Live now
Live now
Masquer
film-pat-patrouille
Cinéma

La Pat’Patrouille au cinéma, c’est pas tant l’enfer que ça

Le film de la Pat’Patrouille débarque au cinéma dès le 11 août 2021, et franchement, vous n’allez pas être déçus.

Vous savez, chez Daronne, on donne tout pour nos lectrices. On monte au créneau, on démonte les injonctions, on parle des choses qui fâchent, des tabous, on s’engage, on s’indigne, on informe, tout ça quoi.

Mais ce n’est pas tout ! Chez Daronne, la verticale parentalité qui n’a pas peur pour son périnée, on se mouille aussi beaucoup. Comment ? Bah en allant voir le film de la Pat’ Patrouille en projection presse.

Eh ouais : chez Daronne, on a peur de rien.

D’ailleurs, on en a profité pour faire les choses bien, et on a amené notre cobaye personnel, à savoir une enfant de quatre ans et demi littéralement accro aux chiots qui sauvent le monde. Le verdict ? Eh ben vous allez être surprises, parce que personne ici n’a vu le temps passer (ou alors si peu). 

Le film de la Pat’ Patrouille : une étonnante surprise

En amenant ma fille à la projection, je m’attendais vraiment à devoir passer une heure trente à penser à autre chose, à checker mon téléphone un peu trop souvent ou à compter le nombre de sièges dans la salle. Que nenni mes braves, je n’ai pas eu le temps pour ça, et surtout pas l’envie. 

Alors attention, ne nous emballons pas non plus : on parle ici de La Pat’ Patrouille, un dessin animé assez loin des histoires Disney et Pixar, bien plus élaborées et scénarisées. Mais pour celles et ceux qui connaissent la série du même nom et qui détestent entendre le générique toutes les 7 minutes par épisode, nous sommes loin de tout ça dans le film — tant mieux !

Déjà, le long-métrage est visuellement bien plus classe que dans la série. Les chiots sont fluffy, leurs expressions plus travaillées et les décors soignés. Quant au matos des chiens, comme les hélicoptères, les motos et autres engins qui leur servent à sauver le monde, il a pris un bon niveau. On sent qu’il y a du budget, très clairement.

Ensuite, l’histoire est bien plus cool : elle n’est pas gnian-gnian comme dans 99% des épisodes de la série, tous les chiots ont une personnalité bien plus développée et surtout attachante ! Big up à Chase le chien policier qui a fait pleurer ma fille d’émotion, parce qu’il n’arrive pas avoir confiance en lui et préfère s’éloigner de la meute pour ne blesser personne… (Oui, je dis big up à un chiot policier qui n’existe pas, y a quoi.)

En dehors de tout ça, ce qui est aussi tout à fait notable et appréciable, c’est qu’on se marre, en tant qu’adulte. Un peu comme dans Shrek, de nombreuses punchlines sont clairement à destination des parents, tatas, tontons, grandes sœurs ou autres babysitters qui emmènent des enfants voir le film au ciné — et sont à chaque fois finement placées.

Bon y a aussi des chats cons, et j’admets ça rajoute une couche de lol… mais j’avoue être un peu trop bon public dès qu’on fait faire des trucs cons à des chats.

Attention tout de même pour les enfants trop petits ou sensibles : il y a certaines scènes que j’ai trouvées un peu violentes, notamment un passage avec une grosse explosion et un énorme orage vers la fin, mais rien qui ne soit traumatisant non plus.

Clairement, contrairement à un Disney comme Raya et le dernier dragon ou un Pixar comme Luca, le film de La Pat’ Patrouille est uniquement à destination des enfants. Mais les adultes passeront tout de même un bon moment en les accompagnant, parce qu’on aime bien faire plaisir aux mômes et qu’on n’est pas des bêtes non plus.

D’ailleurs, si vos enfants veulent continuer l’aventure et se mettre dans la peau de Ryder après avoir visionné le film (ou la série en boucle), sachez que le tableau de bord (en bois, ça ne plaisante pas) de la Pat’Patrouille est disponible chez Melissa and Doug, et qu’il est absolument génial !

Capture-décran-2021-09-27-à-12.28.33
Tableau de bord en bois Pat’ Patrouille – Melissa and Doug

À lire aussi : Non, les films d’animation ne sont pas que pour les enfants !


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

4
Avatar de Manon Portanier
2 septembre 2021 à 11h09
Manon Portanier
Hello ! Désolée pour le temps de réponse, j'étais en vacances
Alors de mon côté, ma fille a bien géré le temps de visionnage, mais elle a l'habitude des "longs" films, c'est peut-être pour ça.
La projo presse tombait pile à l'heure du goûter donc elle a boulotté sa compote et ses biscuits en scred sous l'œil du vigile pas très à l'aise avec l'idée qu'une enfant pouvait manger dans une salle de ciné pour adulte, mais hé, c'était un film pour enfant, il ne faut pas trop en demander non plus.
En dehors de ça, le fait d'être dans le noir, avec des gens autour ne l'a pas dérangée ni perturbée, elle a chuchoté quand elle le fallait, et a kiffé l'ambiance qui changeait de la maison.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Cinéma

saint-valentin-films-sexy-netflix
Culture

Les 7 films les plus sexy à voir sur Netflix, seule ou à plusieurs

16
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Bande-annonce de Challengers // Source : MGM
Culture

Les scènes de sexe de Challengers vont beaucoup vous étonner, voici pourquoi

chihiro // Source : Studio Ghibli
Culture

Votre studio d’animation préféré recevra une Palme d’or d’honneur à Cannes, et c’est du jamais vu

Tu mérites un amour // Source : Hafsia Herzi
Culture

Hafsia Herzi, actrice et réalisatrice : « Je réalise des films pour ne pas dépendre du désir des autres »

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Les reines du drame // Source : Alexis Langlois
Cinéma

Festival de Cannes : on connaît enfin la liste de (presque) tous les films projetés

His house // Source : Netflix
Cinéma

Les 15 meilleurs films d’horreur sur Netflix à voir absolument

4
 Hannah Gutierrez-Reed // Source : The Wrap
Culture

« Amateure », « négligente » : l’armurière de Rust d’Alec Baldwin condamnée à 18 mois de prison

Anatomie d'une chute
Culture

Merci Judith Godrèche : les enfants seront désormais accompagnés sur les tournages

1
Semaine de la critique 2024 / Hafsia Herzi
Culture

La Semaine de la critique, notre sélection préférée à Cannes, a dévoilé ses films en compétition

La pop culture s'écrit au féminin