Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Musique

Florence + The Machine en concert (Lyon, 11 Mars 2010)

15 mar 2010

florence-the-machine-en-concert-lyon-11-mars-2010« Je crois que je suis amoureuse là ». Voilà ce qui aura résonné dans ma tête pendant la « courte » heure et demi de concert que nous a offert Florence Welch à Lyon, ce mercredi 11 mars.

Revenons au commencement, un copain me propose d’aller au concert de Florence + The Machine car on lui a offert une place (une sale histoire de voisine un peu frappée connue depuis 24 heures).

Le nom du groupe est plutôt étrange, mais j’en ai déjà entendu grâce à l’article sur madmoiZelle. Je fais un tour sur Deezer écouter le phénomène, je m’emballe et file à la FNAC payer la bagatelle de 27 euros pour ma place.

Une semaine plus tard, c’est le grand soir, le concert n’est toujours pas complet, ce qui m’apparait curieux au vu de l’engouement qu’elle suscite en Angleterre (Brit Award choix des critiques 2009, Brit Award de l’album anglais 2010), et qui commence à prendre en France.

Dans la salle, les filles ont sorti leurs plus beaux apparats, une anglaise en corset et jupon noir crie en retrouvant ses amies (présence britannique d’ailleurs très importante). L’ambiance est à la couleur, aux paillettes, un peu comme pour coller à la personnalité décalée de Florence.

Et puis ça y est, Florence monte sur scène, portant une robe noire indéfinissable, elle a un peu l’air d’une sorcière, sa chevelure rousse est détachée et elle la secouera ensuite durant tout le concert. Dès la première chanson, tout le public est envoûté, elle balance les notes, les tient jusqu’à nous faire tourner la tête, elle fait tourner ses mains dans une danse mi-orientale, mi-mystique.

Elle nous a déjà tous embarqué dans son monde, des fleurs sont disposées un peu partout, sur son micro, près des instruments. Les fans au premier rang, déjà au courant de cette petite mise en scène ont prévu le coup et lui tendent des roses blanches, qu’elle mettra dans ses cheveux, qu’elle embrassera, sans cesser de remercier le public.

Elle a une puissance dans la voix incroyable, tantôt calme, tantôt déchainée quand elle se met à secouer sa chevelure comme une métalleuse. Elle a de l’énergie à revendre, et ne tient pas en place.

La prestation est très théâtrale, elle commence la plupart de ses chansons par de petites chorégraphies. Sur Drumming Song, elle récupère une baguette de batterie pour mimer le rythme. Plus tard, elle se penche sur la harpe avant tourner elle-même jusqu’à l’autre bout de la scène et commencer à chanter, un peu étourdie.

Elle enchaine ses succès Dog Days Are Over, Kiss With A Fist, et You’ve Got The Love, et nous improvise une petite activité collective à base de “1-2-3 Sautez !”. Même son rire est communicatif. Bref Florence nous emporte, le public est conquis. C’est même difficile de consentir à bouger son corps tellement on reste hypnotisé par le personnage.

Le rappel vient. Elle entame Rabbit Heart (Raise it Up), le public est en ébullition, on ne veut pas que ça finisse. Elle se déchaîne, attrape la main d’une fan et la fait monter sur scène, la petite anglaise en corset de tout à l’heure a bien gagné sa soirée. Les premiers rangs s’emparent de la scène, tandis qu’elle prolonge la chanson au milieu de ses fans. On finira le concert sous les confettis, et avec une dernière apparition de Florence derrière la batterie.

Je crois que je ne m’avance pas trop en disant que la quasi-totalité de la salle était à ses pieds. C’est le genre d’artiste qui nous fait passer par toutes les émotions, et qu’on ré-écoute en souriant parce qu’on repense au concert et qu’on a l’impression d’avoir vécu un moment unique.

Et voilà comment je me retrouve à faire une revue de concert sur une artiste que je n’avais jamais écouté il y a 2 semaines, et dont j’attends impatiemment de pouvoir assister à un autre concert (et de lui demander de m’épouser, accessoirement).

Avis aux madmoizelles, elle sera à Paris le 16 juin à l’Olympia, mais elle sillonnera également les festivals de France et d’Europe, notamment Musilac, les Arènes de Nîmes et Werchter.

Retrouve toutes les dates de la tournée de Florence + The Machine sur son site
Son album Lungs, sacré meilleur album 2010 aux Brit Awards, est toujours disponible

Les Commentaires
3

Avatar de Nervously
5 avril 2010 à 12h54
Nervously
Honte à moi-même, le coup de la baguette de batterie c'était sur Between Two Lungs.
Bon en même temps Drumming Song, c'était le parfait titre pour l'faire aussi, j'ai une excuse ! ^^
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Musique

Thérèse raconte sa polykystose hépatorénale héréditaire, sa Mala Diva
Musique

Chanteuse en attente d’une greffe de foie, Thérèse nous raconte sa « Mala Diva »

Anthony Vincent

16 nov 2022

1
sexo
Sponsorisé

Accrochez-vous à vos draps, le nouveau Womanizer vient de sortir !

Humanoid Native
Renaissance, le nouvel album de Beyoncé, vient de paraître le 22 juillet 2022
Pop culture

La prestigieuse École Normale Supérieure donne des cours sur Beyoncé

Anthony Vincent

14 nov 2022

Le documentaire Selena Gomez : My Mind & Me
Pop culture

Bipolarité, greffe de rein, et désir d’enfant : ce docu suit Selena Gomez sur 6 ans et fait scandale

Anthony Vincent

08 nov 2022

10
Alanis Morissette O2280622_
Musique

Alanis Morissette n’a plus le temps de subir le sexisme de l’industrie musicale et l’a fait savoir

Maëlle Le Corre

08 nov 2022

brassens capture d’écran yt
Musique

Faut-il faire entrer les biens de Georges Brassens dans le patrimoine français ?

Maya Boukella

21 oct 2022

mikaben 2
Musique

Mikaben : le chanteur haïtien est mort sur scène à 41 ans

Maya Boukella

17 oct 2022

eddy de pretto
Actu en France

Eddy de Pretto victime de cyberharcèlement : son procès s’est ouvert à Paris

Maya Boukella

04 oct 2022

5
coolio
Pop culture

Le rappeur Coolio, célèbre pour le tube planétaire « Gangsta’s paradise » est mort

Maya Boukella

29 sep 2022

Megan Thee Stallion a ouvert un site pour la prise en charge de la santé mentale
Psychologie

Megan Thee Stallion crée un site pour une meilleure prise en charge de la santé mentale

Anthony Vincent

27 sep 2022

La pop culture s'écrit au féminin