Live now
Live now
Masquer
Winnie Harlow
Beauté

Winnie Harlow « ne souffre pas » de vitiligo : elle va bien, merci !

04 avr 2018
Winnie Harlow est une mannequin qui est, entre autres, connue parce qu’elle a un vitiligo. Néanmoins elle n’est pas venue pour souffrir et le fait savoir aux journalistes.

Est-ce que tu connais Chantelle Brown Young ? C’est une mannequin canadienne, qui a participé en 2014 à America’s Next Top Model (ANTM), l’émission de Tyra Banks.

Elle est maintenant célèbre et pousse un coup de gueule sur la façon dont les médias parlent d’elle et de sa maladie.

À lire aussi : Winnie Harlow ou l’art de s’en battre l’utérus de l’avis des autres sur sa propre beauté !

Winnie Harlow, une mannequin pas comme les autres

Chantelle n’a pas remporté ANTM, cependant elle en a profité pour apprendre 2 ou 3 trucs sur le mannequinat et a refait surface en 2016 sous le pseudonyme de Winnie Harlow.

Elle est désormais connue et reconnue dans le monde entier notamment en tant qu’égérie de Desigual, et pour ses contrats publicitaires avec Diesel et Volkswagen.

Et oui, il se trouve que Winnie Harlow a un vitiligo, une maladie auto-immune de la peau qui crée une dépigmentation plus ou moins étendue sur le corps.

Mais de cette maladie qui la complexait dans son enfance, elle a su faire une force, un symbole de son individualité et une caractéristique de sa beauté.

Winnie Harlow  a donc tenu à répondre après qu’un énième magazine britannique, The Evening Standard l’a appelée  «vitiligo sufferer » (personne souffrant de vitiligo) dans un article.

Elle écrit donc sur instagram, ce long post que je vais essayer de te traduire avec mon anglais LV2.

À l’attention de The Evening Standard et de tous les autres magazines people qui écrivent à mon sujet, annonce générale : je ne suis pas une « personne qui souffre de vitiligo ». Je ne suis pas un « mannequin vitiligo ».

Je suis Winnie. Je suis une mannequin. Et il se trouve que j’ai un vitiligo. Arrêtez de nous accoler ces titres à moi et à toutes les autres personnes. JE NE SOUFFRE PAS !

Si on veut vraiment aller dans ce sens, je RÉUSSIS à montrer aux gens que leurs différences ne déterminent pas ce qu’ils sont. Nos différences font partie de nous mais ne nous définissent pas !

J’en ai assez que les gros titres finissent par « souffrant du vitiligo » ou « souffre de vitiligo ». Est-ce que j’ai l’air de souffrir ?

La seule chose dont je souffre sont vos titres et l’esprit fermé des gens qui ont un standard de beauté bloqué dans la tête alors qu’il y a de multiples standards de beauté ! La plage était magnifique ce jour-là, pas de quoi souffrir.

Et en effet les articles qui lui sont consacrés titrent souvent « la mannequin souffrant de vitiligo » ou « la mannequin qui souffre de vitiligo ».

Et bien non, c’est une personne, puis un mannequin et loin derrière, une personne qui a un vitiligo.

Pourquoi souffrirait-elle d’une maladie qui ne présente pas de véritable danger pour sa santé ?

La différence n’est pas à corréler avec la souffrance.

En y réfléchissant plus clairement, il est vrai que ce type de rappel constant de sa maladie et le verbe « souffrir »  perpétue l’idée qu’elle ne peut pas se sentir bien dans sa peau car elle est « anormale ».

#queves | Desigual con Winnie Harlow

Alors qu’elle est magnifique et qu’elle vit de sa passion.

De plus, ça l’enferme dans une case : de mannequin talentueuse, elle devient « la mannequin qui a un vitiligo » alors qu’il y a certainement une tonne de choses plus intéressantes à dire sur elle !

À la rédaction, nous avons également péché par excès en rappelant systématiquement sa maladie dans le titre des articles qui lui sont consacrés, ou en utilisant la tournure « souffrant de ». Nous y ferons plus attention à l’avenir, car son succès et sa notoriété ne sont pas limités à ce seul élément !

Bien qu’elle ne se présente pas en porte-parole des personnes qui ont cette maladie, son succès encourage d’autres personnes à se montrer telles qu’elles sont et à s’aimer.

Winnie Harlow
Rencontre émouvante entre Carly et Winnie, son idole.

Le succès de Winnie Harlow démontre que l’industrie de la mode et de la beauté commence à accueillir les profils dit « atypiques » à bras ouverts.

Certaines marques font l’effort constant de faire travailler des mannequins aux profils plus représentatifs de la diversité des gens que tu peux rencontrer dans la vie : des gens albinos, des gens gros, des gens de différentes ethnies…

Attention, le chemin est encore long mais le fait que Winnie Harlow soit sous le feu des projecteurs est, je l’espère, un premier pas vers la fin d’une unique définition de la beauté !

À lire aussi : Trois mannequins au physique « atypique » que je trouve superbes

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Beauté

marque-soin-plus-vendue-internet-typology
Bien-être et soin

Cette marque de soin n’a que 4 ans mais c’est déjà la plus vendue en ligne en France

ok-2
Santé

Voici les 5 activités physiques les plus bénéfiques pour la santé selon une étude d’Harvard

Barbara Olivieri

29 jan 2023

4
ok-2
Bien-être et soin

Huile de coco pour les cheveux : bienfaits et conseils d’utilisation

Barbara Olivieri

28 jan 2023

pierre-fabre-green-impact-index-note-socio-environnementale
Beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

ok-2
Conseils maquillage

Vous voulez camoufler un bouton ? Huda Kattan a l’astuce ultime et elle ne prend que quelques secondes 

Barbara Olivieri

25 jan 2023

ok-2
Coiffure

Vous avez les cheveux fins ? On a trouvé LA coupe de cheveux qu’il vous faut pour 2023

Barbara Olivieri

24 jan 2023

2
ok-2
Conseils Beauté

Et si le bronzer était LA solution ultime pour donner du volume à ses lèvres ? 

Barbara Olivieri

24 jan 2023

marque-hygiène-bebe-maman
Daronne

4 marques qui prennent soin de la peau des bébés comme de celle de leur mère

beauty-tools
Sélection shopping

Bougies, beauty tools, masseurs… 10 produits bien-être pour un gros moment de self-care

Barbara Olivieri

21 jan 2023

Lifestyle

À quand la fin de la bise, par pitié ?

Manon Portanier

21 jan 2023

3

La beauté s'écrit au féminin