Live now
Live now
Masquer
vitiligo-temoignages
Santé

Vitiligo : comment les jeunes vivent cette dépigmentation de la peau ? Une première étude éclaire le sujet

Quel impact psychologique peut avoir le vitiligo, cette maladie chronique de l’épiderme caractérisée par des taches blanches ? Pour la première fois, une vaste étude conduite par l’IFOP avec le laboratoire Incyte Biosciences France, de l’Association Française du Vitiligo et le cabinet Baltasar, s’intéresse sur la façon dont les jeunes vivent cette maladie, et sa stigmatisation.

En France, tout le monde ne connait pas forcément la mannequin canadienne Winnie Harlow, si identifiable grâce à son vitiligo dont elle a su faire une force. Mais on visualise tou·te·s Édouard Philippe. Le pays a pu voir la progression de cette maladie chronique de l’épiderme sur la barbe, les sourcils ainsi que les cheveux de l’ancien Premier ministre. Seulement, comment les gens lambdas vivent avec cette maladie auto-immune bénigne mais qui peut avoir un grand impact sur l’estime de soi, en particulier chez les jeunes, à cause de sa stigmatisation ? L’Institut français d’opinion publique (IFOP) a mené avec le laboratoire Incyte Biosciences France, de l’Association Française du Vitiligo et le cabinet Baltasar une étude inédite sur le sujet chez les 12 à 25 ans.

À lire aussi : 3 jeunes femmes racontent leur vie avec le vitiligo

31 % des jeunes craignent que le vitiligo soit contagieux (alors que ça ne l’est pas)

Cette recherche a été conduite en deux volets. Grâce aux témoignages approfondis de 12 patient·e·s pour mieux comprendre leur vécu de façon qualitative, d’un côté. Ainsi que de façon quantitative en mesurant les perceptions de 1000 jeunes sur les maladies de peau, dont le vitiligo, pour sortir des statistiques quantitatives, d’un autre côté.

Il en résulte notamment que seulement 30 % des jeunes déclarent « connaître le vitiligo ». Les moins informées sont les collégien·ne·s, et c’est justement au collège que la stigmatisation du vitiligo s’avère la plus forte : « seuls 34 % des collégiens accepteraient un contact physique avec une personne atteinte de la maladie, et seuls 38 % accepteraient d’interagir avec elle », rapporte ainsi l’étude, relayée notamment par l’Association Française du Vitiligo. Toute cette méconnaissance conduit à beaucoup de rejet : 31 % des jeunes ayant croisé une personne atteinte de vitiligo craignaient que ce soit contagieux (42 % pour les hommes et 19 % pour les femmes). Spoiler : ce n’est pas contagieux.

Si le vitiligo est bénin, sa stigmatisation a beaucoup d’impact sur la santé mentale des jeunes

Forcément, 76 % des personnes participantes estiment que le regard que la société porte sur les personnes atteintes de vitiligo nuit à leur santé mentale. Chez les 12-25 ans ayant un problème de peau visible, 26 % déclarent avoir été victimes de violence, de stigmatisation ou de harcèlement. C’est dire s’il est primordial de mieux informer et sensibiliser aux différentes conditions de peau, a fortiori à une période aussi charnière pour la construction de l’identité et l’estime de soi que l’adolescence.

À noter que la très grande majorité des cas de vitiligo débute avant 30 ans. Cela concerne un million de Français·e·s, dont plus de 50 % souffrent de comorbidités psychosociales. Troubles anxieux et dépressifs, phobie sociale, difficultés émotionnelles et relationnelles ne procèdent pas du vitiligo, mais bien de sa stigmatisation par la société à cause de l’ignorance.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de helline
13 mars 2024 à 15h03
helline
J'ai un vitiligo depuis mes 27 ans suite à une période de 6 mois de chômage où j'étais rentrée chez mes parents (et où j'avais la pression de retrouver rapidement une boulot). L'ayant eu tard je n'ai jamais eu de problèmes de stigmatisation ou autre et j'en parle très facilement, c'est génétique et vient de ma mère, elle n'en a jamais fait grand cas non plus
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

Source : OcusFocus de Getty Images
Santé

Une nouvelle étude explique comment le cycle menstruel est régulé 

Lifestyle

De la lingerie jolie à petits prix ça existe, et la collection Dim Daily Dentelle le prouve

Humanoid Native
Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

femme-boit-alcool // Source : URL
Société

Les femmes boivent trop et de plus en plus, une nouvelle étude montre les graves conséquences sur leur santé

6
pexels-liza-summer-6382633
Santé mentale

« Ma psy m’a appris à comprendre et accepter mes émotions sans lutter contre elles » : Louise a testé cette nouvelle façon de suivre une thérapie

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
Source : Unsplash / Stephen Andrews
Santé mentale

« J’ai pu lui prendre la main, de lui dire que je l’aimais » : elles ont accompagné un·e proche dans sa fin de vie

4
serviette-hygienique-culotte-sang
Santé

La composition de vos tampons n’aura bientôt plus de secret pour vous

ramadan-tca
Santé

Le ramadan avec des troubles du comportement alimentaire : « J’étais obsédée par la nourriture »

2
Une femme en culotte violette portant une feuille avec écrit endométriose dessus // Source : axelbueckert
Santé

Endométriose : tout savoir du test salivaire bientôt remboursé

4

La société s'écrit au féminin