.  

Ainsi, sans surprise, nous avons immédiatement fait l’amour en arrivant dans notre premier hôtel, plusieurs fois, puis pareil dans le suivant (je vous ai dit qu’on baisait ?), tout en enchaînant baignades et visites culturelles. En bref, ça aurait dû être des vacances de rêve, si je n’avais pas commencé à ressentir une petite gêne au niveau du bas-ventre à peine trois jours après notre arrivée. 

Au début, j’ai décidé d’ignorer, ce n’était probablement rien, et puis j’avais envie de continuer à ken non-stop. Mais quand mon copain m’a offert un massage pro que j’ai dû interrompre 3 fois sur 45 minutes pour faire pipi dans la douleur, j’ai réalisé qu’il y avait un sérieux souci, et par souci, je veux parler d’une infection urinaire.

Le lendemain, pas le choix, nous nous sommes rendus dans une grande ville voisine où j’ai pu trouver un hôpital avec des médecins parlant anglais. C’est ainsi qu’après 10 minutes de consultation et l’équivalent de 200 € dépensés (vive la sécu en France), je suis sortie avec des antibios à prendre pour soigner cette cystite et le conseil de ne plus avoir de rapport sexuel pendant une semaine

Impossible de savoir si c’est le fait qu’on a craqué après même pas 48 heures, forniquant de nouveau à tout-va, ou juste si les antibios sont mal passés, mais moins de quatre jours plus tard, ma vulve a commencé à me gratter très fort. Du genre où chaque seconde sans pouvoir me gratter était devenue une torture. 

Je vous passe le moment où mon copain, fort attentionné mais malheureusement plutôt médiocre en anglais a tenté de me dénicher un ovule pour soigner ça en mimant maladroitement à une pharmacienne de marbre « she scratch scratch her pussy ! »

Tout ce qui compte, c’est que j’ai été bel et bien forcée d’arrêter le sexe avec mon amoureux ce qui était un TERRIBLE sacrifice à ce stade de la relation pour nous deux. Il nous restait encore dix jours sur place, dix jours où j’ai également soigneusement évité toute baignade, car à ce stade, j’étais devenue bien parano. Super pour des vacances au soleil ! 

Quant à mon sexe, il a mis un bon mois à s’en remettre parfaitement. 

Léa

À lire aussi : « Ce n’était pas un lit, mais un hamac en plein air » : vos pires histoires d’auberge de jeunesse

Voyage en rupturie

J’ai été un an avec un gars dont j’étais très amoureuse. À un moment de la relation, nous avions décidé de partir deux semaines ensemble vers une destination très chère pour nos porte-monnaie de l’époque, décidant de réserver immédiatement nos hôtels pour éviter une explosion budgétaire. 

Je ne trouvais que des qualités à cette personne, ce qui prouve avec le recul que l’amour rend bien aveugle, car il avait de nombreux défauts. Par exemple, être incapable de communiquer sur le fait qu’il ne m’aimait pas et voulait me larguer

Quand nous sommes arrivés après neuf heures d’avion à l’autre bout du monde, j’ai tout de suite compris que quelque chose n’allait pas. Il faisait la gueule sans cesse, m’encourageait à sortir seule en journée et ne me touchait plus au retour le soir. 

Après quatre jours ainsi, j’ai profité d’une de ses douches pour fouiller dans son portable (oui, je sais, c’est mal), et j’ai découvert une discussion avec ses amis où il disait, je cite : « Je m’ennuie à mourir, elle est trop chiante. »

Je l’ai confronté et s’en est suivie une discussion merveilleuse où il m’a sorti que ce n’était pas qu’il ne voulait plus de moi, mais plutôt qu’il voulait une pause, que ce n’était pas que je l’ennuyais mais qu’il était mieux seul, avant de finir par balancer que là, de toute manière il n’allait pas me quitter vu qu’on avait déjà payé tous les hôtels de notre voyage et qu’il n’avait pas les moyens de loger ailleurs. 

