Live now
Live now
Masquer
marre-evjf
Témoignages

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Si ces lectrices ont choisi de rester anonymes, c’est parce qu’elles ont une opinion très controversée à exprimer : être invitées à des EVJF, ça les saoule. Elles expriment pourquoi en quatre points.

Le 27 novembre 2021

Bien sûr que les enterrements de vie de jeune fille sont des moments heureux. On y célèbre l’amour, l’amitié, et les liens profonds qui les unissent. C’est aussi une belle occasion de se retrouver entre proches, de s’amuser et de créer des rencontres…

Mais, il y a un mais. Quatre lectrices ont décidé de l’exprimer.

« Mon portable qui vibrait toutes les trois secondes pendant trois mois, c’était insupportable. »

Quand il y en a un, ça va…

C’est Jeanne*, 29 ans, qui raconte la première :

« Quand j’ai dû organiser le premier enterrement de vie de jeune fille d’une de mes amies, j’étais aux anges : je n’ai compté ni mon temps, ni mon argent. On a passé un moment merveilleux, et c’est un des souvenirs que je chéris le plus.

Ça, c’est la partie de la vérité que je lui raconte. L’autre partie, c’est le stress pas possible, les dizaines d’appels après des journées de boulot crevantes, la pression de ne pas être à la hauteur, l’angoisse que les choses ne tournent pas comme prévu, le coût élevé — parce qu’on met une attente énorme sur ces évènements… »

L’année suivante, quand deux, puis trois de ses amies prévoient de se marier à la même période, Jeanne sait très bien ce qui l’attend, et cela la rend nerveuse par avance.

« On sait bien que c’est un moment spécial pour les futures mariées, et personne n’a envie de le gâcher. Mais il faut aussi se rendre compte que vous n’êtes très probablement pas la seule personne plus ou moins trentenaire à avoir décidé de se marier entre juin et septembre dans nos vies !

Vous avez déjà essayé d’organiser un week-end entre potes, à douze ? Essayez de faire ça trois fois dans la même saison, avec des gens qui ne se connaissent pas, et une occasion qui nécessite de faire des choses spéciales.

Au bout d’un moment, la moindre notification WhatsApp me donnait envie de fuir à l’autre bout du monde sans rien dire à personne. Moi, j’en ai marre des EVJF, et j’aimerais que l’on puisse l’entendre. »

La pression de l’EVJF plein de paillettes

Quand Paula*, 27 ans, a dû organiser l’enterrement de vie de jeune fille d’une de ses amies, sa première réaction a été l’angoisse :

« J’ai été victime de violences à l’école toute mon enfance, et je me sens très mal avec les groupes. Je me mets tout de suite en retrait, parce que ça me renvoie à des souvenirs très vieux et très mauvais…. J’étais donc terriblement angoissée par l’idée de ces EVJF. »

Finalement, elle est agréablement surprise par les excellents moments qu’elle passe à ces deux reprises. Elle y rencontre même plusieurs amies aujourd’hui très proches ! Mais certaines choses lui semblent difficiles à gérer. Elle reprend :

« L’organisation est horrible : il y a une pression énorme à devoir surprendre la mariée, à fabriquer de la spontanéité, à faire une surprise… Mais c’est tout sauf spontané pour les dix personnes qui passent des mois à organiser !

Et puis, il y a une pression à faire quelque chose d’exagéré. Surconsommer, sur-picoler, être surextatique devant la future mariée… On y perd en naturel. Pour moi, un week-end entre pote, ce n’est pas ça ! »

Elle mentionne aussi la charge financière de devoir parfois avancer des sommes astronomiques pour une dizaine de personnes… Dont certaines ont mis des mois à la rembourser.

Amy Shamblen / Unsplash
Amy Shamblen / Unsplash

Passer un week-end avec douze inconnues, quel bonheur

Marina a 28 ans et son expérience des EVJF est empreinte de malaise. Sur les 15 personnes invitées au week-end consacré à l’une de ses amies, toutes étaient très différentes et ont eu du mal à s’accorder.

« On ne se connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, et on était pas du tout le même type de personnes — parfois, je me sentais un petit peu mal à l’aise. Il y a eu quelques engueulades sur les activités à faire, et la personne qui organisait tout se vexait très facilement…

Sur la fin, il y a eu un moment où on était toutes fatiguées, et où l’une des organisatrices de l’EVJF s’est mise à pleurer parce qu’elle avait peur que personne ne s’amuse. C’est dire la pression qu’elle s’était mise. Nous, ça nous a mises encore plus mal à l’aise ce n’et pas parce qu’on était claquées qu’on passait un mauvais week-end !

