Live now
Live now
Masquer
CDC / Unsplash
Daronne

Déserts médicaux : un quart des enfants vivent sans pédiatre à proximité

Les quotas d’admissions au concours de médecine n’ont pas pris en compte l’augmentation et le vieillissement de la population.

Alors que les services d’urgences pédiatriques sont accaparés par l’épidémie de bronchiolite, la médecine de ville peine aussi à accueillir tous ses patients. Une étude parue dans UFC que choisir estime qu’environ un quart des enfants âgés de 0 à 10 ans sont privés de pédiatre. La France compte beaucoup de déserts médicaux et le nombre de médecins en exercice est trop faible pour répondre aux besoins d’une population qui augmente et qui vieillit.

Les pédiatres : une denrée rare en France

La carte publiée par UFC que choisir révèle que 27 % des enfants âgées de 0 à 10 ans résident dans un désert médical pédiatrique, c’est-à-dire qu’ils doivent parcourir au moins 45 minutes de route pour consulter un médecin de l’enfance. En comptant les familles qui n’ont pas les moyens de payer les dépassements d’honoraires appliqués par certains de ces professionnels, le pourcentage d’enfants résidant dans un désert médical grimperait alors à 46,8 %.

Un monde de la pédiatrie rongé par le manque de moyens

Depuis quelques semaines, les parents sont priés d’éviter des urgences encombrées par l’épidémie de bronchiolite. On leur conseille plutôt de contacter le 15 ou de s’adresser à leur médecin traitant. Trouver un pédiatre relève donc de la course d’endurance (et d’un certain nombre d’heures passées en position latérale de sécurité pendant que l’enfant et ses 40 de fièvres gambadent gaiement dans le salon). 

L’hôpital peine à recruter à cause de conditions de travail difficiles, mais le manque global de soignants s’explique aussi par le peu d’étudiants en médecine admis chaque année. Depuis 1971, une mesure sélective permet de réguler les effectifs en fonction des besoins. Malheureusement, ces quotas ont mal anticipé le vieillissement et l’augmentation de la population. Les docteurs disponibles préfèrent ensuite exercer dans des secteurs dynamiques et les zones moins attractives se transforment en déserts médicaux.

Les conditions de sélection des soignants se sont assouplies et devraient permettre à plus d’étudiants d’accéder à une formation médicale. En attendant, les parents se tournent vers des rendez-vous en visio et comptent sur le généraliste pour ausculter leur petit chaton morveux entre deux autres consultations urgentes.

À lire aussi : Le collectif No FakeMed alerte les parents contre les « médecines » alternatives

Crédit photo de Une : CDC / Unsplash


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

9
Avatar de Lizni
10 novembre 2022 à 10h11
Lizni
@Liligreen un pédiatre est vraiment spécialisé pour les enfants, après sans problème spécifique un médecin généraliste suffit
Nous avons eu un pédiatre jusqu'au 1 an car à chaque fois qu'on partait on reprenait rdv, c'était l’hôpital qui nous l'avait trouvé comme il lui en fallait un pour ses problèmes d’épilepsie.
Depuis que les rvds obligatoires se sont espacés on l'a plus revu (et l'épilepsie est passé donc plus de suivi pour ça), leur agenda est dispo que tous les 3 mois et en gros fau se lever à 5h pour espérer un rdv.
généralistes on en a pas non plus, j'ai essayé la mienne quand il a été malade : résultat mauvais diagnostic et elle a filé des antibios interdit au moins de -6 ans ... je n'y suis pas retourné.
On passe par le 15 pour avoir un médecin de garde, on arrive pas a avoir un rdv sinon
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Daronne

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

3
Source : laflor de Getty Images Signature
Conseils parentalité

Comment parler de la mort avec ses enfants ? Voici quelques pistes

Source : Gemütlichkeit
Conseils parentalité

Ces 8 tâches ménagères que les enfants peuvent faire à la maison (faut rentabiliser !)

2
Source : Tetiana Nekrasova de corelens
Quand on aime, on compte

Samantha, mère solo, dépense 630 € par mois pour ses enfants : « j’ai eu un parcours assez chaotique »

7
Source : pixelshot
Chère Daronne

Je suis enceinte et je fume, help !

21
femme-colère // Source : Pexels
Daronne

Vous aussi, vous en avez marre de crier sur vos enfants ?

enfants-ecrans-confinement
Daronne

Les enfants lisent de moins en moins et leur temps d’écran explose, une nouvelle étude alarmante

19
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
fmère-garçon
Daronne

« J’ai pleuré la première fois devant l’épicerie solidaire », dans la vie de Sandrine, mère solo de deux enfants 

3
Couple de femmes dans un lit
Couple

Lassé des applications de rencontre ? Cette tendance dating fait son grand retour

1

Pour les meufs qui gèrent