Évidemment toujours accro à ce nullos, je n’ai rien trouvé mieux à faire que de ravaler tout soupçon de fierté et hocher la tête sur sa conclusion d’impossibilité à se séparer pendant nos vacances. S’en sont donc suivis dix très longs jours ainsi, froids, sans amour, jusqu’à ce qu’une amie appelée dans un moment de détresse me donne le précieux conseil d’arrêter de me laisser marcher dessus, et d’en finir une fois pour toutes. 

La veille de notre départ, j’ai donc annoncé à mon copain que c’était fini, annonce à laquelle il a répondu, toujours aussi pragmatique « mais on vient de faire le check-in, putain, on a pris des places côte à côte ».

Claire*

À lire aussi : « Le marié a trompé sa future ex-femme le jour des noces » : vos pires histoires de mariage

La tourista en famille

Je sortais depuis un an avec ma copine actuelle, d’origine mexicaine, quand elle a décidé de me présenter à ses parents – au Mexique donc. C’était pas mal de pression, car un grand voyage et la première fois qu’elle présentait quelqu’un à sa famille.  

Au début, tout s’est très bien passé, ses proches ont été adorables avec moi. J’appréhendais le fait d’être en couple gay dans un pays que j’imaginais plutôt conservateur, mais en fait pas de souci de ce côté-là…  En revanche, je ne sais pas si c’est à cause de l’eau que j’aurais avalée en me brossant les dents ou bien un resto qui ne serait pas passé, mais j’ai eu soudainement une énorme diarrhée. 

J’ai réussi tant bien que mal à le planquer toute la journée, mais le soir venu, au lit, dans la maison des parents de ma copine, défiant mon destin, j’ai voulu faire un petit pet. Ce qui est sorti n’était pas un pet, mais un jet. 

J’ai cru que j’allais mourir de honte en voyant les yeux de ma copine devenir ronds comme des billes. L’odeur était pestilentielle, et même si je portais une culotte, il y en avait aussi un peu sur les draps. 

C’est cette nuit-là que j’ai compris que ma copine était la bonne quand elle m’a chuchoté qu’on allait trouver un plan pour résoudre la situation sans que personne ne soit au courant. On a emballé ma culotte, l’a jeté à la poubelle, mis à tremper les draps tâchés et changé les draps. 

Elle a justifié le changement de draps à ses parents en disant qu’elle avait eu des règles débordantes. Sa famille n’a jamais rien su et on fête aujourd’hui nos cinq ans d’amour.  

Laura

* Le prénom a été modifié.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

1
Avatar de Unefougere
28 décembre 2023 à 17h12
Unefougere
La dernière est très mignonne Quand à la deuxième... Typique
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Voyages

Source : Kesu01 / Getty Images
Voyages

Entre red flags et concurrence féroce, pas simple de trouver un voilier pour traverser l’Atlantique

1
Source : RossHelen / Getty Images
Voyages

Ma vie d’expat’ à Amsterdam, entre choc culturel et slow life

1
Source : AndreyPopov / Getty Images
Voyages

« J’ai passé 5 heures à écouter des théories complotistes » : le pire du covoiturage

15
Source : Nadezhda1906 / Getty Images
Daronne

Voyager à long terme avec des enfants, elles l’ont fait et nous racontent

1
Source : Drazen_ de Getty Images Signature
Voyages

« Coincée en haute mer, ça a été terrible de garder un tel secret » : le pire des vacances entre ami·es

1
Source : carloprearophotos / Canva
Voyages

« Ce n’était pas un lit, mais un hamac en plein air » : vos pires histoires d’auberge de jeunesse

Source : roman-r294872442 / Canva Pro
Argent

Combien ça coûte, un voyage en solo autour du monde ? 3 voyageuses témoignent

Source : Belly Photos / Getty Images
Voyages

Incroyable mais vrai : personne ne m’a encore violée ni assassinée sur mon tour de France à pied

2
Source : Unsplash / ben o'bro
Voyages

Traverser les Pyrénées à pied, un supplice que je ne souhaite à personne 

Source : Unsplash / Holly Mandarich
Voyages

Marcher entre meufs dans la montagne, un plaisir inégalé

1

La vie s'écrit au féminin