En plus, les organisatrices de l’EVJF étaient complètement contre ce genre d’évènement, et contre le mariage en général. Elles n’étaient pas du tout à l’aise d’organiser tout ça ! »

Elle précise :

« Moi, j’aime pas particulièrement le mariage, mais en plus, je trouve que le concept d’EVJF est beaucoup trop genré. Il y a un côté très normé derrière l’idée de “sa dernière soirée avant de se caser, il faut la passer entre fille ou entre garçons”.


Moi, si je devais organiser un EVJF, je crois que je ferais juste une soirée simple, en mixité, un truc qui plaise à la personne sans avoir besoin de respecter des codes de l’EVJF où il faut à tout prix faire des jeux, des activités, certains types de choses… »

Elle aborde un dernier point, que toutes les personnes interrogées ont elles aussi souligné avec une pointe de tremblements dans la voix :

« Et puis, mon portable qui vibrait toutes les trois secondes pendant trois mois, c’était insupportable. »

On ne peut tout simplement pas dire non à un EVJF

Candice*, 30 ans, est agacée par la pression sociale autour de ces évènements. Elle détaille :

« C’est terrible, la pression sur ce type d’évènement. Quelqu’un se marie, est heureux, a envie de partager son bonheur avec vous. Il y a un côté “élue” : c’est très flatteur, d’avoir été choisie pour passer un moment privilégié avec la future mariée !

Le problème, c’est qu’on a absolument pas le choix : personnellement, je me suis retrouvée catapultée dans des enterrements de vie de jeune fille de personnes que je connaissais à peine, sans avoir la possibilité de décliner poliment… Je n’avais ni le temps, ni les moyens financiers de m’investir dans ces évènements. Je n’étais pas non plus à l’aise, à l’idée de faire un hammam avec une dizaine d’inconnues, de faire des choses qui ne me ressemblaient pas du tout..

Mais en vérité, ce qu’on veut dans ces moments-là n’importe pas. Personne ne veut dire non ou gâcher le moment, qui est aussi censé être un préambule au mariage ! On se dit qu’il faut faire plaisir à la future mariée à tout prix.

Du coup, j’ai dit oui, j’ai serré les dents… Et ça a créé une forme de distance entre la future mariée et moi, parce que je me sentais prise en otage. Alors que le but, à la base, c’était de nous rapprocher. »

Jeanne, Candice, Marina et Paula concluent toutes sur le fait qu’elles ont tout de même passé des bons moments, lors de ces occasions certaines y ont fait des rencontres, d’autres ont apprécié les activités, ou simplement pris plaisir à voir une amie être contente.

Mais leur constat est clair : pour elles, en matière d’EVJF, la simplicité est la meilleure des recettes pour passer un bon moment… Et s’éviter de faire des crises de paniques devant des devis pour des limousines.

À lire aussi : Cinq conseils pour organiser un enterrement de vie de jeune fille de folie !

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
52

Avatar de Foxy*
30 novembre 2021 à 11h23
Foxy*
@Alzire C'est moi qui comparait avec les anniversaires, mais parce que j'attendais absolument pas des trucs chics et que la plupart de mes invitées habitaient pas loin, voire même la région, voire même à 100m de chez moi et parfois pour les 30 ans de quelqu'un ou un age rond comme ça, il y a des attentes similaires je trouves
1
Voir les 52 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
femme devant un micro et un carnet

Participez au nouveau podcast Madmoizelle en nous confiant ce que vous voudriez dire à votre ex

Aïda Djoupa

22 jan 2022

Daronne
pieds de nouveau né

« Je ne voulais pas de péridurale, et j’ai pu faire sans » : Nolwenn raconte son accouchement

Aïda Djoupa

21 jan 2022

5
Règlement de comptes
femme en train de compter

Mégane, 3 484€ par mois à deux : « Nous sommes très anxieux, l’argent est un sujet tabou »

Aïda Djoupa

20 jan 2022

27
Sexo
couple-baiser

Comment un plan cul inattendu m’a reconnectée avec ma sensualité

Une madmoiZelle

18 jan 2022

Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

7
Témoignages
coeur dans une enveloppe

Vous hésitez à faire le premier pas avec votre crush ? Elles ont osé, elles racontent

Aïda Djoupa

16 jan 2022

Santé sexuelle
Poterie représentant une vulve.

« C’est une opération aléatoire » : avec celles qui ont choisi la labioplastie, la chirurgie de la vulve

Laura Bonnet

14 jan 2022

17
Santé
endo

Douleurs insoutenables et sexualité limitée : l’endométriose, je vis avec depuis toujours

Une madmoiZelle

14 jan 2022

86
Règlement de comptes
Manon-RDC

Manon, son compagnon et leur fille, 3 646€ par mois : « Je ne finis jamais à découvert »

Camille Abbey

13 jan 2022

4
Société
Enfant_avec_un_masque

« Nous sommes à bout » : 4 parents racontent leur rentrée covidée aux protocoles confus

Aïda Djoupa

12 jan 2022

20

La société s'écrit au féminin