Live now
Live now
Masquer
licorice-pizza-critique
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

06 jan 2022

Si les débuts d’année vous mettent le cœur en miettes, sachez qu’il existe des remèdes. Parmi lesquels Licorice Pizza, le nouveau Paul Thomas Anderson, qui applique son baume miracle en couches épaisses, dont on vous promet qu’elles réparent tous les petits maux. 

« Licorice », ça veut dire réglisse en anglais. 

La réglisse, on aime la torsader ou l’étirer en de longues tiges avant de la rouler sur elle-même pour obtenir un cercle plat. 

Imaginez les cercles noirs et luisants de votre enfance dans des proportions plus grandes, plus larges, de la taille d’une pizza. Et comme par miracle, vous obtenez un vinyle. Un vinyle qui jette du Nina Simone ou du Mason Williams, comme dans la bande originale de Licorice Pizza, l’hommage de Paul Thomas Anderson aux années 1070, aux boutons d’acné, aux crop tops, à la Californie, et aux premières amours bien sûr. 

Licorice Pizza, le plus sucré (et compréhensible) des films de Paul Thomas Anderson

LICORICE PIZZA | Official Trailer | MGM Studios

Grâce à (ou à cause de) Paul Thomas Anderson, j’ai réalisé qu’il n’était pas forcément nécessaire de comprendre un film pour l’apprécier. 

C’était en 2014, l’année de la sortie d’Inherent Vice, que j’ai pris un pied pas possible à mater sans avoir compris ni les enjeux, ni la direction du film. 

Pas étonnant quand on connaît son créateur : un scénariste audacieux, qui aime semer le trouble en sautant d’un genre cinématographique à un autre, et a commencé par le film choral avant de s’essayer à la comédie barge, puis au drame sinistre et autres enquêtes brumeuses !

Pour autant, Paul Thomas Anderson demeure l’un des réalisateurs les plus acclamés de son époque, qui a marqué le cinéma sitôt qu’il l’a pénétré — d’abord avec The Dirk Diggler story, un court-métrage remarqué à Sundance, puis avec Hard Eight, long-métrage directement présenté à Cannes. 

Ainsi a démarré son ascension vers les sommets, qu’il n’a plus jamais quittés après les avoir conquis. Régulièrement salué voire récompensé dans les festivals et autres compétitions comme les Oscars, Paul Thomas Anderson traverse les années à force de succès, parmi lesquels les éblouissants Phantom Thread, Magnolia, There Will Be Blood, The Master ou encore Hard Eight.

Cette année, et après presque cinq ans d’absence, il revient à ses premières amours : les années 1970, la Californie (et plus précisément San Fernando, sa ville natale), les ados et les promesses d’amour, dans un film dont la simplicité est le premier atout.

Drôle, tendre, enlevé, Licorice Pizza est sans doute le film le plus sucré et surtout le plus accessible de son réalisateur.

Licorice Pizza : des ados, des palmiers et de la musique, quoi de plus ? 

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Je vous l’ai dit, il n’y a rien de bien compliqué dans ce long-métrage écrit par le cinéaste lui-même. C’est sans doute ce qui le rend si charmant. 

Licorice Pizza l’histoire d’Alana Kane et Gary Valentine, deux jeunes Américains devant composer avec le starter-pack qui leur a été distribué : des hormones en ébullition, des envies rebelles, des fringues mal coupées, de l’acné, et des coupes de cheveux de merde pour l’un ; un caractère bien trempé, un appareil photo, une grande gueule et des crop-tops pour l’autre. 

C’est surtout l’histoire d’un premier amour qui naît comme tant d’autres : autour de la musique, de quelques fêtes, d’une timidité cachée sous une mèche et une fausse gouaille. Mais ce premier amour a ceci de différent — sinon bordel on aurait encore eu droit à une teen romcom tout ce qu’il y a de plus convenu — qu’il explore la Californie des années 1970 joliment hantée par le fantôme d’Hollywood (et ses déceptions). 

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

En effet, Gary est un enfant acteur et s’est déjà illustré dans quelques films, ce dont il se sert pour draguer allègrement Alana, l’assistante du photographe scolaire, de 10 ans plus âgée que lui. 

Et bien que celle-ci se refuse à céder aux avances d’un « minus », un lien se crée entre eux, qui donne de nouvelles couleurs à leurs vies respectives. 

Licorice Pizza saute d’anecdote en anecdote, d’amourette en amourette (pour l’un comme pour l’autre) avant de réunir ses héros devant l’évidence. 

