On ne sait toujours pas comment (ni pourquoi) Instagram censure les fesses des femmes


La censure à deux vitesses d'Instagram a encore frappé : le compte féministe Entre nos lèvres est en danger, à cause du règlement ubuesque de la plateforme.

On ne sait toujours pas comment (ni pourquoi) Instagram censure les fesses des femmes

Votre compte pourrait être supprimé.

Certaines de vos publications précédentes ne respectaient pas nos Règles de la communauté. Si vous lisez et suivez nos règles, vous pouvez encore éviter la suppression de votre compte.

C’est le message menaçant qui a été envoyé au compte Instagram féministe @entrenoslevres. Lors d’un post, ses créatrices ont saisi l’occasion de dénoncer une nouvelle fois la censure à deux vitesses exercée par la plateforme.

Car si la nudité est officiellement encadrée sur Instagram, surtout celle des femmes, force est de constater que les suppressions de comptes et de publications semblent suivre une logique très opaque.

Le compte Instagram @entrenoslevres en danger

Entre nos lèvres, c’est un podcast qui explore les sexualités au rythme de deux épisodes par mois, et ce depuis son lancement en 2018. Le compte Instagram associé propose des citations issues des épisodes, mais aussi de belles photos de corps, des conseils lecture, des réflexions autour du consentement, de l’orgasme, du féminisme…

Ce compte est à présent en danger, comme ses taulières l’ont expliqué dans un diaporama (leur tout premier !) : Instagram menace de le fermer s’il ne s’aligne pas sur les règles de la communauté.

View this post on Instagram

Aujourd’hui, on a envie de gueuler. Même que pour une fois, on va faire bref en légende parce qu’on a écrit dans notre tout premier carrousel de toute la vie. Note #1 : On espère que vous partagerez ce post et qu’on pourra se faire entendre. Note #2 : Notre autre compte Instagram si celui-ci est supprimé : @enl.atelier. Note #3 : Voici les comptes auxquels nous faisons référence (bien qu’il en existe encore beaucoup d’autres) : @perfectass88 & @danbilzerian. Note #4 : On avait repéré ces comptes à l’époque de la censure de @jouissance.club, avec l’aide de : @mariebongars / @lecul_nu / @mercibeaucul_ / @justine.bond / @jemenbatsleclito / @orgasme_et_moi / @_laprediction / @clitrevolution / @cecile_hoodie et forcément @jouissance.club. ••• #EntreNosLèvres #Censure

A post shared by Entre nos lèvres (@entrenoslevres) on

Le double standard sur Instagram

Le souci, c’est que le règlement d’Instagram semble ne suivre aucune logique. L’équipe d’Entre nos lèvres le montre bien en comparant des posts supprimés de leur feed avec d’autres publications, voire des comptes entiers, qui croissent sans souci sur la plateforme alors que leur contenu est franchement bien pire qu’une pauvre photo de fesses même pas sexualisée.

Le joueur de poker Dan Bilzerian cumule plus de 32 millions de followers, et poste sans aucun souci ce genre de choses :

Utiliser une femme nue même pas comme un trophée, mais comme un PORTE-trophée, ça ne semble poser aucun souci à Instagram : le compte n’enfreint pas les règles de la communauté. Alors qu’@entrenoslevres, qui ne poste jamais du cul pour du cul et s’attelle à une mission d’éducation sexuelle, « pourrait être supprimé ».

Les corps des femmes VS Instagram

Ce n’est pas la première fois qu’un compte comme @entrenoslevres est en danger sur la plateforme. Le fait que les tétons masculins mais pas les féminins soient autorisés est dénoncé par les féministes depuis plusieurs années via le mouvement #FreeTheNipple, par exemple.

En 2018, madmoiZelle décryptait une avancée au goût amer : les corps de femmes nus étaient enfin autorisés sur Instagram… mais seulement pour montrer des accouchements et l’allaitement. Comme si la nudité n’était autorisée que lorsqu’il s’agit de mères, comme si toute femme était un objet sexualisé (puisqu’on censure son corps) tant qu’elle n’avait pas donné la vie.

La même problématique a été évoquée pour d’autres plateformes, comme via la mobilisation #MonCorpsSurYoutube qui dénonçait le fait que des vidéos féministes, d’éducation sexuelle, traitant des règles ou sensibilisant à culture du viol étaient rapidement démonétisées voire interdites aux moins de 18 ans, ce qui les rend beaucoup moins accessibles. Pendant ce temps-là, d’autres contenus bien plus toxiques foisonnent sur Internet, sans aucune censure…

Les géants du Web ont un problème avec le corps des femmes, et @entrenoslevres n’en est malheureusement que l’exemple le plus récent. Les taulières du compte vous invitent à partager leur diaporama pour sensibiliser, mais aussi à vous abonner à leur autre compte, @enl.atelier, au cas où le premier viendrait à sauter.

Sinon, vous pouvez essayer de poser un trophée sur le cul nu d’un homme-objet, et voir combien de temps votre photo reste en ligne. Ça devrait être intéressant…

À lire aussi : Je suis très en colère contre Instagram et sa censure à deux vitesses

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Claire Defresnes

Coucou! J'ai entendu que les signalements des utilisateurs comptaient pour genre 2% des publis signalées à Instagram, j'imagine que le reste est fait par des robots, mais j'ai aussi entendu que au final ce sont des humains qui décident de quelles publis vont être montrées ou pas
Les robots fonctionnent par différence de couleur pour repérer la nudité.
Mais ça peut donner des choses curieuses: une femme bronzée mais avec les seins très blancs (une qui n'a visiblement pas pratiqué le naturisme!), si elle est nue, le robot peut croire qu'elle a un maillot de bain blanc.
De même, sur les peaux noires, les robots détectent mal la nudité.
Aussi, avec des sous-vêtements couleur chair, le robot peut en déduire que vous êtes nue.
Même chose aussi pour les garçons aux cheveux longs et torse nu: ils pensent que ce sont des filles (sachant qu'ils censurent les filles torse nu même quand elles n'ont aucune poitrine!)

Il va sans dire que des photos explicitement sexuelles, la fille les jambes écartées, la main dans le string et le regard qui dit "devinez ce que font mes doigts", ça passe sans problème: elle n'est pas nue, ouf! la morale est sauve!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!