Live now
Live now
Masquer
johann-walter-bantz-unsplash-enfant gens du voyage
Société

En France, les gens du voyage continuent d’être méprisés, maltraités, discriminés

Une hostilité qui vient de la population générale, mais aussi des discriminations cautionnées et entretenues par les institutions. Ce sont les constats que dresse la Défenseure des droits, qui appelle à des mesures concrètes pour les gens du voyage.

C’est la première étape d’une stratégie nationale pour la protection et le respect des droits des gens du voyage. La Défenseure des droits, autorité indépendante qui défend l’égalité de chacun dans l’accès aux droits, vient de publier un rapport qui pointe les discriminations systémiques que vivent les gens du voyage en France.

Ce qui ressort particulièrement de ce rapport, c’est que les droits élémentaires des ces communautés ne sont pas respectés : le droit à un logement, à pouvoir accéder à des soins, à l’éducation, et même à l’eau.

Le droit à des conditions décente remis en question

La reconnaissance du mode de vie itinérant des gens du voyage n’est pas pleinement reconnue dans la loi française : « La caravane n’est pas à ce jour reconnue comme “logement” en France », déplore le rapport.

Et cela a des conséquences graves et très concrètes, car sans cette reconnaissance, les gens du voyage se retrouvent face à des obstacles dans de nombreuses situations :

« La domiciliation, le lieu d’imposition, l’ouverture d’un droit aux aides au logement (APL), l’accès au crédit immobilier, l’accès aux assurances habitation pour les caravanes, l’accès au crédit, la protection contre la suspension des fluides et de l’eau en période hivernale, l’obtention du droit de garde d’un enfant. »

« Tous les voyageurs savent que la majorité des aires sont insalubres et dans des localisations pourries » déplore auprès de StreetPress William Acker, juriste lui-même issu de la communauté des gens du voyage, qui dénonce le racisme environnemental qui la vise.

Le rapport de la Défenseure des droits montre confirme ses constats :

« Certaines aires d’accueil exposent fréquemment les familles de voyageurs à des risques environnementaux pouvant porter atteinte à leur santé. »

Il note aussi que, alors que le nombre d’aires d’accueil a baissé, les sanctions à l’égard des gens du voyage qui s’installent hors de ces zones se sont durcies.

Campement_de_gens_du_voyage_Villejust_le_25_mars_2017-1
Lionel Allorge, CC BY-SA 3.0 , via Wikimedia Commons

Une scolarisation toujours menacée

Refuser l’inscription d’enfants à l’école, au prétexte que la famille est installée sur un terrain de façon illicite, c’est ce qu’à fait le maire d’une commune en 2015, pointe à titre d’exemple le rapport.

« De tels refus de scolarisation sont illégaux », tient à rappeler la Défenseure des droits.

Les difficultés pour garantir la scolarisation et la continuité scolaire des enfants issus de la communauté des gens du voyage existaient bien avant la crise sanitaire. Mais cette dernière aurait accentué le phénomène :

« Selon les informations transmises par les associations, le taux d’enfants “du voyage” qui ne seraient pas retournés à l’école après le premier confinement du printemps 2020 serait alarmant. »

De plus, les confinements et l’enseignement à distance mis en place par les établissements n’est pas forcément adapté ou possible pour ces enfants.

Certaines familles ont aussi privilégié l’inscription à des cours à distance.

Des discriminations persistantes

Une enquête de l’Agence européenne pour les droits fondamentaux sur les discriminations que subissent les Roms et les gens du voyage menée en 2019 dans plusieurs pays européens, dont la France, dresse un état des lieux inquiétant :

« Près d’une personne interrogée sur deux (45 %) s’est sentie discriminée, 44 % ont été victimes d’un harcèlement motivé par la haine et 7 % ont subi des agressions physiques motivées par la haine. »

Selon la Défenseure des droits, les gens du voyage sont « la minorité concentrant le plus d’opinions négatives de la part de la population française ».

