Des « Anges de la téléralité » virés pour violences : vers la fin des exemples toxiques ?


Une bagarre très violente opposant les candidats des Vacances des Anges Ricardo et Nehuda à un élu réunionnais a poussé la production à virer le couple et à délocaliser le tournage. Des mesures qui pourraient aussi être prises par ailleurs...

Des « Anges de la téléralité » virés pour violences : vers la fin des exemples toxiques ?

Dimanche 10 janvier, une violente bagarre a éclaté à l’hôtel Créolia, à la Réunion. Et ce qui aurait pu demeurer un fait divers a pris pas mal de proportions puisque cette rixe sauvage opposait deux candidats de téléréalité célèbres pour leurs débordements, Ricardo et Nehuda, à Joé Bédier, le Maire de Saint-André (une commune du Nord-Est de l’île).

Suite à cet acte de violence, les deux « Anges » se sont fait virer du tournage.

Et si on était à l’aube d’une prise au sérieux des comportements toxiques des candidats de téléréalité ?

Le tournage des Anges de la téléréalité interrompu suite à des violences

Les faits se sont déroulés à l’hôtel Créolia où devaient déjeuner Ricardo et Nehuda, en tournage sur l’émission phare de téléréalité de NRJ12 : Les Vacances des Anges.

D’après ce qu’Eric Tuffery, le procureur de Saint-Denis, a expliqué au Figaro, le maire était en train de prendre des photos de sa famille quand :

« Trois individus se rapprochent de sa table et lui font savoir qu’ils ne souhaitent pas être photographiés. […] Le ton monte alors très vite chez les deux parties. »

Depuis, l’élu scande qu’il a été violemment agressé par le couple, qui a été mis en garde à vue. Lundi 11 janvier, Ricardo, Nehuda et Pauline, leur nourrice apparemment impliquée dans l’affaire, ont pourtant été remis en liberté, a relayé l’AFP.

Ça n’est toutefois pas sans sanction qu’ils repartent de garde à vue… En effet, si aucune charge n’a été retenue contre eux, les deux jeunes parents ont été renvoyés du programme et invités à rentrer chez eux le plus rapidement possible.

La Grosse Équipe, la société de production de l’émission, a expliqué lundi 11 janvier, dans un communiqué de presse :

« À la suite du récent incident, extérieur au tournage de l’émission Les Vacances des Anges, La Grosse Équipe constate que les conditions de sérénité ne sont plus réunies pour permettre un tournage de l’émission sur l’île de la Réunion »

De vraies mesures ont donc été prises, indiquant bien qu’il n’est pas question pour NRJ12 de passer l’éponge sur de telles accusations.

Si les tenants et aboutissants de l’affaire demeurent encore flous, chaque partie accusant l’autre d’avoir entamé la rixe, il n’en demeure pas moins que ces violences n’ont pas été tolérées par la production, et c’est déjà une bonne nouvelle…

La téléréalité, foyer de violences et de harcèlement

En effet, la violence est monnaie courante dans la téléréalité.

Il n’est pas rare qu’un candidat soit exclu d’un programme de TF1, W9 ou NRJ12 (les 3 grosses chaines de diffusion de téléréalité française), comme ça a été plusieurs fois le cas dans Secret Story ou dans Les Princes et les Princesses de l’amour, suite à des actes de violence.

Si de tels agissements appellent forcément de lourdes conséquences pour les candidats, d’autres violences subsistent par ailleurs, qui n’amènent jamais de punition.

Dans le livre de Morgane Enselme sorti en 2019 intitulé Treize semaines, l’ancienne participante à Secret Story raconte par exemple son calvaire, et notamment le harcèlement moral dont elle fait l’objet de la part d’autres candidates de l’émission. Harcèlement non pas ignoré par la production, mais encouragé par celle-ci…

Par ailleurs, dans la dernière édition des Anges de la téléréalité, qui a pris fin il y a quelques semaines sur NRJ12, les téléspectateurs ont pu constater le harcèlement moral subi par Angie, ciblée par deux autres candidates : Rania et Rawell. Aucune sanction n’a été prise contre les harceleuses ; c’est dans la sérénité la plus totale que les sœurs jumelles ont pu s’en prendre à leur victime.

De plus, dans l’émission Les Marseillais, il n’est pas rare de voir des hommes toxiques rabaisser leurs compagnes et globalement faire montre de comportement sexistes et dangereux. Ça a longtemps été le cas de Kevin Guedj, qui témoignait une emprise inquiétante sur sa compagne Carla Moreau.

À l’écran, il est donc régulièrement possible de suivre l’enfer vécue par ces femmes (et parfois ces hommes) sans qu’aucune mesure ne soit prise contre leurs bourreaux.

Il est peut-être temps d’aller un peu plus loin et de bannir non seulement la violence physique, à l’instar de ce qui s’est passé avec Ricardo et Nehuda, mais aussi le harcèlement moral et autres comportements graves, souvent inhérents à ce type de télévision !

À lire aussi : La télé-réalité est-elle sexiste ?

Kalindi Ramphul

Kalindi Ramphul


Tous ses articles

Commentaires

grenouilleau

Le maire disait que sa femme avait été attaquée par plusieurs hommes, pas par juste un couple. Du coup c'est pas vrai ?

Sinon, une émission qui reprendrait des téléréalités pour les expliquer du point de vue des rapports toxiques (avec les images aussi de tout le contexte, pas seulement les morceaux choisis par les gentes qui font l'émission), ça pourrait être bien pour comprendre ce qu'on a vu.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!