Licorice Pizza : son meilleur atout, c’est son casting

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Vous n’avez pas pu passer à côté des affiches de Licorice Pizza, qui trônent absolument partout en France, sur les bus, les kiosques à journaux, le métro et désormais les cinémas. 

Ainsi, vous avez peut-être été attiré par un fait des plus étranges : vous ne connaissez aucun des acteurs. 

Rien de plus normal, il s’agit de leur première apparition à l’écran à tous les deux !

Alana Haim est en fait la chanteuse, guitariste et pianiste du groupe de pop rock américain Haim, qui se compose également de ses deux sœurs aînées. Quant à Cooper Hoffman, bien qu’il soit le fils de feu Philip Seymour Hoffman, il joue ici pour la première fois au cinéma. 

Et leur candeur face à la caméra est d’une telle sincérité qu’elle compte pour au moins 60% de l’intérêt du film.

Alana et Cooper, de concert, offrent des prestations dignes d’acteurs confirmés (Cooper Hoffman a d’ailleurs été nommé pour le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie) et ne détonent pas une seule seconde face aux mastodontes du cinéma qui leur donnent la réplique :  Bradley Cooper et Sean Penn

Au contraire, ce sont Alana et Cooper qui volent la vedette à leurs pairs, à force spontanéité, sans jamais en faire trop. 

Le malaise raciste de Licorice Pizza

Vous l’aurez compris : Licorice Pizza, ça aurait pu être un sans-faute… si l’ombre éternelle du racisme ne planait pas légèrement dessus.

En effet, certaines scènes montrent un acteur blanc imiter l’accent japonais en parlant à sa femme (vraiment japonaise, pour le coup). Il réitère l’opération avec une autre femme japonaise, comme si elles étaient toutes interchangeables.

Des scènes censées souligner le racisme anti-asiatique du personnage, certes, mais qui tombent malheureusement à l’eau, créant le malaise à plusieurs moments du film. 

Nancy Wang Yuen, professeur de sociologie à l’Université de Biola, explique : 

« Il est irresponsable d’utiliser le racisme contre les Asiatiques comme un gag courant. »

Une vanne qui aurait pu tout à fait être supprimée, surtout après deux ans marqués par la hausse du racisme visant les personnes asiatiques ou asiodescendantes — d’autant qu’elle n’apporte strictement rien à l’intrigue et n’est utilisée que comme un mécanisme comique d’un autre temps. 

Dommage pour ce détail donc. Mais à part ça, Licorice Pizza est actuellement au cinéma et n’attend plus que vous pour dominer le box-office.

À lire aussi : Harry Potter : Retour à Poudlard est le Patronus anti-blues de rentrée dont on avait bien besoin

Les Commentaires
1

Avatar de Farfeluue
7 janvier 2022 à 14h27
Farfeluue
Je l'ai vu hier et je n'ai pas été charmée (mais je m'étais fait chier comme un rat mort devant Inherent Vice, donc j'aurais dû m'en douter..!). L'esthétique est chouette mais l'histoire part trop dans tous les sens à certains moments (quand ya Sean Penn et Bradley Cooper en fait).
Je suis tout à fait OK par rapport au casting! Les deux principaux interprètes sont supers ! Ils ont l'air de "vrais gens" et ils jouent très bien ça fait plaisir !
Par contre, pourquoi dit-on que c'est une histoire d'amour entre ados alors que le personnage de la nana a 25 ans? C'est clairement une histoire entre une adulte et un ado en fait. Alors ok l'actrice peut clairement se faire passer pour une ado mais bon.. Si les rôles avaient été inversés j'ai l'impression que le malaise aurait été beaucoup plus ressenti non ?
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5
Revues de films
melissa-etat-texas-documentaire

L’histoire tragique de Melissa Lucio, dans le couloir de la mort depuis 13 ans après le décès de sa fille

Clémence Boyer

15 sep 2021

2
Revues de films
bac-nord-vert

Dans BAC Nord, seuls les policiers ont le droit à l’humanité

Revues de films
but im a cheerleader jamie babitt

20 ans après sa sortie, la rom-com lesbienne But I’m A Cheerleader n’a rien perdu de son piquant

Maëlle Le Corre

29 août 2021

5
Revues de films
the-suicide-squad-small

The Suicide Squad est en salles, et bonne nouvelle : il n’est pas raté, celui-ci

Pauline Thurier

29 juil 2021

Revues de films
kuessipan-critique-film-amitie

Foncez voir Kuessipan, LE film de l’été sur l’amitié féminine

Pauline Thurier

15 juil 2021

La pop culture s'écrit au féminin