Stigmatisés, victimes de discriminations, les gens du voyage font pourtant peu appel aux institutions pour faire valoir leurs droits et signaler des actes malveillantes et hostiles, notamment lorsqu’ils proviennent de certaines communes. « Les associations font état d’un manque de confiance dans celles-ci, et de la crainte de retombées négatives qui pourraient résulter de leurs démarches », note le rapport — et de conclure, sans faux-semblant :

« La stigmatisation dont sont victimes les “gens du voyage” semble parfois encouragée par les acteurs publics eux-mêmes. »

À lire aussi : Je suis gitane, et je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Crédit photo : Johann Walter Bantz via Unsplash

Les Commentaires
9

Avatar de Arrakis_
9 octobre 2021 à 11h22
Arrakis_
Chez nous, les gens du voyage ont squatté le terrain de foot. Ce n'est pas ce qui me gène, c'est le seul endroit propre.
Par contre, le branchement sauvage sur le réseau public, ça me heurte. Déjà, pourquoi je paierais pour d'autres alors que j'ai déjà du mal avec les factures? En plus, il y avait une piscine assez grande, des machines à laver, des clim... Ce n'est pas que je suis contre ce confort mais j'ai même pas les moyens de ce confort pour moi.
Ensuite, le reseau d'eau a été hacké par la borne à pompiers donc s'il y a un incendie, ça fait beaucoup moins de pression.
On tombe sur un problème de sécurité publique ou collective. Ça me pose un vrai problème.
Sans compter les trois même glandus qui bloquaient le petit chemin pour jouer aux boules, qui ont laissé plein de bouteilles de bières (alors que tout le monde a été très respectueux de la propreté) et qui s'amusaient à pisser sans se cacher (dos tourné mais bien visisble) quand je passais. Ça les a bien fait rire. Moi, j'avais envie de leur arracher le pénis. Enfin ça, c'est des bonhommes en particulier mais ils ne rendent pas service à la commu en agissant comme ça.
En tout cas, je n'ai pas à payer ce choix de vie par les factures ou par un impact sur la sécurité incendie.
Je sais que dans certains endroits, il y a des prises à eau payantes qui sont installées. Ce n'est pas le cas chez nous mais déjà, ce n'est pas à moi de payer ce choix de la mairie et enfin, là où ces prises sont installées, ça n'empêche pas le hacking de l'eau et l'électricité publique. Il semble que ça a à voir avec un refus culturel de payer (sur ce point).
Ça ne veut pas dire que je n'ai pas conscience du racisme subi. Il suffit de voir les visages des gens dans la grande surface ou dans la pharmacie. Je ne suis pas surprise non plus de l'ostracisme que subissent les enfants. Le problème est complexe, l'urgence est bien sûr dans l'aide aux enfants et dans la construction de coins propres mais il faut que la commu accepte aussi de payer l'eau et l'électricité comme les non voyages.
0
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Société

Actualité mode
Des hommes sans cravate mais avec boucle d’oreille en école hôtelière, c’est la faute au wokisme pour Le Point

Des hommes sans cravate mais avec boucle d’oreille en école hôtelière, c’est la faute au wokisme pour Le Point

Anthony Vincent

27 mai 2022

5
Lifestyle
Sponsorisé

Deux femmes se confient sur leur réorientation professionnelle

Humanoid Native
Actu mondiale
mariage-gay-eglise-ecosse

Grande nouvelle : En Écosse, l’Église protestante va célébrer les mariages homosexuels

Manon Portanier

27 mai 2022

4
Société
Créa Vertical

Procès Depp/Heard : comment les réseaux sociaux tournent en dérision les violences conjugales

Maya Elboudrari

27 mai 2022

20
Féminisme
Lasso-consentis-lutte-contre-les-violences-sexuelles-en-soirée

La fête reprend, le combat aussi : comment l’asso Consentis lutte contre les violences sexuelles en soirée

Anthony Vincent

26 mai 2022

Ecologie
Ilya Alashevskiy pour Getty Images

Sécheresse et chaleur extrêmes, comment agir autour de chez soi ?

Féminisme
féminicide-violences-faites-aux-femmes

À l’origine des féminicides, ce docu Arte décrypte les ravages des violences masculines

Marie Chéreau

25 mai 2022

3
Actu mondiale
freeherface-aghanistan-droitdesfemmes-feminisme-taliban

#Freeherface, le hashtag de solidarité envers les femmes afghanes lancés par des hommes

Marie Chéreau

25 mai 2022

3
Santé
pexels-helena-lopes-696218

Vous pensez avoir été droguée à votre insu ? Voici comment réagir

Marie Chéreau

24 mai 2022

Société
GHB-soumission-chimique-viol-violences-sexuelles-

Drogue dans un verre au bar, piqûres en club… La soumission chimique, décryptée par une toxicologue

Marie Chéreau

24 mai 2022

Société
luc besson

Non-lieu pour Luc Besson, accusé de viols par l’actrice Sand Van Roy

Maëlle Le Corre

24 mai 2022

La société s'écrit au féminin